MEETING ARENA DE SANTA CLARA (2)

FEMKE HEEMSKERK DÉZINGUE HOSSZU,

FRANKLIN ET SCHMITT POUR LE PRIX D’UNE

Par Eric LAHMY                                                     Samedi 20 Juin 2015

Après les apéritifs de la veille (1500 dames et 800 messieurs), la seconde journée du meeting Arena de Santa Clara a attaqué la journée d’hier par une sévère explication entre quatre redoutables concurrentes pour le titre de meilleure nageuse du monde sur 200 mètres.

Selon son principe qui est d’inclure la compétition dans son entraînement et, donc, de toujours nager vite en-dehors de toute considération tactique (comme de se réserver en vue de la finale), Katinka Hosszu ne s’est pas ménagée en séries, où elle réalisé le meilleur temps de loin, 1’56’’95 [passages en 27’’62, 57’’16 (29’’54), 1’27’’35 (30’’19), 1’56’’95 (29’’60)]. Femke Heemskerk, qui avait rivalisé jusqu’aux cent, 57’’19, puis était passée plus vite aux 150 (1’26’’86), avait ensuite laisser courir, conservant tout son mystère. Les Américaines étaient larguées ! Or l’une, Allison Schmitt (1’58’’51), est la championne olympique, l’autre, Melissa Franklin (1’58’’78),  la championne du monde !

La finale se joua donc sur l’air bien connu de « sortez les sortantes ». Si Franklin et Schmitt se tirèrent une bourre infernale, ne se séparant jamais plus que des 0’’27 qui le différencièrent à l’arrivée, ce fut pour la troisième place. La course des grandes se déroulait devant, sans elles. Les deux anciennes de cette finale, 27 ans pour Heemskerk et 26 pour Hosszu, remirent leur débat du matin sur le tapis, mais cette fois, c’était la finale, et la Néerlandaise prit l’affaire en main. La noix Hosszu est dure à craquer, mais Femke savait comment s’y prendre, s’imposant d’entrée (27’’19 contre 27’’57) en utilisant sa vitesse de base supérieure, maintenant la pression ensuite (29’’36 contre 29’’35) et, alors qu’Hosszu se montrait fidèle à sa technique de retenue dans la troisième longueur qu’elle parcourait en 30’’17, la Néerlandaise assénait le coup de gourdin fatal, nageant en 29’’61 ce qui portait son avance à presqu’une longueur de corps. Et quand Hosszu, quoiqu’ébranlée, tenta de revenir, Heemskerk enveloppa l’affaire à la Agnel aux Jeux olympiques de Londres, si vous voyez ce que je veux dire. En termes de corrida, on appelle ça la matanza, la mise à mort. En 1’55’’68, Heemskerk avait rappelé à qui de droit qui était la patronne ! Hosszu terminait dans ses battements de jambes, les autres encore plus loin… Sur sa séries (1’59’’11), on avait pensé que Simone Manuel, utilisant ses dons de sprint, pourrait se mêler à la bagarre, mais il n’en fut rien. Partie sur un faux rythme, elle finit 8e en 1’59’’82.

 DAMES.- 200 mètres : 1. Femke Heemskerk (Pays-Bas), 1’55’’68 ; 2. Katinka Hosszu (Hongrie), 1’56’’88 ; 3. Melissa Franklin (USA), 1’57’’02 ; 4. Allison Schmitt (USA), 1’57’’29 ; 5. Elizabeth Pelton (USA), 1’58’’30. Finale B : Cierra Runge, 1’59’’50.

Ces articles peuvent vous intéresser:

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit − = 1