MAURICE LUSIEN (1926-2017) : UNE VIE DANS L’EAU

Samedi 11 Mars 2017

Maurice LUSIEN, l’un des meilleurs nageurs français de l’immédiat après-guerre, est mort ce vendredi matin, des suites d’une grippe contractée cet hiver, nous signale son fils Patrick. Né à Paris le 17 août 1926, il était dans sa 91e année.

Maurice était un nageur de cette époque, loin des gabarits d’aujourd’hui. Doté de capacités cardio-pulmonaires hors-normes, il était d’une taille médiocre, 1,67m, et compensait par une volonté sans faille.

Il avait participé aux Jeux olympiques de Londres, en 1948, puis d’Helsinki en 1952 ; éliminé en séries la première fois, il avait atteint la finale du 200 mètres brasse (papillon) , et terminé septième, la seconde.

Les « stars » de l’époque s’appellent Jany, Boiteux, voire Vallerey et Bozon, mais Lusien, sans atteindre leur statut, est un membre éminent des équipes de France. A deux reprises, il établira le record du monde du 400 mètres quatre nages, une épreuve créée en janvier 1953, non olympique (elle le deviendra en 1964) en 5’35s6 (1953) et 5’27s3 (1954).

Médaillé d’argent du 200 mètres brasse aux championnats d’Europe en 1950, il est vainqueur de la même épreuve et du relais trois fois 100 mètres trois nages aux Jeux méditerranéens, l’année suivante; il gagnera aussi le 200 mètres papillon et le quatre fois 100 mètres quatre nages aux Jeux méditerranéens en 1955, et sera encore médaillé d’argent du quatre fois 100 mètres quatre nages aux Jeux méditerranéens 1959, il est champion de France du 100 brasse en 1958, du 200 brasse de 1947 à 1952 et en 1959, et, au moment de la partition entre la brasse et le nouveau style, le papillon, du 200 mètres papillon en 1953 et 1954, et il devient recordman du monde du quatre fois 100 mètres quatre nages (4’32s2) en 1953 avec Gilbert Bozon, Pierre Dumesnil et Alex Jany.

Avec son épouse Odette-Aimée (Casteur), championne de France à 16 ans et elle aussi recordwoman du monde (en relais, en 1954, à Marseille, avec Josette Arène-Delmas, Marie-Laure André et Françoise Derommelaere), ils vont devenir des nageurs impénitents, et disciplinés. De plus, il l’entraîne. Quand leur nait un fils, Patrick, en 1951, la natation reste leur premier souci, et ce garçon sera élevé par ses grands-parents jusqu’à l’âge de cinq ans.

Ils vont d’ailleurs devenir les premiers masters « sérieux » de France après que Patrick, retour d’Allemagne, leur raconte qu’on a mis en place outre-Rhin des compétitions de natation pour les vieux.

Pas étonnant que ce couple fusionnel ait laissé le souvenir de véritables fanatiques hors-normes du sport. Lui a été bottier à ses débuts, et quoique fort peu manuel, « incapable de planter un clou », se souvient en souriant son fils, il aurait été meilleur ouvrier de France dans sa spécialité. Il abandonne assez vite la profession, devient maître-nageur, puis, beau parleur, effectue une carrière de commercial. Mais sa seule passion, nager, le reprend avec Odette, et ils consacrent leur retraite à l’entraînement et à la compétition. Ils accordent à cette pratique une attention, un intérêt extraordinaires, que les autres nageurs eux-mêmes n’approuvent pas toujours, estimant qu’ils en font trop.

Ils enlèveront de nombreux titres internationaux de vétérans. Lui-même aura été licencié au Cercle des Nageurs de la Marne, au Paris université Club et au Cercle des Nageurs de Marseille. Odette, née en 1927, disparait en 2007, à 79 ans et 4 mois, victime d’un lymphome de Hodgkin qui se développe lentement mais inexorablement et contre lequel elle se battra pendant quinze ans.

Dès la mort de cette compagne et complice, Maurice abandonne tout désir de nager. Il n’y reviendra plus. Depuis six ans, il vivait en maison de retraite. Victime d’une grippe cet hiver, il est hospitalisé, et ne s’en remettra pas. Odette s’était éteinte le 12 mars 2007. Il disparait dix ans après, moins deux jours…

 Éric LAHMY

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • ADLINGTON [Rebecca] Natation. (Mansfield, 17 février 1989-). Championne olympique du 400m et du 800m (8’14’’10, record du monde) à Pékin, en 2008. Jeune, elle est élève de l’école Brunts, à Mansfield, et […]
  • Emilien Barascud 1er décembre 2013 Parmi les six victimes du crash, la semaine passée, d'un petit avion d'affaires dans un champ, à Mouffy, dans le département de l'Yonne au sud d'Auxerre, figure […]
  • BLITZ [Gérard] (2) Natation. (1912-1990). Neveu du précédent, fondateur du Club Méditerranée. Son père, Maurice Blitz, un diamantaire juif aux idées socialistes, considère le sport comme un moyen éducatif […]
  • CHARLES DEVENDEVILLE, SOUS-MARIN, PREMIER CHAMPION OLYMPIQUE FRANCAIS Dimanche 15 Mai 2017 DEVENDEVILLE (ou de VENDEVILLE) [Charles]. Natation. (Lesquin, 8 mars 1882-72 rue de l’Université, Reims, 19 septembre 1914). France. Cent ans avant tous les […]

Also published on Medium.

2 comments:

  1. LUSIEN

    Merci pour le papier, Pour le titre c’est 2017 … après le PUC il est passé par le Stade Francais devenu le SFOC et intégrera le CNM en 56.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ cinq = 11