Le Japonais sans peine

Par Eric LAHMY

Jeux Asiatiques à Incheon, Corée

Le 21 Septembre 2014

D’aucune attendaient sur 200 mètres, épreuve lançant la première journée de natation des Jeux Asiatiques d’Incheon, un duel entre Park et Sun, les héros coréen et chinois de la course, mais c’est Hagino qui enlève l’épreuve. Les Chinois, qui croyaient arriver en terre conquise, les Coréens, qui se croyaient les plus forts à domicile, ont de quoi se faire des sushis !

Cette bonne blague, le 200 mètres nage libre des Jeux asiatiques gagné par le Nippon Kosuke Hagino. Vous me direz : et alors ? Et vous aurez raison. Hagino est un merveilleux nageur. Sauf que les medias du continent le plus peuplé du monde (j’ai pas compté mais plus peuplé, semble-t-il, que le reste de la planète) se régalaient à l’avance du duel entre le Chinois Sun Yang (meilleur nageur du monde aux Jeux olympiques de Londres) et le Sud-Coréen Park Hae-Hwan, champion olympique 2008 du 400 mètres et son plus fier rival asiatique et mondial.

S’il faut en croire le site de la chaîne indienne NDTV (New Dehli Television Limited), le niveau d’échauffement des esprits, autour de ce qui était manifestement pour beaucoup d’esprits un match à deux, s’était considérablement élevé ces dernières semaines. Sun Yang y était pour quelque chose. Ce garçon qui apparait de plus en plus comme l’un des nageurs les plus arrogants jamais vus dans une piscine, aurait déclaré qu’il ne considérait pas Park comme un rival sérieux. Toujours selon NDTV, Sun aurait participé à des spots commerciaux humoristiques pour le compte d’un équipementier chinois, dans lesquels il ironise sur le statut héroïque conféré au sud coréen. « Mr Park, vous êtes le héros du peuple Coréen. Vos fans sont innombrables. Même ce complexe aquatique porte votre nom. Mais, Mr Park, et alors », dit-il dans l’un d’entre eux avant d’effectuer une « bombe » dans le bassin. Dans un autre spot, flottant allongé sur un matelas à air, il raille, remerciant Park de ne pas avoir quitté la natation pour devenir un chanteur ou une star de la télé, puis ajoute : « maintenant, ne me laisse pas gagner trop facilement. »

Par essence, une finale de course comprend huit nageurs. Mettre l’accent sur un duel est souvent idiot, toujours risqué, car les six autres finalistes peuvent ne pas être d’accord. C’est une forme de racolage médiatique qui abaisse d’un ton le sport pour le mettre au niveau du catch… Kosuke Hagino, que les Nippons appellent « Michael Phelps made in Japan » en raison de son talent et de sa faculté de briller dans tous les styles, a réussi à assaisonner dans un finish positivement monstrueux les deux favoris de l’épreuve. Park lança la course, menant aux 50 mètres, Sun attaquant fièrement aux 100 mètres. Hagino revint dans l’ultime longueur, annihilant les espoirs du chinois en répondant à chacun de ses démarrages par un démarrage supérieur, et l’emporta d’un rien, mais l’emporta. Il lui fallait non seulement finir plus vite que le géant chinois (1,98m) mais aussi être assez devant pour ne pas se faire voler la victoire à la touche, lui qui mesure 1,75m, comme il se l’était faite voler aux derniers PanPacifics, le mois dernier, quand, devançant tout son monde, l’Australien Thomas Fraser-Holmes, 1,94m, plaqua sa main au bout de ses longs bras un dixième plus tôt…

Certes, les Jeux asiatiques ne sont pas finis, et le 400 mètres et le 1500 mètres sont au moins aussi importants que ce 200 mètres…

L’ensemble des résultats a démontré une autre faille, cette fois dans l’analyse du reporter de NDVT selon qui la natation, à Incheon, se résumerait à un duel sino-coréen. C’était oublier la meilleure natation asiatique, la Japonaise. Côté garçons, enlevez Park et la Corée n’a pas grand’ chose, enlever Sun, et la Chine devient la nation la moins peuplée du monde ! La richesse de la natation japonaise, en revanche, est confondante… Outre Hagino, le 100 mètres dos est revenu à Ryosuke Irie, Japon, dans l’excellent temps de 52’’34, devant Xu Jiayu, Chine, 52’’81, et Kosuke Hagino, encore lui, qui, quoique sans doute encore sonné par son 200 mètres libre, nagea 53’’71. Sur 200 mètres papillon, on put assister à un doublé japonais Daiya Seto, 1’54’’08, Kenta Hirai, 1’55’’47, la troisième place revenant à Hoseph Schooling, de Singapour, en 1’57’’54.

Il parait que la Chine manque de filles, mais certainement pas dans la piscine! Les Japonaises furent en dessous de leurs équipiers masculins, et tous les succès dans les courses féminines furent Chinois. Sur 400 mètres Zhang Yuhan, 4’7’’67, devança sa compatriote Bi Yirong, 4’8’’23 et la Japonaise Chihiro Igarashi, 4’9’’35 ; Sur 100 mètres brasse, cela se joua d’assez peu, mais la Nippone Kanako Watanabe, 2e en 1’6’’80, s’intercala entre les deux Chinoises, Shi Jingling, 1’6’’67, record des Jeux, et He Yun, 1’8’’11. Succès chinois aussi sur quatre fois 100 mètres, où, lancé par Ye Shiwen, la double championne olympique de quatre nages de Londres, leur quatuor, en 3’37’’25, vint aisément à bout des Japonaises, 3’39’’35, menacées par les Hong Kongaises, 3’39’’94.

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • MENACÉ DE BOIRE UNE TASSE, PARK TAE-HWAN S’ADRESSE AU TAS Éric LAHMY DERNIER RECOURS POSSIBLE AVANT LES JEUX DE RIO POUR LE PORTE-DRAPEAU SUD-CORÉEN DONT LE COMITÉ NATIONAL OLYMPIQUE NE VEUT PLUS? LE TRIBUNAL ARBITRAL DU SPORT... Mardi 17 Mai […]
  • JACQUES FAVRE ET LE SYSTEME D Vendredi 13 Février 2015 Par Eric LAHMY La nomination de Jacques Favre au poste de Directeur technique a eu l’effet de mettre en avant un système D indien appelé le […]
  • Sun Yang et Shiwen Ye, empereurs de Chine 23 Septembre 2014 Jeux Asiatiques à Incheon, Corée Quoiqu’ait pu être dit et écrit au sujet de ses deux doigts blessés pour avoir boxé le mur d’arrivée sur 200 mètres sans avoir pris […]
  • AUDREY LABEAU PASSE LE TEMOIN 8 juillet 2013 Plongeon Par Eric LAHMY Du temps, pas si lointain, où elle plongeait, Audrey Labeau, 28 ans, envisageait d’entraîner des jeunes plongeurs. Assurer le passage du […]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 + = six