L’INTERNATIONAL SWIMMING LEAGUE PEUT-ELLE METTRE FIN AU MONOPOLE DE LA FINA ? (2)

LE TRAITÉ DE ROME AU SECOURS DES MALTRAITÉS DE TURIN? MAIS ENCORE FAUT-IL QU’ILS ATTAQUENT LA F.I.N.A.

 Éric LAHMY

Samedi 24 Novembre 2018

Voici une trentaine d’années, Robert-Louis Dreyfus, alors patron d’Adidas, partit en quête d’un club de football de Première division et se mit à arpenter la côte d’Azur et autres rives de la Méditerranée afin de décider lequel serait l’élu de son cœur. Il fut pour ce faire invité à rencontrer les conseils d’administration des divers clubs. A chacune de ces réunions, il était accompagné par un monsieur assez effacé, qu’il présentait vaguement comme son conseiller, qui assistait à toutes les séances et restait silencieux. Ce mystérieux personnage était un gradé de l’antigang, et il signalait discrètement à l’équipementier les membres des staffs des différents clubs qu’il rencontrait et qui étaient fichés au grand banditisme.

Il serait intéressant de connaître les débuts de la voyoucratie dans le sport, au plan national comme à l’international. Il est probable que vers les années 1980, avec le développement du spectacle sportif et des droits télé, certaines personnes du demi monde politico-voyou s’aperçurent que le sport commençait à générer pas mal d’argent et que ses structures, assez fragiles, de bénévoles à l’ancienne, pouvaient facilement être sujettes d’une invasion de grand style. J’ai de bonnes raisons de croire qu’un petit nombre de fédérations furent systématiquement visées par des opérations d’entrisme finement menées (notamment par un ou plusieurs partis politiques)… Mais le phénomène fut très contingenté. Le Comité National Olympique et Ssportif Français a pu être traversé d’ambitions partisanes ou maçonniques, mais on reste à l’opposé d’une histoire de gangsters…

Au niveau international, les choses se passèrent de façon différente, et c’est la « démocratie » qui veut qu’en natation, Anguila, Aruba, la Micronésie ou Vanuatu représentent dans les décisions une voix, tout comme les Etats-Unis ou l’Australie, qui permit à certains grands commanditaires de s’emparer du pouvoir à coups de prébendes bien dirigées. Il est bien connu aujourd’hui que l’Adidas d’Horst Dassler joua à l’époque un rôle essentiel dans ce changement de paradigme . Des hommes d’entregent comme Primo Nebiolo à l’athlétisme eurent vite fait de comprendre la combine. Et l’un des résultats majeurs, pour la natation, fut que ces trente dernières annéess, est présidée par Mustafa Larfaoui et Jules Cesar Maglione, qui, quelles que soient leurs éminentes qualités, ne se sont pas fait connaître dans leurs pays d’origine, l’Algérie et l’Uruguay, par le développement qu’ils ont imprimé à leur sport.

Les pays de l’ex Union soviétique et autres soi-disant démocraties populaires, apportèrent à l’abaissement éthique du sport la contribution essentielle d’apparatchiks pour qui le sport était un instrument de propagande nationale, et donc un domaine où tous les coups étaient permis. Cette approche criminogène était à cent lieues de l’idée qu’on peut se faire du fair-play, et on en voit encore les traces dans le sport emblème national à la Vladimir Poutine ou à la Xi Jinping.

Mais revenons à l’année 2018…

…L’information qui vient de ce panier de crabes ou ce nid de vipères que paraissent par moments constituer le Comité International Olympiques et le fatras de Fédérations Internationales qui l’entourent, a parfois des accents réjouissants. On dirait qu’une bande d’escrocs de haute volée s’y meut en toute impunité ou presque, au milieu de parfaits honnêtes hommes qu’ils roulent régulièrement dans la farine ; s’y présentent une quantité de profils d’aigrefins et de personnages qui auraient inspiré un Charles Dickens ou un Coppola.

Les faits les plus récents?

Le 16 novembre, Luciano ROSSI, candidat à l’élection à la présidence de la Fédération Internationale de Tir, recevait un email intraçable le menaçant de mort (et sa fille de  kidnapping). ROSSI se présente contre le Russe Vladimir LISIN et le Libanais Boutros JALKH.

Le 21, on apprenait qu’une banque suisse, la Cantonale Vaudoise, basée à Lausanne, avait clôturé un compte de l’Association Internationale de Boxe. L’AIBA avait eu le bon goût de nommer président par intérim Gafur RAKHMANOV, homme d’affaires ouzbek listé depuis 2012 par le département du Trésor américain comme membre important d’un groupe criminel, le Cercle des Frères d’Union Soviétique.

Dans le même temps, un membre du Comité d’éthique de la FIFA (football), Sundra RAJOO, était arrêté en Malaisie pour faits de corruption. Dans la foulée, un Sheik koweitien, président de la Solidarité Olympique, était accusé d’avoir fait façonner des vidéos truquées pour déconsidérer un de ses pairs. Le même jour, le secrétaire général du comité olympique kényan démissionnait pour une affaire de corruption liée aux Jeux olympiques de Rio.

Chaque semaine amène son lot d’informations sur ces douteux dirigeants qui ont décidé que rien ni personne ne les empêcherait de banqueter ou de s’octroyer des fortunes plutôt que de s’occuper de leurs athlètes… Le site Inside The Games a créé une rubrique pour traiter ces affaires, intitulée « l’olympisme à la peine ». Et là, ce ne sont pas les infos qui manquent.

Il y a aussi ceux qui, entrés puceaux dans ce sérail, sont vite déniaisés par l’opulence et le sentiment de toute-puissance. Ils se découvrent bientôt des serres et des griffes et, devenus rapaces, s’aperçoivent que le goût et surtout l’exercice du pouvoir les a métamorphosés…

TRENTE-HUIT ANS APRES LA FIN DE L’AMATEURISME, DES FEDERATIONS N’ONT TOUJOURS RIEN COMPRIS A LA DONNE DU SPORT PROFESSIONNEL

Pour défendre leur domaine, certaines Fédérations  internationales se sont bardées de règlements protecteurs qui ressemblent à s’y méprendre à autant d’entraves à la concurrence sous couvert de protection de l’athlète ou de la pratique sportive. Trente-huit années après que le terme « amateurisme » ait été éliminé du vocabulaire olympique, les dirigeants en sont toujours aux mêmes réflexes qui les gouvernaient au temps où le professionnalisme et ses exigences n’existaient pas. Ils ont toujours le réflexe protectionniste et mettent leur fonction réglementaire au service de leurs intérêts…

Bien entendu, l’affaire qui oppose l’antique FINA et la toute jeune ISL est sur ce point exemplaire de la façon dont le réflexe monopoliste de la première marque le territoire qu’elle estime être sien.

Quand la nouvelle association, International Swimming League (ISL), décide de créer un meeting hors-norme, riche de 2 millions d’Euros de prix, d’emblée, la FINA flaire un danger pour ses propres organisations. Les contacts tournent assez vite au vinaigre. La FINA ne communique guère à ce sujet – un classique du pouvoir en place : on ne s’abaisse pas à répondre ! ISL raconte qu’au cours de leurs discussions, la FINA a exigé un paiement de deux millions de dollars sans même garantir qu’elle reconnaîtrait le meeting.

Après l’échec des pourparlers, qui auraient pris des mois, l’ISL croit dès lors pouvoir agir en toute sécurité dans la mesure où son meeting de prestige sera organisé à Turin par la Fédération Italienne sous le couvert de Paolo Barelli, président de la LEN et de ce fait vice-président de la FINA ! Il s’agira d’un meeting national, n’ayant pas besoin de l’assentiment de la « haute autorité ».

Mais la FINA l’interdit quand même, prétendant que l’interprétation de ses règles fait de ce meeting national un meeting international et qu’il va de son devoir réglementaire de protéger les nageurs en face d’organisateurs venus de nulle part. Ce qui représente par la même occasion une insulte à la fois aux 50 meilleurs nageurs du monde, qui désiraient y participer, à la Fédération Italienne, à la Ligue européenne et à la ville de Turin, sans oublier un bras d’honneur réservé à Paolo Barelli, vice-président de la FINA!

Ce qui s’appelle avoir du culot.

UN RÈGLEMENT PRÉCIS SOUS DES APPARENCES FLOUES, ET UN PARAGRAPHE OU DEUX SANS DOUTE A REVOIR

Le règlement sur lequel s’est appuyée la FINA pour envoyer l’ISL et son projet au fossé est, sinon flou, du moins composé de façon assez stratifiée pour nécessiter une analyse.

Dans son article BL 12.1, on qualifie de compétition internationale « toute compétition organisée ou sanctionnée par la FINA, toute organisation continentale ou régionale ou toute fédération membre dans laquelle participent d’autres fédérations, clubs ou individuels. »  [C’est moi qui souligne].

Ici, dans la partie de la phrase (mal rédigée de mon point de vue) soulignée par mes soins, on comprend qu’est internationale toute compétition dans laquelle apparaissent des étrangers à la nationalité de l’organisateur. Dès lors, se dit-on, les championnats de France du week-end passé sont-ils internationaux puisqu’on y voit divers étrangers, Algériens, Hollandaise, Russe, Suisse, y participer ?

Si cela est, il n’y a plus qu’à rendre les armes : on s’apprête donc à conclure qu’en effet, la reconnaissance par Lausanne du meeting turinois d’ISL est bel et bien exigée par les règlements, puisqu’il est à n’en pas douter international.

Mais cette impression est infirmée dès l’article suivant, BL 12.3, lequel précise que  « l’approbation (par la FINA) n’est, cependant, pas nécessaire pour les compétitions nationales dans lesquelles participent des clubs étrangers ou des individus ne représentant pas leur Fédération Membre. » (c’est encore moi qui souligne).

Précision importante puisqu’elle nous dit que malgré le caractère multinational de sa participation, un meeting dans lequel des étrangers à la nationalité de l’organisateur ne représentent pas leur fédération nationale, mais participent soit à titre personnel, soit dans le cadre d’un club, CE MEETING N’A PAS BESOIN DE L’APPROBATION DE LA FINA. L’ouverture est ici très claire.

Dès lors, il convient certes de vérifier le statut (représentatif ou pas représentatif), au regard de leur fédération, des nageurs qui prévoyaient de concourir à Turin.

Organisé par la Fédération Italienne et la ville de Turin, le meeting financé par l’International Swimming League utilise en effet une quantité industrielle de nageurs étrangers. C’est donc une compétition multinationale par nature.

Le caractère représentatif national de ces nageurs pourrait-il naître de leur réunion dans des groupes nationaux? Rien n’est moins sûr, mais de toute façon, ce n’est pas le cas. L’idée de l’ISL était de former des groupes de nageurs de nationalités indéfinies selon des critères qu’il restait d’ailleurs à définir.

Les organisateurs avaient fait savoir que la compétition qu’ils envisageaient opposerait huit « clubs internationaux composés de douze mâles et de douze femelles (sic). » Si ce sont des clubs multinationaux qui seront ainsi formés, cela veut bien dire que ce ne sont pas des clubs nationaux, et donc ils ne représenteront pas des nations, n’est-il pas vrai ?

Ces huit clubs, a-t-on expliqué, s’opposeraient à travers deux premiers jours du programme de courses dans un bassin de 25 mètres ; puis les quatre équipes ayant marqué le plus de points disputeraient une « grande finale » les deux jours suivants.

Le fait que Mehdy Metella, par exemple, est le seul nageur français ayant signé un contrat avec ISL, montre qu’il aurait dans le meeting, été adjoint à un groupe de nageurs d’une ou plusieurs autres nations. Il me parait logique qu’à la cinquantaine de stars ayant signé avec le meeting, auraient été adjoints de fort nombreux nageurs italiens, puisque le meeting se présente comme italien, pour rejoindre le nombre de 192 éléments (96 garçons et 96 filles) qu’exigent la présentation de huit fois douze garçons et douze filles.

Il parait manifeste que jusqu’ici, la notion de REPRÉSENTATION NATIONALE n’apparait pas, d’autant plus que ISL ne s’est pas adressée aux fédérations nationales et ne leur a pas demandé de se faire représenter. Je dirais même que la représentation est effacée, oblitérée. Les organisateurs ont bien spécifié qu’ils étaient mus par l’idée de spectacle.

J’ai laissé de côté cependant un point qui risque d’être litigieux. La situation juridique du meeting de Turin se complique en effet quand les règlements de la FINA stipulent (BL12.2, niveau 5) que sont compétitions internationales, outre celles définies plus haut, « toutes autres compétitions internationales majeures telles que définies par la FINA. »

C’est, il me semble, le paragraphe qui tue. Est compétition internationale toute compétition dont la FINA a décidé qu’elle est une compétition internationale…

Bien entendu, on n’en a quand même pas fini, parce que dès lors risque de se poser la question de LA LÉGALITÉ du paragraphe BL.2 niveau 5, par lequel la FINA ouvre toute interprétation à son libre arbitre ! Elle décide, régalienne, du statut juridique de « toutes les compétitions internationales majeures »! Comme tout potentat au pouvoir illimité, le FINA s’arroger le droit de décider que tel meeting est international parce qu’elle en a décidé ainsi.

Les rédacteurs de ce genre d’articles paraissent ignorer qu’une Fédération se doit de respecter un certain nombre de principes généraux du droit ou de lois fondamentales du droit international.

Le fameux arrêt Bosman, qui avait mis fin à une réglementation contrevenant à la liberté de choix du travailleur sportif qu’est le footballeur, s’était basé sur l’exigence de liberté de circulation  des travailleurs, garantie par l’article 48 du traité de Rome.

L’arrêt Bosman ne s’appliquait pas au sens strict à la situation créée aujourd’hui dans la natation, mais s’était opposé à l’application de règles restrictives de la liberté des joueurs édictées par des associations sportives ; et il se pourrait bien que toute la réglementation FINA des meetings soit annihilée par le législateur européen.

LA JURISPRUDENCE BOSMAN OPPOSABLE A LA FINA ?

Des arrêts consécutifs à l’arrêt Bosman, s’appuyant sur sa jurisprudence, ont en effet interdit de discriminer des joueurs sur leurs nationalités. Il est bon de savoir que cette jurisprudence est aujourd’hui, en raison d’accords internationaux, applicable non seulement dans l’Union Européenne, mais aussi dans l’espace économique européen, en Suisse, en Russie et dans 79 autres pays (signataires des accords de Cotonou). Autant dire que la F.I.N.A. pourra difficilement arguer de son caractère régional.

Le blog d’Inside The Games du 11 juillet 2018, relevant les menaces que laissait planer, dans une lettre du 5 juin, la FINA sur le meeting de Turin, rappelait que la Commission européenne avait jugé contraires aux lois antitrust de l’Union européenne les pénalités décidées par la Fédération Internationale de Patinage (ISU) à l’encontre de patineurs disputant des rencontres non autorisées. Le président de l’ISU s’était élevé contre cette décision qui, disait-il, menaçait de détruire les valeurs olympiques. On se demande bien lesquelles.

Valeurs olympiques, ou voleurs olympique, that is the question ! L’I.S.U. alors, telle la F.I.N.A. aujourd’hui, réagissait assez exactement comme le chien à qui on a piqué son os.

Or, dans une situation très exactement équivalente à celle de la FINA contre ISL, la Commission européenne avait sévèrement jugé les règles de l’ISU qui permettaient de sanctionner, y compris par des interdictions à vie, les patineurs qui participaient à des épreuves non reconnues. Elle avait dénoncé comme inadmissibles ces persécutions d’athlètes qui entravaient par ailleurs « les innovations et le développement du sport ».

Tout en reconnaissant l’utilité d’un mouvement international garant de la santé et de la sécurité des athlètes « par ces sévères pénalités qu’elle impose aux athlètes, l’ISU protège ses propres intérêts commerciaux et interdit à d’autres de mettre en place leurs propres événements. En particulier, l’ISU ne devrait pas imposer, ou menacer d’imposer, des pénalités injustifiées aux athlètes qui participent à des compétitions qui ne menacent en rien les objectifs légitimes du sport. Si l’ISU maintient ses règles d’autorisation d’événements organisés par des tierces parties, elles doivent être basées sur des critères objectifs, transparents et non discriminatoires et ne pas viser simplement à exclure des organisateurs d’événements indépendants concurrents. »

Le genre d’attendus qui pourrait resservir tel quel pour la FINA, si l’International Swimming League et les nageurs veulent monter au créneau.

J’essaierai dans un 3e article de mesurer la légitimité des ambitions de l’ISL.

(à suivre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *