MEETING D’EINDHOVEN (3): SARAH SJÖSTRÖM MUSELLE DEUX NÉERLANDAISES DOPÉES PAR L’AIR DU PAYS

PARCE QU’À EINDHOVEN, DANS LES EAUX NÉERLANDAISES, LES DEUX LOCALES DE L’ÉTAPE, RANOMI KROMOWIDJOJO ET FEMKE HEEMSKERK, ÉTAIENT SOUCIEUSES D’OBTENIR DES SUCCÈS DE PRESTIGE SUR SARAH SJÖSTRÖM QUI AVAIT TRÉBUCHÉ DEUX FOIS LA VEILLE. MAIS LA REINE DE SUÈDE A MIS DE L’ORDRE DANS SON ROYAUME. 

Éric LAHMY

Battue vendredi, dans la deuxième  journée du meeting d’Eindhoven, sur 50 mètres, par Ranomi KROMOWIDJOJO (et sur 100 mètres quatre nages aussi, mais ce n’est guère une spécialité pour elle), Sarah SJÖSTRÖM apparaissait fragiliséea, ce qui a donné quelques idées de coup d’Etat à ses principales adversaires. Elle a  vite remis les choses en place – et sa robuste personne, sur la plus haute marche du podium, a paru moins fragile que jamais.

Deux fois plutôt qu’une d’ailleurs, puisqu’elle a gagné ce samedi le 200 mètres nage libre, malgré une fière résistance de Femke HEEMSKERK, et le 50 mètres papillon, devant la même KROMOWIDJOJO qui l’avait surprise la veille sur 50 libre en retentait le coup sur 50 mètres papillon. Sans les deux cas, cela n’a pas été facile.

Ranomi ne s’est jamais intéressée beaucoup au papillon jusqu’ici, mais, même six ans après son doubé olympique en nage libre, on se dit qu’il « vaut mieux tard que jamais »; et on constate que, quand elle s’y met, ce n’est pas pour rien. Cette fois, elle a touché 0s06 derrière SJÖSTRÖM, autant dire qu’elle a essayé de lui faire des misères…

Dans le 200 mètres, HEEMSKERK n’a pas été moins virulente que sa compatriote ne l’avait été en papillon. Les Néerlandaises ont tout essayé pour faire couler sa majesté la reine de Suède. Femke a viré aux 150 mètres à égalité avec SJÖSTRÖM qui réussit cependant à imposer ses facultés de sprinteuse. L’amirale de la flotte, c’est elle!

En revanche, on attendait plus de la Chinoise WANG. Si l’on additionne ses quatre 50 mètres les plus rapides (les trois premiers et le huitième) dans son 400 mètres record du monde juniors de la veille, on parvient à un temps de 1’54s52 ; et elle n’a pas réussi à nager qu’en 1’53s40 son 200 mètres.

Un peu surprenant aussi: alors que ses derniers 50, sur 400 mètres, avaient été expédiés en 28s82, elle effectue sur 200 mètres sa fin de course en 28s86, un soupçon moins vite. On a observé les mêmes paradoxes dans les courses de son compatriote SUN Yang.

 DAMES.- 200 mètres : 1. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 1’52s25 ; 2. Femke HEEMSKERK, Pays-Bas, 1’52s98 ; 3. Jianjiahe WANG, Chine, 1’53s40; 4. Melanie MARGALIS, USA, 1’54s30; 5. Michelle COLEMAN, Suède, 1’54s85; 6. Barbora SEEMANOVA, Rép. Tchèque, 1’56s25 ; 7. Leah SMITH, USA, 1’56s37 ; 8. Zsuzsanna JAKABOS, Hongrie, 1’56s58. En séries, KROMOWIDJOJO, Pays-Bas, 1’56s25.

50 papillon : 1. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 24s61 ; 2. Ranomi KROMOWIDJOJO, Pays-Bas, 24s67 ; 3. Kelsi DAHLIA, USA, 25s14 ; 4. Kimberley BUYS, Belgique, 25s41 ; 5. Yufei ZHANG, Chine, 25s49 ; 6. Maalke DE WAARD, Pays-Bas, 25s68. En séries, Kim BUSH, Pays-Bas, 25s69.


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *