LES DELEGUES DE L’ILE-DE-FRANCE DERRIERE BEURRIER

Eric LAHMY

Samedi 25 Férvier2017

Une opposition qui avait tenté de se cristalliser autour de Raymonde Demarle et de Louis-Frédéric Doyez n’a pas pesé lourd, lors de l’assemble générale élective, samedi matin, en face du groupe qui s’était formé autour du président sortant de l’Île-de-France, Jean-Jacques Beurrier, qui a obtenu plus de 88% de voix, après avoir été plébiscité par le bureau, par 27 voix contre trois.

Les trois délégués qui représenteront les clubs franciliens lors de l’Assemblée fédérale, fin mars, seront Jean-Jacques Beurrier, Aline Michelet, Patrick Fradet. Ils seront assistés par trois suppléants, Evelyne Ciriegi, Noëlle Hamon et Sébastien Dufraigne. 17 femmes et 15 hommes ont été élus à l’occasion.

Un peu plus tôt, l’assemblée générale extraordinaire avait modifié les statuts de l’entité, qui abandonnait son nom de comité de l’Île-de-France pour devenir la Ligue régionale de natation de l’Île-de-France… Et donc M. Beurrier, dernier président du comité, est le premier président de la Ligue!

 

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

7 comments:

  1. Bob

    Elections régionale ou nationale ne faudrait il pas que les enjeux soit clarifiés ?
    Elire un Président tout puissant sur sa bonne tête ou élire un Président et une équipe qui portent un projet et dont on partage la vision ?
    Autre point, ne serait-il pas souhaitable que les clubs soient informés clairement avant de voter pour telle ou telle l’équipe régionale derrière quelle équipe fédérale nationale celle-ci se range ?

    1. Eric Lahmy *

      Vous posez sans doute de très bonnes questions de caractère général. Maintenant, c’est beaucoup plus complexe que ça, ne serait-ce que certaines candidatures se dévoilent au dernier moment, mais il y a plein d’autres raisons. Il n’y a pas moins démocratique que les élections à la Fédération de natation. Demain ce seront quelques poignées de délégués, à trois par région, qui vont décider de qui présidera la FFN, 300.000 licenciés. Certains délégués « pèseront » près de 20.000 licenciés à l’unité !
      Les « dérives » (qui n’en sont pas vraiment, mais façon de dire) sont inévitables. On dit que Luyce téléphone pour distribuer les sucettes du style « tu seras vice-président » ou « je compte sur toi pour accompagner le stage des jeunes à La Réunion » ou « n’oublie pas que tu es invité tous frais payés aux mondiaux de Budapest, tu verras c’est un super hôtel. » Moi, je ne sais pas, mais il parait qu’il a un savoir-faire dans ce domaine.
      En face, on a un programme, une équipe, on est suivi d’enthousiasme, on croit disposer d’une forte majorité…, mais on commence à se faire piquer des présidences de régions et des grands électeurs en raison des grandes manœuvres des Pantins de la rue Scandicci. Alors on range le programme, on oublie les principes et on téléphone à son tour. Et puis on tombe sur un élu de région, doté d’un nom prestigieux, délégué de chez lui, qui se fait désirer, et dont on comprend qu’il entend monnayer sa voix contre une « place » au Comité directeur de la Fédé. Il ira au plus offrant.
      Là on s’aperçoit qu’entre le tentateur et le tenté, le pire n’est pas celui qu’on pense. Le Diable n’aurait pas autant de succès si nous n’étions pas des graines de pécheurs… Luycifer se régale au purgatoire où nous sommes.
      Que faire ? Ça dépend ! Si c’est ric et rac, on aura besoin de toutes les voix et on va lui donner ce qu’il veut pour éviter qu’il ne se dirige vers l’autre lumière. Si on est sûr de son coup, on dira à ce fin négociateur qu’il pourra aller se faire appeler Arthur.
      Il existe encore beaucoup de cas d’espèce, qui nous éloignent du simple désir de travailler et de faire avancer les choses.
      Et puis, de vous à moi, c’est tellement moins fatigant de se dire: il me parait bien, celui-là. Je vote pour lui.

  2. Bob

    C’est bien la raison pour laquelle il serait souhaitable que les candidats en région informent les clubs, avant le vote, de celui, celle, ceux, derrière qui ils se rangeront (si ils sont élus et délégués) lors de l’élection fédérale

    1. Eric Lahmy *

      Oui sans doute. Je me demande si les clubs ne sont pas, plus ou moins, au courant des intentions des candidats, ou au moins de certains d’entre eux…
      Mais si en 2017, c’est clair parce qu’il y a une opposition avec un chef de l’opposition, ce n’est pas souvent pareil.
      Après, à quoi pensent les clubs ? Je ne sais pas. Mais s’il y avait de la pensée dans les clubs, cette pensée serait très en colère contre Monsieur Francis Luyce (et je crois que c’est le cas) qui a toujours songé enrichir sa Fédé aux dépens des clubs (licences, droits d’engagements) et n’avoir jamais réuni les clubs pour les écouter (le pouvoir vient d’en haut).

      1. Olivier

        Pas au courant des intentions des candidats.
        Je partage la suggestion de Bob en ce qui concerne l’info sur les intentions de vote des délégués.
        Où trouve-t-on le programme des candidats à la présidence de la FFN ?

        1. Eric Lahmy *

          Je vous entends bien, vous avez je crois de bonnes raisons, mais sincèrement, avez-vous besoin du programme de Francis Luyce? Est-ce que cela va vous apprendre quelque chose? Vous n’en avez pas assez des promesses des politiques, il vous en faut en natation?
          Des programmes, je vous en ponds par douzaines, ils seront meilleurs que tous les autres, mais ça ne ferait pas de moi un grand ni même un moyen président! Juste meilleur que Luyce…
          Et Sezionale: j’ai lu son programme. Il est plein de bonnes résolutions, il a des idées, il a du bon sens, il veut réformer tout ça. Mais s’il n’avait pas fait ce qu’il a fait sur la côte d’Azur, s’il n’avait pas oeuvré, depuis des années, à conforter sa région, s’il n’avait pas bossé comme président délégué de la Fédé, s’il ne m’apparaissait pas sincère, si je ne croyais pas qu’il allait essayer et non pas seulement comme qui vous savez vivre sur le dos de la bête, TOUT SON PROGRAMME J’EN RIRAIS!!
          Je pense que les programmes ne valent pas grand’chose si les hommes qui les portent ne sont pas au niveau..
          Maintenant, je vous promets d’essayer de demander à Sezionale ce qu’il veut faire…
          Ah, j’y pense, avant de demander des programmes, il faudrait que les clubs puissent voter DIRECTEMENT à l’élection du bureau!

        2. Eric Lahmy *

          Voilà ce que j’ai trouvé de programme pour Gilles Sezionale:
          UN OBJECTIF
          Fédérer l’ensemble des acteurs au service de nos pratiquants avec un projet partagé.
          • Une évolution ambitieuse du mode de fonctionnement de la Fédération Française de Natation
          • Une approche novatrice du développement de nos activités, partagée avec l’ensemble des Présidents de Ligue
          • Les Clubs et nos athlètes au centre de notre projet pour faire gagner la France dans la perspective de Paris 2024
          Un projet porté par Monsieur Gilles SEZIONALE Président de la Ligue PACA de Natation Vice-Président délégué de la FFN Candidat à la Présidence de la Fédération Française de Natation.

          Ancien nageur, ma pratique sportive, à travers ses valeurs (loyauté, respect, contrôle et dépassement de soi …) m’ont accompagné dans mon cursus universitaire et contribué à ma réussite dans mes études de Docteur en pharmacie et plus largement dans mes fonctions actuelles de chef d’entreprise.
          Je me suis toujours investi bénévolement au sein d’associations, comme entraîneur et dirigeant. Elu à la tête du Comité Côte d’Azur puis Président de la ligue Paca, vice-président délégué de notre Fédération, j’ai décidé, en vue de l’élection du 2 avril prochain, de me porter candidat à la plus haute fonction de la Fédération Française de Natation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ deux = 6