JULIA EFIMOVA PERD UNE DEUXIÈME FOIS À LA ROULETTE RUSSE

CELA SENT LA RETRAITE A VINGT-TROIS ANS

Éric LAHMY

Samedi 19 Mars 2016

Donc comme chacun sait Julia Efimova a été prise, positive à un produit, le meldonium, un tonicardiaque récemment ajouté à la liste des produits interdits. La championne du monde en titre du 100 mètres brasse, récidiviste, est menacée d’une exclusion à vie. La brasseuse russe a été « prise » lors d’un contrôle effectué en-dehors d’une compétition. En 2014, elle avait été bannie pour seize mois après qu’on eut trouvé des traces d’un stéroïde anabolisant, le DHEA (dehydroepiandrosterone). A priori, le tarif pour une récidive, c’est suspension à vie !

Efimova rejoint une centaine de sportifs positifs à ce mystérieux meldonium, parmi lesquels une foule de Russes, comme la tenniswoman étoile Maria Sharapova, la bobeuse Nadejda Sergeeva, le champion olympique de short-track Semion Elistratov, le patineur de vitesse Pavel Kulizhnikov, le lutteur georgien Davit Modzmanachvili, médaillé d’argent olympique, et un Suédois d’origine éthiopienne, champion du monde de course à pied, Abeba Aregawi, ainsi qu’Ekaterina Konstantinova, championne d’Europe 2015 (de short-track, à Dordrecht), Ekaterina Bobrova, Pays-Bas, championne olympique de danse sur glace, tombée dans la nasse aux derniers championnats d’Europe de Bratislava, en janvier.

S’ajoute une longue liste de joueurs de rugby et de volley russes, mais aussi de biathlètes, de cyclistes et de bobeurs, ou encore Endeshaw Begesse, vainqueur éthiopien du marathon de Tokyo et l’Ukrainienne Natalyia Lupu championne d’Europe indoor du 800 mètres en 2013, tombés sur le front du meldonium. 

Sharapova a en quelque sorte plaidé l’ignorance et admis « avoir commis une grave faute. » Sergeeva, elle, a déclaré avoir pris le produit à la fin de l’année dernière sur prescription de ses médecins et cardiologues et perdu son pari que le meldonium aurait été éliminé de son système au 1er janvier, date du début de l’interdiction du produit ! Cela s’appelle jouer – et perdre – à la roulette russe !

Pour ce qui est de Sharapova, qui, quoique russe, vit aux USA depuis l’âge de sept ans, et Efimova, elle aussi basée aux USA, depuis quatre-cinq ans à Los Angeles, il est difficile de dire si leur chute est due à une négligence de leur part. On peut le croire, car être sportif professionnel ne revient pas seulement à signer des contrats de sponsoring, et la lutte anti-dopage a fait assez de vagues pour qu’on fasse très attention… Le meldonium est interdit à la vente et à l’importation aux USA, ce qui ne veut pas dire qu’il est prohibé de l’utiliser. L’entrée aux USA avec du meldonium pour votre usage personnel est toléré. C’est surtout son usage sportif qui est désormais interdit par les autorités sportives. Il est intéressant de noter, pour ce qui concerne Sharapova, que son sponsor raquette, Head, continue de la soutenir. Johan Eliasch, chef de l’exécutif de l’entreprise, a refusé de dénoncer le contrat de la championne, qui « pèse » trente millions de dollars par an : « j’ai le dossier, a-t-il déclaré ; Sharapova prenait des doses médicales très inférieures aux 1000 à 2000 milligrammes par jour nécessaires pour avoir un effet dopant. L’AMA a eu tort d’interdire purement et simplement ce produit. Il fallait le tolérer à doses médicinales. » Les responsables de l’AMA ont fait remarquer en sens contraire qu’aucun de leurs nombreux spécialistes interrogés n’avait proposé un seuil de tolérance pour ce produit. Qui a raison, qui a tort ?

Dans sa précédente violation de la règle anti-dopage, Efimova avait quelques raisons de clamer son innocence (ou du moins sa légèreté) – en effet, une étude australienne a conclu que dans 54% des violations connues des règlements anti-dopage, la faute en revenait à un produit trouvé dans un supplément.

L’industrie des suppléments alimentaires est très faiblement régulée, et constitue un scandale économique et diététique. Plusieurs suppléments alimentaires contiennent peu ou ne contiennent pas du tout les ingrédients actifs revendiqués par leur fabricant. Pire, une proportion significative de ces suppléments contiennent des ingrédients non signalés mais qui pourraient aboutir à un contrôle positif !

Cela n’a pas sauvé Efimova d’une radiation de seize mois. On peut se demander si elle trouvera une explication en ce qui concerne la présence de ce fichu meldonium dans son système, et douter fortement qu’elle s’en tirera à bon compte.

Je ne vais pas ajouter ma voix à tous ceux qui font les gros yeux et parlent d’énormes fautes. Je crois qu’en l’absence d’une possible volonté délibérée de se doper, si erreur il y a, c’est une petite erreur aux graves conséquences pour les intéressés… ou une grossière erreur des dirigeants russes, de n’avoir pas fait monter le drapeau noir en temps utile pour avertir leurs ouailles… Mais il est vrai qu’ils ont pris depuis toujours tellement soin de les « soigner » qu’ils n’ont eu ni le temps ni le réflexe de leur ôter leurs « médicaments ». 

Victime de l’âme slave, qui porte à la nonchalance et au fatalisme ou tricheuse décidée ? Quoiqu’il en soit, Efimova aura du mal à s’en sortir, sauf pour ne jamais revenir ! A 23 ans, on appellera cela une retraite forcée et précoce.

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • Emilien Barascud 1er décembre 2013 Parmi les six victimes du crash, la semaine passée, d'un petit avion d'affaires dans un champ, à Mouffy, dans le département de l'Yonne au sud d'Auxerre, figure […]
  • Saint-Paul: Katinka Hosszu fait ses gammes 28 décembre 2013 Meeting de Saint-Paul On imagine que, dans un meeting de natation, le plus ennuyeux, pour un nageur, est d’attendre sa course, pendant que les autres nagent. Katinka […]
  • A Efimova le titre, à Pedersen le record 2 août 2013 Barcelone, 15e championnats du monde C’était le duel annoncé. Hier, première demi-finale : la Danoise Rikke Moller Pedersen bat le record du monde du 200 mètres brasse […]
  • Le cas Julia Efimova 20 octobre 2013 Dubaï, FINA World Cup A Dubaï, ce sont peu ou prou les mêmes qui ont dominé comme dans les meetings précédents : Chad Le Clos, Vladimir Morozov, Robert Hurley, Le […]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 1 = neuf