TITMUS DEVANT WANG, DOUBLE VICTOIRE EN DEMI-FOND

ENTRE LES CHAMPIONNES DU MONDE ARIARNE TITMUS, AUSTRALIE, 200 METRES, ET WANG JIANJIAHE, CHINE, 800 METRES, LE 400 METRES DEVAIT COURONNER LA REINE DU DEMI-FOND. ARIARNE L’A EMPORTÉ

Éric LAHMY

Vendredi 14 Décembre 2018

DAMES.- 400 mètres : 1. Ariarne TITMUS, Australie, 3’53s92 (record du monde, ancien record, WANG Jianjiahe, 3’53s97)

Passages : 50m: 26s93; 100m: 56s08 (29s15); 150m: 1’25s46 (29s38); 200m: 1’55s37 (29s91); 250m: 2’25s21 (29s84); 300m: 2’54s94 (29s73);  350m, 3’24s64 (29s70); 400m:  3’53s92 (29s28).

  1. WANG Jianjiahe (Chine), 3’54s56.

Passages:  27s21, 100m: 56s43 (29s22); 150m: 1’26s05 (29s62); 200m: 1’55s93 (29s88); 250m: 2’25s76 (29s83); 300m: 2’55s67 (29s91); 350m: 3’25s55 (29s88); 400 m: 3’54s56 (29s01).

3. LI Bingjie (Chine), 3’57s99; 4. Leah SMITH (USA), 3’58s58; 5. Anna EGOROVA (Russie), 4’1s52; 6. Valeriia SALAMATINA, Russie, 4’2s87; 7. Sarah KOHLER, Allemagne, 4’3s28; 8. Erica MUSSO (Italie), 4’3s61.

 Je me demande comment on constitue un programme de championnats du monde de natation, mais faire nager le 400 mètres le lendemain de la finale du 800 mètres dames alors qu’on a une étendue de six journées pour permettre aux concurrents d’épreuves très proches de se remettre d’efforts qui affectent profondément leurs capacités ne me parait pas particulièrement astucieux.

Gagner le 800 mètres jeudi et remettre ça vendredi sur 400 mètres en face d’une aussi redoutable nageuse que l’australienne Ariarne TITMUS représentait un sacré challenge pour WANG Jianjiahe, la Chinoise de 16 ans, qui évoluait devant son peuple et se devait donc, j’imagine, d’être là.

Pendant que TITMUS, son aînée de deux ans, se qualifiait en séries avec un temps de 3’58s58, seule nageuse à casser les quatre minutes de bon matin, WANG (et sa consoeur LI, 16 ans comme elle) dominaient la quatrième série dans des temps plus modestes ; l’Italienne QUADARELLA payait sans doute le contrecoup de sa médaille d’argent de jeudi et se voyait évincée de la finale, avec son temps de 4’4s94, pour 0s43, par la Russe, Valeriia SALAMATINA. On peut constater qu’avec le temps de passage qui avait été le sien à mi-course de son 800 mètres de la veille, 4’3s59 (virage au pied qui plus est), elle serait allée en finale ! Elle était trop fatiguée, ou s’était trop économisée…

TITMUS a raconté qu’elle s’attendait à un départ rapide de WANG, et aussi lui en donna-t-elle pour son argent. WANG fut tout du long à la poursuite de l’Australienne, que les media de son pays ont surnommé Terminator, mais en l’occurrence aurait pu tout aussi bien être baptisée Initiator ou Beginator, par exemple ! L’avance qu’elle prit dès les premières longueurs fut déterminante, et elle la retrouva au bout de son effort. WANG ne put jamais revenir sur elle. Le record du monde, pour cinq centièmes, passait entre les mains de l’Australienne tandis qu’à deux longueurs, LI Bingjie empochait le bronze au sprint, face à Leah SMITH.

Une chose est sure. TITMUS, plus que jamais, se confirme comme la nageuse de demi-fond la plus proche de LEDECKY. Ce qui ne veut pas dire qu’elle n’en est pas éloignée !


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *