SUN YANG, ÉTUDIANT APPLIQUÉ 

Éric LAHMY

Jeudi 20 Septembre 2018

Sun Yang vient d’effectuer sa rentrée, mais d’étudiant cette fois, à l’Université du sport de Shanghai.

Il entend y préparer un diplôme en kinésiologie. Vu sa notoriété sans doute, le multi-champion olympique de Londres et de Rio, toujours sur la brèche, s’est adressé, ce 19 septembre, jour de rentrée, aux participants lors de la cérémonie d’accueil des étudiants de Première année, et a mis l’accent sur l’importance du travail et la responsabilité personnelle. Sun, qui étudiera les sports et les sciences humaines, a été classé premier au concours d’entrée des candidats.

On ne sait si le programme de kinésiologie est le même en Chine qu’en France, après tout, ce sont les Chinois les maîtres de ces techniques, mais dès lors il devrait, comme éducateur de santé, apprendre à pratiquer la lecture énergétique à travers le test des quatorze muscles afin d’identifier les déséquilibres du corps.

Sun Yang avait été vu très émotionnel après sa victoire sur 1500 mètres aux Jeux asiatiques de Djakarta. J’en avais vu les images sans pouvoir les décrypter. Juste après la course, il était allé voir un groupe dans les tribunes et avait manifestement pleuré. Des éclaircissements sur son comportement.

L’explication en a été donnée dans le South China Morning Post par Nazvi Kareem. C’était le mois dernier, mais je ne l’ai vue que ce matin. Bon, c’est le temps pour que les nouvelles de Chine arrivent sur ma table… le temps des diligences et de Madame de Sévigné.

LES DEUX VISAGES DE SUN YANG : CELUI QUI PLEURE ET CELUI QUI RICANE

« Sun Yang qui est considéré par ses détracteurs comme un garçon arrogant et condescendant, a montré un côté plus sensible, poignant, en pleurant sur l’épaule d’un reporter chinois après avoir vaincu sa quatrième médaille d’or individuelle des Jeux Asiatiques, écrit le confrère.

Et plusieurs membres des media se sont mis à pleurer avec lui. Souffrant de douleurs dorsales qui nécessitaient d’incessants traitements, parfois jusqu’à deux heures du matin, pendant la semaine des Jeux, Sun a expliqué que la douleur était intense pendant le 1500 mètres, et qu’il avait dû s’accrocher pour suivre le rythme » (lancé par son adversaire vietnamien).

Nazvi Kareem rappelle que Sun Yang a été vu en train de pleurer en public, quand il fut battu dans le 400 mètres des Jeux olympiques de Rio par son grand rival et presque ennemi personnel, l’Australien Mackenzie Horton, qui l’avait snobé et traité de « dope cheat ».

Lors de son premier succès à Djakarta, Sun Yang s’était pointé sur le podium en arborant des tenues de sa propre entreprise, 361°. Anta, le sponsor officiel de la délégation chinoise, se plaignit de ce comportement. Sun Yang, lors de sa visite suivante du podium, porta sagement les vêtements du sponsor chinois mais prit soin, de les faire disparaître en les recouvrant totalement du drapeau chinois.

Bon, je vous épargne les combats de tweets entre les partisans et les contempteurs de Sun Yang, mais vous pouvez imaginer tous les arguments des uns et des autres… même s’ils ont tous raison ! ericlahmy@yahoo.com


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *