BRÉSIL, TROPHÉE MARIA LENK : TROIS « PINHEIROS » SUR LE PODIUM DU 100, MAIS QUE FAIT LA PAULISTE ?

Éric LAHMY

Dimanche 7 mai 2017

LA NATATION BRÉSILIENNE SE CONCENTRE TOUJOURS SUR SON SPRINT, SON PAPILLON ET QUELQUES NAGEURS EMBLÉMATIQUES SURTOUT DE SAO PAULO, MAIS RESTE ASSEZ FRAGILE CÔTÉ FÉMININ OU ETIENE PIRES MEDEIROS JOUE LA PAULISTE DU SPRINT…

Le Trofeu Maria Lenk, ex Trophée de la fédération brésilienne, s’est déroulé ce week-end à Rio. Maria Lenk, qu’il honore, fut la première recordwoman du monde brésilienne (200 et 400 mètres brasse) et se présente au Brésil comme la première nageuse du monde à nager le papillon aux Jeux olympiques (1936). Ce n’est pas sûr, mais à l’ouest, n’est-il pas vrai, n’en déplaise à Liberty Valance, entre la vérité et la légende, on publie la légende… Légende qu’entretinrent ses exploits de nageuse masters jusqu’à sa mort, à 92 ans, d’une crise cardiaque, pendant un entraînement…

Mais aujourd’hui, LA nageuse emblématique du trophée comme du Brésil, est sans aucun doute Etiene Pires Medeiros, dont le plus haut fait d’armes tient dans un record du monde en petit bassin sur 50 mètres dos, seul autre record mondial féminin d’une Brésilienne, quatre-vingts années après ceux de Lenk. On y reviendra plus loin…

Le trophée Maria Lenk est décerné à l’équipe la plus valeureuse. Parmi les grandes entités qui se le disputent, chaque année, se distinguent Pinheiros, les Corinthians, Minas Ténis ou encore l’Internacional de Santos. Les clubs qui dominent la natation brésilienne sont généralement des associations privées, rattachées à une pratique multi-sportive, dont le sport phare est le plus souvent le foot roi, certes, ou encore le tennis, selon un modèle d’organisation encore très vivace en Italie mais qui, battu en brêche par le club communal, a plus ou moins disparu en France, même si illustré par le Racing Club de France, voire le Cercle des Nageurs de Marseille, lesquels pourraient apparaitre comme des particularismes…

Les Corinthians de Sao Paulo, ou plutôt la section aquatique du grand club omnisport, Sport Club Corinthians Paulista, président Roberto de Andrade, est située à Tatuapé, la Beverley Hills du Brésil, célèbre dans le passé pour ses vignobles. Installé tel un diamant dans l’écrin du Parque Sao Jorge, le club est, certes, surtout connu pour son équipe de football (six titres de championne, et trois Coupes du Brésil). « Seul club milliardaire du Brésil » selon la revue Forbes, les Corinthians ne manquent pas de moyens, et abritent sous la protection du dieu ballon rond d’autres entités sportives, dont la natation. Il a eu son médaillé d’argent aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

El Esporte Club Pinheiros a été fondé en 1899 alors sous le nom de Sport Club Germania, par des immigrés allemands. Cinq fois champion brésilien de water-polo, on y pratiqua aussi le foot, le volley, le hand… C’est le club de Chierighini, Santos, Cielo, autant dire des rois du sprint brésilien… C’est le poids lourd et d’une certaine façon la locomotive de la natation brésilienne, et c’est le système mis en place par Pinheiros qui, par l’exil de ses techniciens dans d’autres clubs, a essaimé et popularisé son organisation technique.

En revanche, on nage long à Minas Ténis, qui truste les trois premières places et glisse six nageurs dans les onze premiers du 800 mètres du trophée, et aussi chez les Corinthians. Minas se situe dans les Minas Gerais (capitale Belo Horizonte), un Etat plus grand à lui seul que la France.

Bruno Fratus a choisi de nager lui, depuis cette année, au Clube Internacional de Regatas de Santos. Après avoir frôlé son record sur 100 mètres en séries, avec 48s50, il a fini 5e et bien déçu de la finale où seul Gabriel Da Silva parvenait à améliorer son record personnel, et, en  48s11, devançait Marcelo Chierighini, vainqueur 2015 des Panaméricains et finaliste mondial et olympique, lequel avait pour sa part, dominé les séries avec 48s46. Au bout du compte, avec Santos, Chierighini et Cielo, c’était un triplé pour le club Pinheiros, donc, sur la distance, et une promesse d’un relais performant à Budapest.

Le nouveau patron du sprint brésilien, Gabriel Da Silva Santos, homonyme d’un footballeur du club Flamenco, fait figure de jeune, à 21 ans (depuis ce jeudi 4 mai, belle façon de fêter son anniversaire) qui avait nagé, à Rio, moins vite lancé dans le relais quatre fois 100 mètres (48s63 en séries, 48s72 en finale) qu’il ne le fait maintenant au start. Mais il est vrai qu’il avait réussi 48s8 au start en avril 2016. Devancé sur 50 par des spécialistes comme Cielo ou Fratus, Gabriel est devenu magistral sur cent grâce à son travail de résistance de vitesse, et il ne cesse de progresser. 2007, 11 ans, 1’11s05 ;  2008, 12 ans, 1’5s68 ; 2009, 13 ans, 59s82 ; 2010, 14 ans, 56s02 ; 2011, 15 ans, 53s76 ; 2012, 16 ans, 51s88 ; 2013, 17 ans, 50s84 ; 2014, 18 ans,  50s09 ; 2015, 19 ans, 49s74 ; 2016, 20 ans, 48s84 ; 2017, 21 ans, 48s11. Il est d’un bon gabarit sans plus, 1,84m, 83kg, assez éloigné quand même du format de Chierighini et ses cent quatre-vingt-quinze centimètres…

Originaire de Guarulhos, il nage depuis toujours au Pinheiros (club connu pour accueillir l’équipe chinoise de natation), où il est entraîné actuellement par Alberto Pinto da Silva, coach de l’équipe nationale, meilleur entraîneur du Brésil à répétition depuis 2008. La plus grande réussite autoproclamée du club est de former ses jeunes et de les accompagner jusqu’au bout, fait dont Da Silva Santos est aujourd’hui la plus brillante illustration.

Si les vieux de la vieille, Fratus et Cielo, lequel tente un nouveau come-back après son échec olympique, tiennent bon la barre, Da Silva Santos montre qu’un renouvellement s’opère. Guilhermo Da Costa, 18 ans depuis octobre dernier, d’Unisante (Associaçao Santa Cecilia de Esportes) en est un autre exemple. Le brun Da Costa a rajeuni le record brésilien du 1500 mètres, que détenait Brandonn de Almeida avec 15’11s70 ; Da Costa en était à 15’14s04 en octobre dernier, lors du meeting Julio de Lamare, le voici à 15’6s35 au Maria Lenk, à l’issue de son duel avec Brandonn De Almeida, qu’il bat de six secondes. Anecdote : Brandonn (qui a gagné le 400 quatre nages) doit son prénom au fils de Bruce Lee, Brandon Lee, dont son père est un fan éperdu. Né un an après lui, son jeune frère n’a pas échappé à la marotte de son père, et se prénomme Bruce.

Nicholas Dos Santos, à 37 ans, n’est pas à proprement un jeunot. Mais le médaillé d’argent du 50 papillon des mondiaux de Kazan, derrière Florent Manaudou, n’en a pas moins battu le record sud-américain avec 22s61, fort près du record mondial établi à 22s43 par Rafael Munoz aux temps des tenues polyuréthane. Les deux autres courses de papillon ont été enlevées avec de bons temps, 51s82 (et 51s57 en séries) au 100 par Henrique De Souza sur 100 et 1’54s91 au 200 par Leonardo De Deus.

La natation féminine traîne un peu et ne propose pas d’équivalents des champions de sexe masculin. Etienne Medeiros reste une étoile isolée, qui gagne ici les 50 libre et dos.

Mais d’autres éléments se distinguent, ainsi Joanna Maranhao qui a gagné quatre courses, 400 (avec le record, 4’9s41 contre 4’9s48 à Manuela Lyrio), 200 papillon, 200 et 400 quatre nages. Mais rien de neuf, Joana a trente ans et fut finaliste olympique aux Jeux d’Athènes. Elle est connue ici en raison d’un cas d’agression sexuelle dont elle fut, toute jeune nageuse, la victime, et a conduit à un changement de la législation sur les abus de ce genre. La mésaventure, parait-il, a retard son éclosion de nageuse…

MESSIEURS.- 50 libre  : 1. Bruno FRATUS, Internacional, 21s70 ; 2 . Cesar CIELO, Pinheiros, 21s79 ; 3. Italo MANZINE, Minas Ténis, 22s12 (en série, 22s08).

100 libre : 1. Gabriel DA SILVA SANTOS, Pinheiros, 48s11 ; 2. Marcello CHIERIGHINI, Pinheiros, 48s76 (en série, 48s46) ; 3. Cesar CIELO, Pinheiros, 48s92 ; 4. Matheus P. DE SANTANA, Unisanta, 49s01 ; 5. Bruno FRATUS, Internacional, 49s17 (en série, 48s50) ; 6. Leonardo PALMA ALCOVER, Minas Ténis, 49s59 (en série, 49s57) ; 7. Henrique DE SOUZA MARTINS, Minas Ténis, 49s74 (en série, 49s59). Finale B : 1. Pedro Henrique SILVA, Pinheiros, 49s47.

200 libre : Luiz Altamir LOPES MELO, Pinheiros, 1’48s16.

400 libre : 1. Guilherme P. DA COSTA, Unisante, 3’49s49 ; 2 ex aequo : Giuliano CARER ROCCO et Luiz Altamir LOPES MELO, 3’50s49.

800 libre : 1. Lucas KANIESKI, Minas, Ténis, 7’58s85.

1500 libre : 1. Guilherme P. DA COSTA, Unisanta, 15’6s35; 2. Brandonn Pierry CRUZ DE ALMEIDA, Corinthians, 15’12s06; 3. Diogo VILLARINHO, Minas Ténis, 15’18s15.

50 dos : 1. Guilherme AUGUSTO GUIDO, Pinheiros, 24s72; 2. Gabriel ARUJO FANTONI, Minas Ténis, 25s26.

100 dos : 1. Guilherme Augusto GUIDO, 53s 84 ; 2. Guilherme DIAS MASSE, Pinheiros, 54s78.

200 dos  : 1. Leonardo DE DEUS, Unisanta, 1’57s95.

50 brasse  27s89 : 1. Joao Luis GOMES JUNIOR, Pinheiros, 26s83; 2. Felipe FERREIRA LIMA, Minas Ténis, 27s00; 3. Felipe Alves FRANCA SILVA, Unisanta, et PEDRO H. BRASIL CARDONA, Pinheiros, 27s32; 5. Felipe IDEZAKU MONNI, Pinheiros, 27s61 (en series, 27s53).

100 brasse : 1. JOAO LUIZ GOMES JUNIOR, 59s41 ; 2. Felipe FERREIRA LIMA 1:00.05 –en séries, 59s32) ; 3. Pedro H. BRASIL CARDONA, 1’0s12;, 3. Felipe ALVES FRANCA SILVA, 1’1s04.

200 brasse : 1. Thiago TEIXEIRA SIMON, Unisanta, 2’12s27.

50 papillon : 1. Nicholas DOS SANTO, Unisanta, 22s61 (record du Brésil et d’Amérique du Sud) ; 2. Henrique DE SOUZA MARTINS, Minas Ténis, 23s06 (en série, 22s98) ; 3. Cesar Augusto CIELO FILHO, Pinheiros, 23s22 ; 4. Gabriel SILVA SANTOS, Pinheiros, 23s60 ; 5. Guilherme ROSOLEN, Pinheiros, 23s64 (en série, 23s43)

100 papillon : 1. Henrique DE SOUZA MARTINS, 51s82 (en série, 51s57) ; 2. Vinicius MOREIRA LANZA, 52s02.

200 papillon : 1. Leonardo DE DEUS, Unisanta, 1’54s91 ; 2. Kaio MARCIO de ALMEIDA, Minas Ténis, 1’56s85 ; 3. Luis Altamir LOPES MELO, Pinheiros, 1’57s15.          

200 4 nages : 1. Thiago TEXEIRA SIMON, Unisanta, 1’59s49

400 4 nages : 1. Brandonn PIERRY CRUZ DE ALMEIDA, Corinthians, 4’13s06

4 fois 50 m : 1. Pinheiros, 1’27s15 ; 2. Minas, 1’27s61.

4 fois 100 mètres : 1. Pinheiros, 3’15s35

DAMES.- 50 libre : 1. Etiene PIRES MEDEIROS, Sesi-SP, 24s73.

100 libre : 1. Manuela LYRIO, Pinheiros, 54s80

200 libre : 1. Manuela LYRIO, Pinheiros, 1’57s34; 2. Maria PAULA HEITMANN, Minas Ténis, 1’59s91.

400 libre : 1. Joanna MARANHAO, Unisanta, 4’9s41 (record).

800 libre : 1. Viviane EICHELBERGER, GNU, 8’34s92.

1500 libre : 1. Viviane EICHELBERGER, GNU, 16’27s57.

50 dos  28s56: 1. Etiene PIRES MEDEIROS, Sesi-SP, 27s62; 2. Andrea ELIANA BERRINO, Unisanta, 28s52.

100 dos : 1. Andrea ELIANA BERRINO, Unisanta, 1’1s56.

200 dos  2’10s96 : 1. Andrea Eliana BERRINO, Unisanta, 2’13s11.

50 brasse : 1. Jhennifer ALVES CONCEICAO, Pinheiros, 30s63 2. Macarena AILEN CEBALLOS, Minas Ténis, 30s99.

100 brasse: 1. Macarena AILEN CEBALLOS, Minas Ténis, 1’8s00 ; 2. Julia SEBASTIAN, Unisanta, 1’8s05.

200 brasse : 1. Macarena AILEN CEBALLOS, Minas Ténis, 2’26s90.

50 papillon : 1. Daynara FERREIRA PAULA, Sesi-SP, 26s51.

100 papillon : 1. Daiane MARÇAL DIAS, 58s98

200 papillon : 1. Joanna MARANHAO, Unisanta, 2’9s22    

200 4 nages : 1. Joanna MARANHAO,  Unisanta, 2’13s32

400 4 nages : 1. Joanna MARANHAO, Unisanta, 4’38s63.

4 fois 50 mètres : 1. Unisanta, 1’41s27.

4 fois 100m : 1. Sesi-SP, 3’43s48 ; 2. Unisanta, 3’44s19.

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • Emilien Barascud 1er décembre 2013 Parmi les six victimes du crash, la semaine passée, d'un petit avion d'affaires dans un champ, à Mouffy, dans le département de l'Yonne au sud d'Auxerre, figure […]
  • APRÈS LES 2’19.64 DE GUNES SUR 200 MÈTRES BRASSE APRÈS LES 2’19.64 DE GUNES SUR 200 MÈTRES BRASSE: LA NATATION COMME MONDE ADOLESCENT Eric LAHMY Les performances obtenues à Singapour, aux championnats du monde juniors, par la Turque, […]
  • LES CHINOIS SUR LA LANCEE DE KAZAN CHAMPIONNATS DE CHINE : SUN YANG, 3’42.70 AU 400 METRES Dimanche 13 septembre 2015 Un junior sous la minute au 100 mètres brasse : Wang Lizhuo, un quasi-inconnu, absent des listes […]
  • LA JEUNESSE DE BUENOS AIRES 4 juillet 2013 La capitale de la République Argentine, Buenos Aires, organisera les Jeux olympiques de la Jeunesse en 2018. Ainsi en a décidé aujourd’hui le Comité International […]

Also published on Medium.

1 comment:

  1. EasySpeed

    Notons que Cesar Cielo à réussit l’exploit de nager le 50m en moins de 22 secondes 11 années consécutives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× cinq = 10