GRAVELINES: UN ÉNORME LOGAN FONTAINE DE DIX-HUIT ANS « DOMPTE » LE PODIUM OLYMPIQUE DE RIO

ÉRIC LAHMY

Dimanche 4 Juin 2017

S’étant trouvé, avant-hier, battu dans les 10 kilomètres des championnats de France d’eau libre à Gravelines, et écarté de ce fait de la sélection aux championnats du monde de Budapest, il semble que Logan FONTAINE se soit laissé aller à bouillir d’une sainte rage. Le jeune phénomène de la natation française avait de quoi. Il se retrouvait troisième, non qualifié pour les championnats du monde de Budapest dans l’épreuve olympique puisque précédé par Marc-Antoine OLIVIER et David AUBRY. Or le protégé d’Eric Boissière avait une « bonne » excuse, s’étant blessé d’entrée du dix kilomètres. « Le départ se fait dans l’eau, en poussant contre un ponton, et Logan a poussé légèrement en retard sur les autres, expliquait BOISSIERE. Or, la pression exercée sur le ponton un éclair de temps plus tôt par la soixantaine de nageurs a fait reculer le ponton; Logan s’est retrouvé à effectuer un violent mouvement des jambes dans le vide, et s’est donné une élongation. »

D’entrée, donc, Logan se trouvait handicapé par la douleur qu’occasionnent ces micro-déchirures, et BOISSIERE, en suivant la course, notait que Logan, lequel d’habitude, provoque d’importants dégâts chez l’adversaire lorsqu’il « met le battement » en accélérant, ne trouvait pas son efficacité habituelle… dans un tel cas de figure, on doit considérer sa place à l’arrivée de la course des 10 kilomètres  comme une superbe performance.

Mais le jeune homme l’avait mauvaise. Il était venu ici, ayant fait sa niche chez les juniors auxquels il appartiendra encore l’année prochaine, avec l’intention de s’imposer parmi les adultes et se retrouvait dépité par son résultat.

Il mit à contribution la journée de repos du 2 juin pour se soigner, Eric Boissière ne l’engageant pas dans les relais, et se lança dans le cinq kilomètres « avec la rage », expliquait-il dans le petit entretien publié sur le site fédéral, où il ajoutait : « Je suis fier de ce que je viens de réaliser ! Il fallait que je me montre. Le 10 km m’a mis tellement mal. Je suis revenu avec la rage pour ce 5 km. Il faudra compter avec moi dans les prochaines années… »

Si Logan ne tenta guère un gros coup pendant la première moitié de son effort, il effectua une sorte de course d’attente aux avant-postes, ponctuée d’accélérations, à la lutte avec le Hongrois RASOVSKY lequel menait l’action et répondait à ses démarrages. La course se composait d’un aller et retour sur le plan d’eau, donc deux lignes droites de 2500 mètres avec virage autour d’une bouée. C’est là qu’il décida d‘attaquer, et il n’y mit pas la moitié de son énergie. « Il effectua un virage très véloce, passant pratiquement sous la bouée, et lança son premier démarrage. Il prit les devants, et il s’est mis à produire tellement d’énergie que je me demandais s’il tiendrait. Le champion olympique Ferry WEERTMAN s’y mettait à son tour, et Marc-Antoine OLIVIER aussi, qui tentaient tous deux de recoller, à plusieurs reprises. Mais à chaque fois, Logan relançait une nouvelle accélération, et au bout d’un certain moment, WEERTMAN lui-même (tout champion olympique et vainqueur l’avant-veille des 10.000 mètres) explosait. »

Gagner est une chose, mais gagner devant les nageurs qui étaient présents sur le plan d’eau de Gravelines en est une autre : Logan venait de dominer Marc-Antoine OLIVIER, le médaillé de bronze des Jeux olympiques, Ferry WEERTMAN, le champion olympique, Jack BURNELL, à la disqualification de qui OLIVIER dût sa médaille aux Jeux.

Le temps de 52’25s est en soi très rapide. La course des 5 kilomètres féminins fut aussi menée tambour battant, qui revint à Aurélie MULLER, notre championne du monde, après un duel contre l’Allemande BECK, une immense araignée (1,83m, 64kg selon les sources officielles) allemande de Würzburg, plus connue pour ses nombreux titres nationaux sur 1500 mètres, et de ce fait potentiellement redoutable au finish (n’oublions pas que pour un nageur d’eau libre, 1500 mètres est synonyme de: sprint)… Aurélie MULLER, qui est maintenant notre meilleure nageuse de 1500 mètres, n’étant pas trop mal pourvue de ce côté-là non plus, laissa BECK à une longueur. Océane CASSIGNOL finissait troisième… La course avait été désertée par l’Américaine Haley ANDERSON, gagnante l’avant-veille des dix kilomètres, double championne du monde des 5 kilomètres (2013 et 2015) et donc tenante du titre mondial: « les Américains ont quitté Gravelines le lendemain des 10 kilomètres pour visiter la région. Ils étaient bel et bien engagés, mais ils n’ont pas dû retrouver le chemin de retour, car on ne les a jamais revus » expliquait en riant un organisateur… 

Qui sait, en train de visiter le Louvre? 

MESSIEURS.- CINQ KILOMETRES.- 1. Logan FONTAINE, Vikings de Rouen, 52’25s9 ; 2. Marc-Antoine OLIVIER, Denain Porte du Hainaut, 52’28s2 ; 3. Ferry WEERTMAN, Pays-Bas, 52’40s2 ; 4. Jack BURNELL, GBR, 52’45s ; 5. Kristoff RASOVSZKY, HUN, 52’43s3; 6. Soren MEISSNER, GER, 52’59s10; 7. David AUBRY, Montpellier Métropole, 53’5s; 8. Mark PAPP, HUN, 53’19s; 9. David BRAND, AUT, 53’23s70; 10. Marcel SCHOUTEN, NED, 53’24s2.

DAMES.- CINQ KILOMETRES.- 1. Aurélie MULLER, Sarreguemines, 57’16s6 ; 2. Leonie Antonia BECK, GER, 57’18s10 ; 3. Océane CASSIGNOL, CFR-Occitanie, 58’35s4 ; 4. Danielle HUSKISSON, GBR, 58’41s40 ; 5. Lisa POU, Monaco, 58’42s3 ; 6. Léa MARCHAL, Montpellier Métropole, 58’47s3 ; 7. Coralie CODEVELLE, Sarcelles, 58’47s9 ; 8. Melinda NONVMATH, HUN, 58’55s40 ; 9. Alice DEARING, GBR, 59’19s6 ; 10. Janka JUHASZ, HUN, 59’23s1.

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept + 4 =