BEAUREPAIRE [(Sir) Francis « Frank » Joseph Edmond]

 

Natation. (Melbourne13 mai 1891-Melbourne, 29 mai 1956). Australie. Tout au long d’une carrière qui s’étendit sur un quart de siècle, de 1903 à 1928, cet Australien participa aux quatre Jeux Olympiques, de 1908 à 1924, enlevant trois médailles d’argent et trois de bronze – la dernière à l’âge de trente-trois ans – sur 400m (2e en 5’44’’2 en 1908), sur 1500m (trois fois 3e, en 22’56’’2 en 1908,en 23’4’’ en 1920, en 21’48’’4 en 1924) et sur 4x200m (2e en 1920 et en 1924). Il fut privé d’une autre chance olympique en 1912, quand il fut suspendu, injustement, pour faits de professionnalisme. Il établit huit records du monde. Il avait quatre ans quand son père lui infligea sa première leçon de natation aux Bains du Sud Melbourne, le jetant dans l’eau au bout d’une corde. Dans son enfance, les médecins lui avaient interdit formellement de nager, en raison d’une fièvre rhumatismale qui le tint alité pendant une année, mais Beaurepaire, encouragé dans ce sens par son instituteur et barbier Tommy Horlock, qui deviendrait son entraîneur, il ne tint aucun compte de cet avis, reprit l’entraînement au club de son école et devint un des meilleurs nageurs du monde. A 15 ans, il enleva les titres de l’état de Victoria sur 220 yards et 440 yards. Sélectionné en 1908 pour les Jeux olympiques de Londres, avec son entraîneur Horlock, tous deux s’aperçurent, une fois arrivés sur place, que rien n’avait été prévu pour les recevoir, et qu’ils devaient survivre pendant trois mois sur les 16£ qu’ils avaient en poche. Il dut s’entraîner dans une eau à 10° aux Highgate Ponds. Il disputa une descente de la Tamise de 15 miles (24km), s’évanouit et dut être sorti de l’eau. Toujours avant les épreuves olympiques, il gagna les 880 yards des championnats de Grande-Bretagne, à Bradford, aux dépens de Henry Taylor, et les 220 yards, disputés à Nottingham. La compétition olympique se disputa dans un « trou » creusé dans le stade olympique, empli d’eau non filtrée ni chlorée, vite transformé en cloaque. Beaurepaire, grippé, finit 2e du 400 mètres et 3e du 1500 mètres, courses gagnées par Taylor. Après les Jeux, Beaurepaire fut opposé à Taylor sur 500 yards et sur un mile, gagnant cette épreuve-ci. Retourné en Australie, il améliora le record du monde des 300 yards et, en 1910, celui des 220 yards. Cette année, lors d’une tournée en Grande-Bretagne, il améliora les records du monde des 200 mètres, 300 yards, 400 mètres, 500 mètres et 1000 yards, trois d’entre eux dans une seule course. En l’espace de quatre mois, il disputa et remporta 41 courses, et enleva tous les titres britanniques, des 100 yards au mile. En 1911, forcé d’abandonner au cours des 440 yards des championnats d’Australie, il subit sa première défaite en trois ans. Devenu professeur de natation, la FINA lui interdit de nager aux Jeux olympiques pour fait de professionnalisme. Cette décision fut annulée en 1914. Après la Guerre mondiale, où il servit en Egypte, en Angleterre et en France, il fut hospitalisé en 1917 et renvoyé en Australie. Il retrouva la forme en 1920, et battit le record du monde des 1000 mètres. Aux Jeux d’Anvers, il arracha le bronze du 1500 mètres et reçut avec le relais l’argent du 4 fois 200 mètres. La même année, il effaça les records du monde des 1000 yards, 1000 mètres, 1500 mètres et du mile. A 34 ans, aux Jeux de Paris, il parvint encore à gagner le bronze du 1500 mètres gagné par Boy Charlton devant Arne Borg. Le sauvetage périlleux, en compagnie de Jack Chalmers, de la victime d’un grand requin blanc, en 1922, lui valut de recevoir la médaille d’or de la Royal Humane Society et une somme de 550£, qui lui permit de créer son entreprise de pneus de voitures, dont la valeur estimée à sa mort était de £8 millions à sa mort. Devenu maire de Melbourne (de 1940 à 1942), il était sur la brèche à l’approche des Jeux Olympiques de 1956, que la ville allait organiser, mais il mourut, victime d’une crise cardiaque sept mois avant cet événement.

Ces articles peuvent vous intéresser:

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ six = 8