JEUX EUROPÉENS DE BAKOU (3)

NOLWEEN HERVÉ, DU NEUF SUR 50 MÈTRES BRASSE

Éric LAHMY

Bakou, 26 Juin 2015

Oubli de Galaxie Natation, nous signale un lecteur: Nolwenn Hervé, qui dès le premier jour des compétitions de natation des Jeux européens de Bakou, avait enlevé la médaille de bronze du 50 mètres brasse dames. Tentons de nous racheter… La jeune Lannionaise s’était placé 4e des séries dominées par Maria Astashkina, 31’’84, avec un temps de 32’’45. 2e de la première demi-finale avec un temps de 32’’07, elle héritait toujours du 4e temps, derrière Astashkina, toujours dominatrice, 31’’47, l’Allemande Laura Kelsch, 31’’94, et la Turque Gulsen Beste Samanci, 31’’98. Nolwenn n’avait qu’une adversaire à surpasser en finale pour accéder au podium, mais c’était plus facile à dire qu’à réussir, vu qu’elle était  sous le feu d’autres finalistes, comme l’expérimentée Britannique Layla Black ou l’Italienne Giulia Verona, qui ne partaient pas battues.

Mais l’émotion de la finale fit que plusieurs filles perdirent un peu de leurs moyens, et Hervé passa la Turque. La Française effectua pratiquement le même parcours qu’en demi (32’’08, à un centième) et arracha le bronze, malgré un temps de réaction assez lent sur lequel elle pourrait travailler si elle veut, comme elle déclare l’ambitionner, nager 31’’.

On a pu lire dans L’Est Républicain les aventures de Nolwenn et se convaincre de l’isolement de cette jeune fille. Aux championnats régionaux, à Forbach, expliquait notre confrère, la sociétaire de Thionville, entraînée par Hervé Marchetto et Mael Rugani, avait nagé toute seule dans le bassin pour le titre du 50 brasse (enlevé en 32’’95). Deux mois plus tard, aux championnats de France, Nolwenn amenait ses temps à 32’’77 (en séries) et à 32’’66 (finale). Depuis, elle n’a pas perdu de temps : gagner 0’’57 en si peu de temps sur un aller de bassin, démontre que la fille (née le 16 mars 1999 à Lannion) est douée pour le sprint !

En revanche, nageuse toute neuve (qui rejoindra l’année scolaire prochaine Canet-en-Roussillon), elle manque encore un peu des qualités qui lui permettraient de s’exprimer sur la (les ?) distances supérieures. 9e des séries du 100 brasse, ici, à Bakou, en 1’11’’59 (contre 1’11’’42 en séries des championnats de France), il lui faudra pour le moins rééditer son temps des France pour parvenir en finale, et gagner deux secondes pour accéder au podium. La première possibilité peut être envisagée, cet après-midi. Si Nolwenn parvient à transposer ses progrès de vitesse sur 100 mètres, nager clairement moins de 1’11’’ peut être envisagé.   

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *