12 CANDIDATS AU POSTE DE D.T.N., DONT JULIEN ISSOULIÉ ET ROMAIN BARNIER EN LICE

Éric LAHMY

Vendredi 7 Juillet 2017

Aux candidats déjà connus à la succession de Jacques FAVRE au poste de Directeur Technique National de la natation française – Laurent GUIVARC’H, actuel intérimaire, Séverine ROSSET, Romain BARNIER, Jacques FAVRE, Richard MARTINEZ, Philippe DUMOULIN, la prolongation de l’appel à candidatures jusqu’au 30 Juin a permis à d’autres candidatures de s’ajouter : il s’agit de Marie-Laure ÉTIENNE, qui avait candidaté en 2014 et avait été retenue dans la short-liste finale proposée par le Ministère (d’aucuns la considéraient même pour la mieux placée en raison de ses compétences professionnelles) avant de se désister pour prendre un poste à la Direction régionale de Picardie. De Julien ISSOULIÉ, actuel directeur du water-polo et l’un des responsables de la bonne prestation des Sept français et de leur qualification olympique. S’ajoutent aussi deux directeurs technique nationaux sur le départ dans leur sport, Grégory SAINT-GENIÈS (ski nautique) et Kevin RABAUD (boxe), lequel a connu une réussite exceptionnelle aux Jeux olympiques de Rio avec deux médailles d’or, deux d’argent et deux de bronze.

S’ajoutent à cette liste un fonctionnaire à la convention d’objectifs et un agent territorial de la région parisienne dont l’identité ne nous est pas connue.

Julien ISSOULIÈ, 39 ans, qui s’apprête à rejoindre Budapest où le water-polo français présente ses équipes masculine et féminine aux championnats du monde, a été auditionné ce matin vendredi. Il explique sa candidature tardive par le fait que dans un premier temps, il pensait que GUIVARC’H serait nommé, et donc n’entendait pas se présenter contre lui. « Quand j’ai vu qu’on relançait les candidatures, sachant ce que j’avais vu et vécu à la Fédération, j’ai décidé de me présenter. »


Also published on Medium.

2 comments:

  1. Marc

    Les candidats déclarés ne faisaient ils pas l’affaire pour que le poste soit de nouveau ouvert ?
    C’est assez inquiétant ! A quelques jours des Ch. du monde, nous ne savons toujours rien de l’éventuelle stratégie de reconstruction de la natation française.

    1. Eric Lahmy *

      Il semble que ce mouvement soit parti du Ministère, pour des raisons qui lui sont propres. Il est sûr, par exemple, qu’avec « seulement » trois candidats, on ne voit pas à quoi aurait ressemblé la short-liste: un candidat dans lequel Sezionale n’aurait donc pas eu le choix, deux, mais qui, trois, donc tous? Je me suis laissé dire que l’âge de Dumoulin et de Martinez, les dérangeait dans la mesure où ils voulaient un contrat de huit ans…
      Bien entendu, si finalement on en reste à Guivarc’h, celui-ci sera dans la continuité de son plan, et il fait le boulot. Par ailleurs, je ne crois pas que la Fédé reste passive pour ce qui concerne les questions de préparation de l’élite. Mais je puis comprendre que les « techniciens » soient perplexes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *