Catégorie : News

AURELIE DETRONE OPHELIE

Canet en Roussillon, 8 juin

Championne de France des 5km en 2009, Aurélie MULLER, du CN Sarreguemines, vivait depuis trois ans dans l’ombre d’Ophélie Aspord, conquérante de trois titres consécutifs sur la distance. Il y a deux jours, tandis qu’Ophélie triomphait, Aurélie abandonnait assez tôt dans la course. Se réservait-elle pour l’épreuve de ce matin, c’est bien possible. Toujours est-il qu’elle a repris sa couronne, ce matin, dans le bassin du port de Canet-en-Roussillon, et de quelle manière, vingt-huit secondes, près de cent cinquante mètres dans la vue. S’agissait-il de revanche ? Alors, elle se mangeait  (se buvait ?) froide, en l’occurrence, dans une eau à 19°. Derrière, Coralie CODEVELLE, de Sarcelles, devancée de peu par Aspord, avait été déjà troisième de cette épreuve en 2010 et 2011. Et non loin, comme chez les garçons, de la belle jeunesse en embuscade…

1 Aurélie MULLER Sarreguemines, 58’24’’13

2 Ophélie ASPORD Aviron Bayonnais, 58’52’’94

3 Coralie CODEVELLE AAS Sarcelles, 58’53’’46

4 Morgane ROTHON Alliance Dijon, 1994 Juniors 58’56’’10

5 Marion BRUNEL DTOEC 1996 Cadets 1h0’48’’29

6 Caroline JOUISSE AC Bourges 1994 Juniors 1h2’1’’98

7 Charlyne SECRESTAT AS Plessis Savigny 1998 Minimes 1h2’3’’67

CATTIN VIDAL EN SUIVANT LE FERRY

 

 Canet-en-Roussillon, 8 juin 2013

Champion de France des 5 km en 2011 et 2012, Damien CATTIN VIDAL, des Vikings de Rouen, s’est offert un troisième titre consécutif en 55’45’’7, ce matin 8 juin, aux championnats de France. Mais c’est seulement pour le titre que Damien l’a emporté en 55:44.78, ce matin, à Canet-en-Roussillon, la course étant revenue en fait au Hollandais Kerry Weertman. Derrière, les jeunes ont secoué le portillon et c’est ainsi qu’un « inconnu » de 17 ans, Marc-Antoine Olivier, de Denain, s’est offert la troisième place (et la deuxième Française) tandis que David Aubry, même âge, et Vikng comme Damien, se plaçait 5e et 4e Français. Charlie CUGNET, des Dauphins du TOEC (3e en 56:02.13), se retrouvait à la même place qu’en 2011.

1 Ferry WEERTMAN (Pays –Bas) 55’44’’78 ;

2 Damien CATTIN VIDAL (Vikings de Rouen) 55’45’’70 ;

3 Marc Antoine OLIVIER (Denain Natation – La Porte du H-1996 Cadets) 55’52’’87 ;

4 Charlie CUIGNET (DTOEC) 56’2’’13 ;

5 David AUBRY (Vikings Rouen 1996 Cadets 56’2’’84 ;

6 Marcel SCHOUTEN Pays-Bas 1993 Juniors 56’3’’48 ;

7 Vincent FRAYSSE SN Versailles) 56’4’’49 ;

8 Guillaume BOSCHER (Stade Clermontois – 1993 Juniors) 56’08’’32 ;

9 Romain BERAUD (AAS Sarcelles) 56’51’’18 ;

10 Anthony PANNIER (AAS Sarcelles) 57’0’’36.

 

MONACO EN CHIFFRES

8 juin 2013

Séries:

100 Mètres.- 1. Andrey GRECHIN RUS 49.58; 2. LAGUNOV Evgeny RUS 49.91; 3. Luca DOTTO ITA  50.38; 4. Kenta ITO JPN 50.42; 5. Michele SANTUCCI ITA 50.47 ; 6. Luca LEONARDI ITA 50.51 ; 7. Marco ORSI ITA 50.58 ; 8. Marco BELOTTI ITA, OLYMPIC NICE 50.63; 11. Erik VAN DOOREN SUI, GENEVE NATATION, 51.10; 13. Jean Baptiste PATAMIA, CN ANTIBES 51.53 ; 15. Eddie MOUEDDENE, AMIENS METROPOLE, 51.80 ; 19. Théo FUCHS AMIENS METROPOLE, 52.27 ; 20. Sandy BOLE FRA 1994 AS MONACO 52.40 22 ; Jean Baptiste FEBO SUI, GENEVE 52.67; 24. Damien JOLY OLYMPIC NICE 53.14.

50m dos.- 1. Vitaly BORISOV RUS 26.42 ; 2. Paul Gabriel BEDEL CN MARSEILLE 27.45 3. Lukas RAUFTLIN SUI LIMMAT SHARKS ZURICH 27.48; 4. Tennessy GALLOTTA OLYMPIC NICE 27.62; 5. Martin BADURA CZE 28.08; 6. Nicolas ZOULALIAN  SUI, GENEVE 28.33 ; 7. Jérémy STRAVIUS AMIENS METROPOLE 28.54 ; 8. Thomas AVETAND BEAUVAISIS AQUATIC 28.63 ; 9. Joris HUSTACHE SFOC 28.94 ; 11. Jordan COELHO ETAMPES, 30.07 ; 12. Florian ELMSHAUSER, GER, AS MONACO 30.46 ; 13. Théo CHIABAUT, MONACO, 33.06.

 

100 Mètres dos :

1. Peter BERNEK HUN 55.28 2. Eric RESS CN ANTIBES 55.86; 3. Benjamin STASIULIS CN MARSEILLE 56.40 ; 4. Martin BADURA CZE 56.96 ; 5. Vitaly BORISOV RUS 57.09, 6. Joris HUSTACHE SFOC 57.57 ; 7. David VERRASZTO HUN OLYMPIC NICE 58.56 ; 8. Paul Gabriel BEDEL CN MARSEILLE 58.73 ; 9. Thomas AVETAND BEAUVAISIS 59.83 ;

 

50m brasse.-

1. Damir DUGONJIC SLO, 28.18 ; 2. Oleg UTEKHIN RUS 28.27; 3. Hendrik FELDWEHR GER 28.36 ; 4. Niccolo OSSOLA ITA 28.42 ; 5. Kirill STRELNIKOV RUS 28.46 ; 6. Marco KOCH GER 28.66 ; 7. CHEN LI Tianhao  CHINE 28.76; 8. Laurent CARNOL LUX, 28.91 ; 9. Nic FINK USA 28.97 ; 10. Filipp PROVORKOV EST 28.99 ; 11. Thomas RABEISEN CN ANTIBES 29.14 ; 12. Andrea BOLOGNESI ITA MONACO NAT 29.21 ; 13. Quentin COTON CN ANTIBES, 29.34.

 

200m brasse. – 1. Marco KOCH GER, 2:12.96 ; 2. Viacheslav SINKEVICH RUS 2:14.26; 3. Andrew WILLIS GBR 1990 2:14.84 …12. Quentin COTON CN ANTIBES 2:17.98 ; 13. Thomas RABEISEN CN ANTIBES 2:18.29 ; 14. William DEBOURGES CN ANTIBES 2:19.11.

 

50m papillon.- 1. Steffen DEIBLER GER, 24’’ ; 2. Roland SCHOEMAN RSA 24.03 ; 3. Nikita KONOVALOV RUS 24.38; 4. Evgueni KOROTYCHKINE RUS, 24.41 ; 5. Evgeny KOPTELOV RUS, 24.50 ; 6. Bence PULAI, HUN, 24.51 ; 7. Nikolay SKVORTSOV, RUS, 24.63 ;8. Tomas PLEVKO, CZE, 24.75 ; 9. Sasha SUBARSKY AUT, 24.87 ; 10. Chad LE CLOS, RSA, 24.88 ; 11. Andrey GRECHIN RUS, 24.90 ; 12. Martin VERNER CZE, 24.97 : 17. Jean Baptiste FEBO SUI, 25.87; 19. Emilio IMELLA, ITA, 26.06; 20. Axe CAPAZZA, OLYMPIC NICE, 26.31; 21. Sébastien BRILLOUET, AS MONACO, 26.48 ; 23. Tristan FORCHERI, FRA, 26.78.

200m papillon

1. Chad LE CLOS RSA 1:58.87 ; 2. David VERRASZTO HUN OLYMPIC NICE, 1:59.18 ; 3. Bence BICZO, HUN, 1:59.75 ; 4. Yuki KOBORI JPN 2:0.08 ; 5. Jordan COELHO ETAMPES, 2:0.21 ; 6. Alexandre LIESS, SUI, 2:1.39 ; 7. Michael MEYER  RSA 2:1.88 ; 8. Tomas HAVRANEK, CZE 2:2.01; 12. Ambroise PETIT, OLYMPIC NICE, 2:9.17 ; 13. Kevin MARTINS OLYMPIC NICE, 2:9.35 ; 14. Tristan FORCHERI, AS MONACO, 2:11.46.

 

200m quatre nages.-

1. Laszlo CSEH HUN, 2:1.33 ; 2. Daiya SETO JPN, 2:2.04 ; 3. Jérémy STRAVIUS, AMIENS, 2:2.39 ; 4. Jakub MALY, AUT, 2:3.18 ; 5. Michael MEYER, RSA, 2:3.68 ; 6. Joseph ROEBUCK, GBR, 2:3.74; 7. Kevin WEDEL, GER, 2:3.82; 8. Nic FINK, USA, 2:5.37; 10. Jérémy DESPLANCHES SUI, 2:5.87;13. Michael ROBBE, BEL, 2:8.68; 15. Sandy BOLE, AS MONACO, 2:12.35; 17. Thomas AVETAND, BEAUVAISIS, 2:14.92;19. Ruka SHIMIZU JPN AS MONACO 2:21.17.

 

DAMES

50 mètres.-

1. Ranomi KROMOWIDJOJO NED,  25.21 ; 2. Rozaliya NASRETDINOVA, RUS, 25.34 ; 3. Sarah SJOESTROEM SWE, 25.37;

4. Anna SANTAMANS OLYMPIC NICE, 25.55 ; 5. Ruta MEILUTITE, LTU, 25.72 ; 5. Dorothea BRANDT GER, 25.72 ; 7. Britta STEFFEN GER, 26.04 ; 8. Mariya BAKLAKOVA RUS, 26.10 ; 13. Cloé HACHE BEAUVAISIS, 26.68 ; 17. Isabelle MABBOUX ACBB, 27.20 ; 17. Marie WATTEL, OLYMPIC NICE, 27.20; 19. Anouchka MARTIN, SAINT-DIZIER, 27.22.

 

200 Mètres (séries)

1. Katinka HOSSZU HUN 1:57.86 ; 2. Jazmin CARLIN GBR 1:58.65; 3. Camille MUFFAT OLYMPIC NICE 1:59.18; 4. Charlotte BONNET OLYMPIC NICE 1:59.57; 5. Mariya BAKLAKOVA, RUS 2:0.90; 6. Victoria ANDREEVA RUS 2:1.18; 7. Lotte FRIIS DEN  OLYMPIC NICE, 2:1.45;  8. Boglarka KAPAS, HUN, 2:1.58 :  9. Mylène LAZARE, SARCELLES, 2:2.87 ; 14. Isabelle MABBOUX, ACBB, 2:4.26; 18. Béryl GASTALDELLO, OLYMPIC NICE, 2:6.64; 19. Margaux VERGER GOURSON, ACBB, 2:6.70.

 

50m dos.-

1. Mercedes PERIS MINGUET ESP 28.54; 2. Georgia DAVIES GBR, 28.75; 3. Aya TERAKAWA, JPN, 28.91; 4. Polina LAPSHINA, RUS, 29.03 ; 5. Daria USTINOVA RUS, 29.18 ; 6. Jianan YAO, CHN, 29.32 ; 7. Elizabeth SIMMONDS, GBR, 29.36; 8. Simona BAUMRTOVA, CZE, 29.60 ; 9. Marketa STRAPKOVA, CZE, 29.86 ; 11. Laetitia PEREZ, SUI, 30.14 ; 13. Marion NATALICCHI, AS MONACO 30.93.

 

200m dos :

1. Evelyn VERRASZTO, HUN, 2:10.80; 2. Daria USTINOVA, RUS, 2:11.08; 3. Daryna ZEVINA, UKR, 2:11.33; 4. Katinka HOSSZU, HUN, 2:11.86; 5. Elizabeth SIMMONDS, GBR, 2:13.09; 6. Mariya GROMOVA, RUS, 2:13.77 ; 7. Polina LAPSHINA, RUS, 2:13.86 ; 5. Lisa POU, AS MONACO, 2:26.40 ; 16. Laura SAVARIAU, OLYMPIC NICE, 2:27.16 ; 17. Auriane DE PREMILHAT, CN MARSEILLE, 2:28.80 ; 18. Tiffany POU, AS MONACO 2:29.27 ; 19. Margaux VERGER GOURSON ACBB, 2:32.21.

 

50m brasse.-

1. Mariya LIVER UKR 31.08; 2. Valentina ARTEMYEVA RUS 31.34; 3. Ruta MEILUTITE LIT, 31.95 ; 4. Caroline RUHNAU GER 31.99 ; 5. Julia WILLERS GER 32.16 ; 6. Anna BELOUSOVA RUS 32.25 ; 10. Sarah VAISSE, AMIENS, 32.73 ; 12. Fanny BABOU, CNS ST-ESTEVE, 33.18; 14. Chloé CAZIER, BEAUVAISIS, 33.76 ; 15. Zoe DJEBALI, FOS-SUR-MER, 34.12 ; 17. Anouchka MARTIN, CO SAINT-DIZIER, 34.80 ; 18. Caroline BRESCIANO, MONACO NATATION, 36.35 : 19. Claudia VERDINO, MONACO, 41.53.

 

200m BRASSE

1. Ruta MEILUTITE, LTU, 1:7.74 ; 2. Miho TERAMURA, JPN, 1:9.33 ; 3. Kanako WATANABE, JPN, 1:9.43 ; 4. Irina NOVIKOVA, RUS, 1:9.62 ; 5. Anna BELOUSOVA, RUS, 1:9.64… 13. Sarah VAISSE, AMIENS, 1:13.33 ; 14. Anais ARLANDIS OLYMPIC NICE, 1:14.41 ; 15. Chloé CAZIER, FRA, 1:15.66 ; 16. Zoe DJEBALI, FOS-SUR-MER 1:15.78 ; 17. Lise NORGIL DAMGAARD DEN, 1:17.02.

 

50m papillon

 

1. Mélanie HENIQUE, AMIENS, 26.31 ; 2. Ranomi KROMOWIDJOJO, NED, 26.43 ; 3. Jeanette Ottesen GRAY, DEN, 26.59; 4. Rozaliya NASRETDINOVA, RUS, 27.15 ; 5. Daria TCVETKOVA RUS 27.19 ; 6. Anna SANTAMANS, OLYMPIC NICE, 27.25 ; 7. Béryl GASTALDELLO, OLYMPIC NICE, 27.38: 8. Dorothea BRANDT, Allemagne, 27.58 ; 9. Marie WATTEL, OLYMPIC NICE 27.60 ; 16. Danielle VILLARS, SUI, 28.19 ; 18. Armony DUMUR, AMIENS. 28.34 ; 19. Justine BRUNO, BEAUVAISIS, 28.37

 

100m papillon.

1. Sarah SJOESTROEM SWE, 59.29; 2. Jemma LOWE GBR, 59.43; 3. Jeanette Ottesen GRAY, DEN, 59.56; 4. Camille MUFFAT, OLYMPIC NICE, 59.73; 5. Danielle VILLARS, SUI, 59.81; 6. Daria TCVETKOVA RUS 1:1.20; 7. Paulina SCHMIEDEL, GER, 1:1.39; 8. Anastasia GUZHENKOVA, RUS, 1:2.; 11. Mélanie HENIQUE, AMIENS, 1:2.37 ; 13. Isabelle MABBOUX ACBB, 1:2.66 ; 15. Anna SANTAMANS, OLYMPIC NICE, 1:2.83 ; 16. Armony DUMUR, AMIENS METROPOLE,  1:3.04 ; 17. Justine BRUNO, BEAUVAISIS, 1:3.43 ; 18. Anais ARLANDIS, OLYMPIC NICE 1:3.62.

 

400m quatre nages.-

1. CHEN Ziyi CHN, 4:53.28 ; 2. Alizée MOREL, OLYMPIC NICE, 5:1.59.

TRANQUILLE COMME CAMILLE MUFFAT

Monaco, 8 juin.

Au cours de la première matinée du meeting Mare Nostrum, à Monaco, ce matin, Camille Muffat s’est qualifiée parmi les meilleures, autant sur 200m où ses 1’59’’18 ne le cèdent que face aux 1’57’’85 de la Hongroise Katinka Hosszu, très revancharde après sa déconvenue des Jeux de Londres, et les 1’58’’65 de la Britannique Jaszmin Carlin, que sur 100m papillon, l’une de ses anciennes amours, où elle a été créditée de 59’’73, 4e temps des séries.

Le Sud Africain Chad LeClos, champion olympique du 200m papillon aux Jeux de Londres, s’est aisément qualifié avec un des rares temps sous les 2’ pour les finales de son épreuve fétiche, Il sera entouré en finale de deux Hongrois, David Verraszto et Bence Biczo.

Le Russe Andrei Grechin, qui avait terminé 9e (premier éliminé pour la finale) en 21’’98 l’an dernier aux Jeux olympiques de Londres, s’est qualifié pour sa part avec les meilleurs temps  du 50m et du 100m, Sur 100m Grechin, 49’’58, précède son compatriote Evgueny Lagunov, 49’’91,  le Japonais, Kenta Ito finissant 4e, au milieu d’une tripotée d’Italiens qui complètent la finale, emmenés par Luca Dotto, 3e en 50’’38 !

Côté féminin, la Hollandaise Ranomi Kromowidjojo, au nom délicieusement imprononçable, héritera de la lgne centrale du 50 mètres, ayant réussi le meilleur temps des séries, en 25’’21.

GRECHIN FACILE SUR 50 METRES

Le Russe Grechin s’est qualifié avec le meilleur temps pour les finales du 50 mètres nage libre ce matIn, au meeting Mare Nostrum de Monaco, devant l’Italien Dotto et l’inusable Sud Africain Schoeman, 33 ans..

 

50 mètres.- 1. Andrey GRECHIN RUS 22’’62; 2. Luca DOTTO ITA 22’’66; 3. Roland SCHOEMAN RSA 22’’79; 4. Evgeny LAGUNOV RUS 22’’83; 5. Marco ORSI ITA 22’’96; 6. Ari Pekka LIUKKONEN FIN 23’’04; 7. Shinri SHIOURA JPN 23’’06; 8. Kenta ITO JPN 23’’19; 11. Erik VAN DOOREN SUI, GENEVE, 23’’30; 17. Eddie MOUEDDENE Amiens  23’’80; 18. Jean Baptiste PATAMIA CN ANTIBES 23’’82; 20. Sandy BOLE AS MONACO 24’’47; 21. Thomas MOLINA AS MONACO 24’’58; 22. Alexandre GREAU SAINT-RAPHAEL 24’’60; 23. Maxence BENEZECH SAINT-RAPHAEL 24’’62; 25. ZOULALIAN Nicolas SUI 1996 Genève 25’’05; 26. MEIJER Jesse NED 1994 AS MONACO 25’’25; 27. CAPAZZA Axel 1997 OLYMPIC NICE 25’’27; 28. GALLOTTA Tennessy OLYMPIC NICE 25’’31; 29. ZENERE Giorgio ITA, AS MONACO 25’’51; 31. CAMPAGNO Andrea AS MONACO 26’’

ESTHER WILLIAMS (1921-2013) LA PREMIERE SIRENE

La nageuse Esther Williams, qui devint l’une des étoiles du cinéma hollywoodien des années 1940, s’est éteinte hier, 6 juin, à Beverley Hills, en Californie.

Par Eric LAHMY

Esther Williams fut au cours des années 1940 l’une des stars les plus célébrées d’Hollywood. Le fait qu’elle se produisit dans des shows aquatiques a donné à croire qu’elle était une ballerine de ballets nautiques. Il n’en est rien. Esther lança une mode, mais elle était une nageuse, et, insistons, une nageuse de course.

Elle était née le 6 août 1921 à Los Angeles, et devint championne des Etats-Unis du 100m nage libre en 1939. L’un les grands talents de nageuse de son époque elle était aussi à l’aise en brasse ou en dos, se montrait imbattable dans les trois nages, une épreuve typiquement américaine, qui devint ensuite le quatre nages à l’apparition de la nage papillon et entra aux Jeux olympiques en 1964, aux Jeux de Tokyo. Sa facilité dans l’eau, sa puissance, son talent étaient impressionnants

Esther se présentait comme une championne olympique potentielle. Mais les Jeux de Tokyo furent annulés en raison de la guerre mondiale. Dès lors, elle ne prit pas la peine de se présenter aux championnats de 1940, qui furent gagnés par Brenda Helser, laquelle se maria avec un Français, le comte de Morelos, et vécut à Paris, où elle allait régulièrement effectuer des longueurs au Racing Club de France, rue Eblé. Esther Williams, elle, championne sans emploi, décida de devenir professionnelle. Et fit une entrée majestueuse à la « World Fair Aquacade » de San Francisco.

Il s’agissait d’un spectacle nautique imaginé par un certain William Rosenberg, dit Billy Rose, et qui, inauguré quelques années plus tôt à l’occasion de la Foire mondiale de Chicago, connaissait un énorme succès d’audience. Des dizaines de jolies filles évoluaient dans des chorégraphies somptueuses, autour de deux stars considérables, champions olympiques de natation, Johnny Weissmuller, le populaire Tarzan de Hollywood, et Eleanor Holm. Quand Holm abandonna le spectacle, Billy Rose demanda à Weissmuller de choisir la remplaçante parmi les nombreuses prétendantes. Son choix se fixa sur Esther Williams parce que, raconta-t-il, elle était la plus grande (1,75m). Elle n’était pas la plus vilaine non plus ! Très vite, la grâce d’Esther, son sourire, son aisance dans l’eau, accommodés à la sauce d’Hollywood, firent le reste.

La popularité acquise à travers l’Aquacade attira l’attention d’Hollywood. Esther devint la vedette de Neptune’s Daughter, film inspiré par quelques éléments de sa vie, mais dont le scénario aurait pu se résumer à : jolies filles, maillots de bain et piscines bleutées, sans oublier, ah ! L’amour.

Le succès populaire fut énorme. D’autres films suivirent, bâtis sur le même modèle, et confortèrent Esther dans son statut de vedette. Au sortir de la guerre, les studios vendaient chaque semaine 2500 cartes postales à son effigie aux Etats-Unis. Plus qu’Ava Gardner, star numéro un et plus belle femme proclamée d’Hollywood. Esther Williams raconta avoir vu,  un jour, à la devanture d’un kiosque à journaux, son portrait à la « une » de seize magazines différents.

Une particularité de sa trajectoire hollywoodienne, fut qu’elle créa un genre dont elle resta la seule dépositaire, et le genre s’éteignit quand elle se retira. Aucune rivale, personne pour lui succéder. Ce n’était pourtant pas les jolies filles qui manquaient à Hollywood ou dans la natation. On n’imaginait tout simplement pas une autre fille qu’elle dans ce type de rôles. Les ballets aquatiques restèrent à jamais « les films d’Esther Williams. »

Esther, on l’a dit, était particulièrement à l’aise dans l’eau. L’une des nageuses les plus rapides d’Amérique en nage libre et en brasse, elle maîtrisait parfaitement toutes les techniques. Mais elle n’était pas plus « nageuse synchronisée » que les bataillons de belles filles qui l’accompagnaient dans ses évolutions filmiques. En 1952, pour les besoins d’un de ses films, Easy to Love, le producteur, Dick Pope, engagea deux vraies « synchronettes », les sœurs Rose, pour enseigner les mouvements aux vedettes du film.

Esther Williams, un peu comme Weissmuller, resta toute sa vie attachée à son sport préféré. Elle avait confié de nombreux trésors de ses films, bonnets, maillots de bains, à l’International Swimming Hall of Fame (le Temple de la Renommée Aquatique) de Fort Lauderdale. Ses dernières années, sa santé s’était dégradée, elle souffrait de rhumatismes et avait quelque mal à se mouvoir. Il y a cinq ou six ans, déjà, n’ayant pu se rendre comme prévu à l’annuelle cérémonie d’introduction du Hall of Fame, elle avait gentiment reçu Bruce Wigo, le président du dit Hall of Fame, immergée dans sa piscine et présenté ses vœux aux récipiendaires par le biais  d’une vidéo. Sa grâce, son sourire légendaire étaient restés intacts.

REYMOND AU SPRINT, ASPORD A SA MAIN

Par Eric LAHMY

6 juin 2013

Le titre français des 10 km messieurs s’est bien joué entre les trois nageurs de pointe, compte tenu des circonstances, aujourd’hui, à Canet en Roussillon. Le Viking de Rouen Damien Cattin-Vidal, champion de France en titre, a été contraint de céder sa couronne à Axel Reymond (AS Plessis-Chavigny), un beau nageur crédité de 15’26’’ au 1500 mètres en piscine. Très belle course, ardemment disputée, Reymond l’emportant de deux longueurs devant Cattin-Vidal lui-même chatouillé de très près par Charlie Cuignet. Les deux premiers classés sont désormais qualifiés pour les mondiaux de Barcelone, tandis que Cuignet et le Sétois Bertrand Venturi, 5e, obtiennent chacun un billet pour les Universiades.

Nous avons évoqué les circonstances. Il s’agit en l’espèce de l’eau froide, autour de 18°. Ces championnats ont d’ailleurs failli ne pas se dérouler, en raison d’une température, en pleine mer, qui variait entre 14,2° et 14,9° quand les règlements exigent un minimum de 16°. Les organisateurs ont été contraints de tracer un parcours dans le port de Canet, dont la température était plus clémente. L’un des meilleurs nageurs de grand fond présents au départ, Romain Béraud, qui s’était distingué cet hiver en Amérique du Sud, très à l’aise dans des eaux chaudes, autour de 24°, comme l’ont montré ses victoires de Coupe du monde à Santos, au Brésil, puis à Viedma, en Argentine, a été contraint à l’abandon après quatre kilomètres. La course a vu aussi les débuts en eau libre d’Anthony Pannier, dont la carrière en piscine est constellée de podiums sur 1500m, 800m, 400m et 400m quatre nages. Anthony, que l’on aurait volontiers placé en position de favori, d’autant que le plan d’eau du port éliminait le handicap des vagues, souvent fatales à des nageurs de piscine, a terminé loin, à trois minutes des hommes du podium. « Mais il ne s’agit là que d’une erreur de débutant, estime Stéphane Lecat, la légende vivante du grand fond et des marathons nautiques, aujourd’hui tout nouveau conseiller technique responsable de l’eau libre où il a remplacé Marc Lazzaro. Pannier ignore encore la gestion du ravitaillement et de la course en eau libre. Je ne sais pas s’il entend insister dans cette nouvelle voie au-delà des championnats, mais dans ce cas, je ne vois pas ce qui l’empêcherait d’effectuer la transition de la piscine. »

La course féminine est revenue à Ophélie Aspord, qui a totalement maîtrisé son sujet. Aspord, 6e du 5km des mondiaux 2011 et du 10km des Jeux olympiques de Londres, en 2012, et triple championne de France entre 2009 et 2011, n’avait pas besoin de se trouver à son top niveau pour devancer Célia Barrot (ASPTT Lmoges), la tenante du titre. Barrot, spécialiste des 25km (elle fut 7e de la distance aux mondiaux 2011), a gagné en vitesse, et Lecat espérait que ces progrès se retrouveraient sur sa distance fétiche. La 3e de la course, Charlyne Secrestat, de l’AS Plessis-Savigny, qui, à 15 ans et demi, s’offre son 2e podium national consécutif  sur la distance !

REYMOND ET ASPORD sur 10 KM

6 juin 2013

Les premiers titres nationaux d’eau libre ont été disputés dans le port de Canet, sur 10km. Damien Cattin Vidal, des Vikings de Rouen, champion de France sortant, a cédé sa couronne à Axel Reymond.

Côté femmes, c’est Ophélie Aspord, Aviron Bayonnais, championne de France 2009, 2010 et 2011, qui l’a emporté, reprenant le titre qu’avait ravi en 2012 Celia Barrot, de l’ASPTT Limoges, qui finit 2e.

Les deux premiers de chaque course sont qualifiés pour les mondiaux de Barcelone.

BONNET D’ANE POUR SWIMMING AUSTRALIA

Par Eric LAHMY

6 juin 2013

Un numéro d’un goût douteux du président en charge de la Fédération australienne de natation (Swimming Australia), aujourd’hui démissionnaire, a coûté cher à l’organisation. En effet, l’un de ses commanditaires majeurs, Energy Australia, a décidé de se retirer du pool de sponsors et d’annuler sa contribution, qui se monte à 1,25 millions de dollars Euros) chaque année.

L’ex président, Barclay Nettleford, en place depuis huit mois, a démissionné le 2 juin. A deux reprises, il s’était permis des remarques très désobligeantes, notamment au sujet d’une jeune femme spécialiste de science sportive, en l’absence de celle-ci, suggérant de vérifier que les locaux de l’équipe ne contiennent pas de jouets sexuels ou de préservatifs, ajoutant que pour ce qui le concernait, on devrait l’appeler « âne » au regard de ses dispositions anatomiques. Aujourd’hui, d’aucuns insinuent que cette qualification pourrait être retenue à son égard pour des raisons moins ‘’flatteuses’’ que celles qu’il suggérait !

Ce genre d’exubérance n’a pas été du goût des jeunes femmes qui ont déposé plainte, et encore moins des sponsors qui paient très cher d’être associé à un sport extrêmement populaire en Australie. A l’issue des Jeux, la natation australienne s’était trouvée sous le feu des critiques en raison des contre-performances de l’équipe olympique, de l’utilisation, par les nageurs, d’un produit sédatif interdit par le Comité Olympique Australien, et enfin, du harcèlement, téléphonique, électronique ou autre, de plusieurs nageuses par les garçons de l’équipe.

Les membres masculins du relais quatre fois 100m, placés sur la sellette, avaient dû s’excuser publiquement de leur comportement. Malgré cela, pour la première fois depuis les années 1980, les fonds recueillis par le sponsoring avaient baissé, en l’occurrence de six pour cent.  Au bout du compte, Monsieur Nettleford porte son bonnet d’âne, mais c’est Swimming Australia qui passe à la caisse.

COUP DE FROID SUR L’EAU LIBRE

6 juin 2013

Par Eric LAHMY

Les championnats de France d’eau libre ont débuté ce matin à Canet en Roussillon. Ces courses sont sélectives pour les mondiaux qui se tiendront à Barcelone le mois prochain. L’eau libre, un peu comme toutes les autres disciplines dites « affinitaires » de la Fédération, souffre, au plan de son image, de la comparaison avec la natation de course, qui se déroule en piscine, et qui, pour des raisons liées à la longue tradition olympique et aux excellents résultats de ces quinze dernières années, constitue à la fois la vitrine et, si l’on ose s’exprimer ainsi, le fond de commerce de la Fédération française de natation.

Pourtant, l’eau libre, qu’on a pu appeler aussi grand fond ou marathon nautique (aujourd’hui, on propose une distinction entre le fond qui va jusqu’à dix kilomètres et le marathon qui va au-delà) est une discipline très vivace en France, et ses résultats sont plus qu’honorables, même si notre équipe nationale reste un peu en deça des formations maîtresses que sont, dans le désordre, les USA, l’Australie, l’Allemagne, l’Italie et la Russie. On en veut pour preuve que l’on comptait 168 nageurs (99 garçons, 69 filles) engagés her soir.

Même si les exploits d’Anne Chagnaud et de Stéphane Lecat dans les années 1980, n’ont pas été renouvelés, la France a toujours eu le chic pour trouver des représentants de bon niveau, dans un type d’épreuves qui demande énormément d’abnégation et de courage. Aux mondiaux 2011, un Français se classait dans les dix premiers de chacune des trois courses masculines et de deux des trois courses féminines, tandis qu’Aurélie Muller arrachait l’argent des 5 kilomètres dames, à quatre dixièmes de la Suissesse Swann Oberson, ceci pas très loin devant Ophélie Aspord, 6e. L’an passé, à Londres, Ophélie se classait encore 6e, cette fois sur 10km, la seule course agréée aux Jeux.

A Canet, en raison de la température, qui se situait en dessous des minima en pleine mer, le comité d’organisation des championnats de France en accord avec les officiels de la FFN a décidé de remettre en cause les tracés des parcours de chacune des courses pour les transposer dans le port où la température requise est au-dessus du minimum réglementaire. Les épreuves prévues au programme, d’aujourd’hui jeudi 6 au mardi 11 juin 2013, à Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales), auront donc bien lieu.