NAGER SUR GRANDES ONDES, UN ORDINATEUR SUR LA TÊTE

« SWIMBOT », LE ROBOCOACH MIS AU POINT PAR DAVID JAMET, VEUT CONQUÉRIR LE GLOBE

Éric LAHMY

Mercredi 9 Décembre 2015

Tout nous indique que notre époque nage dans la science-fiction.

Voici un mois, le 10 Novembre 2015, une start-up, Swimbot, a effectué sa première levée de fonds à hauteur de 500.000€. De quoi s’agit-il ? De développer un « bonnet intelligent » – et une méthode d’enseignement à trois dimensions « immersive » en 3D dont le but est de permettre « à chaque nageur de corriger son mouvement en temps réel. »

« Swimbot, start-up de la FrenchTech soutenue par Geoffroy Roux de Bézieux, via Notus Technologies comme principal actionnaire » a été créée en 2013 par David Jamet, la start-up SWIMBOT et « son équipe de 8 personnes » prétend « révolutionner l’apprentissage de la natation pour tous les nageurs quelque soit leur niveau » et vise la France, les États-Unis et la Chine.

Une première levée de fonds en mai 2015 de 500.000€ a permis de financer la recherche et le développement électronique et logiciel du produit. Avec le soutien de la BPI, SWIMBOT souhaite investir plus d’un Million d’euros pour développer et lancer ses produits.

L’idée est de permettre à tout nageur isolé d’apprendre la natation avec un engin intelligent. Ce dispositif a été baptisé Swimbot, contraction semble-t-il de robot nageur…

Le concepteur de Swimbot, nageur lui-même, David Jamet, et ses financiers, tablent sur l’énorme population potentielle de candidats nageurs à travers le monde. Des concurrents, voire des prédécesseurs existent, qui ont placé leur matériel sur le maillot.

Comment « corriger sa technique de nage en instantané », précise leur communiqué ? « Avant d’entamer ses longueurs, le nageur choisir une ou plusieurs leçons parmi toute une bibliothèque de tutoriels et visionne la nage idéale en animation 3D. Puis il glisse derrière le bonnet de bain le Swimbot qui va analyser tous ses mouvements de nage et corrige instantanément la technique du nageur via un système d’alerte sonore. La technologie d’écouteurs à résonnance crânienne de l’appareil garantit une qualité sonore maximale – musique, allure, respiration, alignement, variations de vitesses, coulées, etc. A la fin de la séance d’entraînement, le nageur connecte son Swimbot à son smartphone via bluetooth et peut visualiser ses résultats, obtenir sa note de style de un à 100, constater sa progression et se comparer avec tous les membres de la communauté. »

Ce n’est pas tout : « afin de faire découvrir les bénéfices du smart device en question au grand public, des ambassadeurs Swimbot feront tester le produit partout en France. »

Je vais proposer à Jamet la prochaine génération de robocoachs. On pourra choisir le Swimbot Fabrice Pellerin, qui évoquera le tantrisme et l’heavy metal pour rectifier votre technique, le Romain Barnier, qui vous orientera vers le sprint, le Philippe Lucas, interdit d’écoute au moins de treize ans, etc…

Je vois ça d’ici les amis. Ceux d’entre vous qui, arrivant à la piscine, fouilleront leurs poches et s’écrieront: « ah, zut! Jai oublié le coach. »

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *