FILIPPO MAGNINI, CONDAMNÉ SUR SES INTENTIONS, ÉCOPE DE QUATRE ANS

Éric LAHMY

Jeudi 8 Novembre 2018

C’est fou, ou c’est flou, ou les deux…

Filippo MAGNINI n’a poussé personne à se doper, il n’a pas vendu de drogues interdites, et lui-même n’a pas pris de produits. En tout cas, rien ne le prouve… Mais il a essayé de le faire. C’est en raison de cette « tentative de dopage », de cette seule intention, que ce mardi après-midi à 14 h 30, le Tribunal national antidopage italien, présidé par Adele Rando, a disqualifié l’ancienne vedette de la natation transalpine, pour une période de 4 ans. Même sanction pour son ancien co-équipier du relais italien Michele SANTUCCI. Le procureur national Pierfilippo Laviani avait demandé une peine de huit ans pour Magnini. Il le considérait également coupable d’avoir acheté et vendu de la drogue à Santucci. Le Tribunal national antidopage n’a pas suivi le procureur sur ce point. Mais la disqualification du double champion du monde du 100 mètres, en 2005 et 2007 – et l’un des plus grands nageurs italiens (et pas seulement italiens) de l’histoire, qui vient de se retirer de la compétition l’an passé) n’en est pas moins lourde. Quatre ans, à son âge, trente-six ans, c’est – autant dire – la perpétuité… Beaucoup pour une intention sans suite ?

D’un autre côté, Magnini ayant pris officiellement sa retraite en décembre 2017, ces quatre années n’auront bien évidemment aucun impact sur son déroulement de carrière.

Ces conclusions sont extraites des documents d’une enquête pénale du procureur de la République de Pesaro qui impliquait l’ancien diététicien et mentor de Magnini, Guido Porcellini. A l’issue de cette enquête, le procureur de la justice pénale, qui avait renvoyé le médecin devant un tribunal, avait écarté toute responsabilité de l’athlète.

Le procès sportif reposait sur des écoutes téléphoniques et le suivi des deux hommes, ainsi que sur un colis de flacons d’hormone de croissance commandés par le médecin via Internet en Chine.

Or, saisis par la police des douanes à Milan, les flacons ne contenaient pas l’hormone interdite en question: Porcellini avait été escroqué par le vendeur ! Mais en examinant l’affaire au regard des règles de l’antidopage, le magistrat sportif a cru pouvoir reconnaître dans le comportement de Magnini et de Santucci une « tentative d’utilisation de substances dopantes ». Comme s’il faisait le pari que Magnini aurait commercialisé ces produits s’il avait pu le faire…

Or le Code antidopage (article 2.2) punit avec la même sévérité une telle intention sans suite et l’utilisation avérée des produits illicites. Aussi le procureur a-t-il demandé la peine maximale.

Tarif extrême, car jamais jusqu’ici, en l’absence de certaines preuves (contrôles antidopage positifs, résultats de recherche au domicile du suspect), un magistrat n’avait estimé avoir rejoint ces « 51% de conviction » de culpabilité, sans lesquels, en sport, on ne peut condamner un athlète. Magnini, furieux d’une décision prise, selon lui, déjà avant le 15 octobre, « avant que je ne vienne ici pour m’exprimer », a-t-il ajouté, a annoncé qu’il ferait appel: de chic, il semblerait qu’il y ait un cas assez compliqué d’interprétation… Comment démontrer, si Magnini avait commandé le produit en question, qu’il l’aurait acheté, voire ingéré ou commercialisé si le dit produit avait été à sa disposition ? N’aurait-il pas pu entre-temps se rétracter, changer d’avis, etc., etc. ? Comment juger dans un tel flou ? Le procureur a sans doute, à partir des écoutes du nageur, apprécié une volonté avérée d’utiliser ces hormones, et donc décidé d’appliquer le tarif!

La procédure prévoit que l’appel serait jugé dans une autre section de la cour anti-dopage (laquelle renie rarement les décisions de la première instance) et qu’un troisième jugement peut être invoqué auprès du Tribunal arbitral du sport de Lausanne. Le procureur, de son côté, pourrait demander un alourdissement de la peine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ITALIE : SIMONA QUADARELLA EN MODE RECORD : 15’44s76 (petit bassin)

Eric LAHMY

Lundi 5 Novembre 2018

Suite à vingt jours d’entraînement en altitude à Livigno, l’Italienne Simona QUADARELLA, qui disputait un interclubs à l’Acquaniene, à Rome, a grignoté sur son record d’Italie du 1500 mètres en petit bassin, avec un temps de 15’44s76 (ancien record, 15’47s33 le 28 janvier dernier – à Civitavecchia). La triple championne d’Europe (400-800-1500 mètres), âgée de dix-neuf ans, entraînée aux Fiamme Rosse par Christian Minotti (élu la semaine passée coach italien de l’année) vise désormais les championnats du monde en petit bassin, à Hangzhou, en Chine (11-16 décembre prochain).

A Bolzano, dans le sud Tyrol, la nageuse en vedette est l’Américaine Kelsi Dahlia (Worrell). La championne olympique du relais de Frio de Janeiro a remporte quatre courses et renversé trois records du meeting. Quatre victoires, c’est aussi ce qu’a réussi l’Allemand Marius Kusch…

Dahlia a commencé par enlever le 100 papillon en 55s98 devant Kendyl Stewart, 56s79 et Elena Di Liddo, 56s97. Elle a également dominé le 50 libre en 24s51 devant Lia Neal, 25s09 et Erika Ferraioli, 25s10, le 100 crawl en 52s61, le 50 papillon en 25s67.

Pour sa part Kathleen Baker, détentrice du record du monde du 100 mètres dos, a remporté son épreuve fétiche en 56s85, puis le 100 mètres quatre nages en 59s35, ainsi que le 50 dos, en 27s54, loin devant Margherita Panziera, 28s03, Ali DeLoof, 28s23 et Laura Lertari, 28s33.

Marius Kusch, nageur allemand entraîné aux USA, ayant remporté 50 papillon en 23s20 et 100 quatre nages en 53s54 (devant Ceccon à un centième, en 53s55), domina le 100 papillon en 50s86, loin devant Piero Codia, 52s36. Il domina le 50 libre e, 21s99, devançant Michael Chadwick, USA, 22s06, et Marco Orsi, Italie, 22s23.

A 30 ans, Fabio Scozzoli a déjà gagné 17 fois à Bolzano. Sur 50 brasse, il a devancé en 26s40 Nicolo’ Martinengi, qui effectuait là son retour, 26s84 ; sur 100 brasse, il a gagné, en 58s07, encore une fois devant Nicolo’ Martinenghi, 58s65… Et Martina Carraro le 100 brasse dames, avec 1’76s78. Tandis que Thomas Ceccon enlevait 100 et 50 dos, 52s00 et 24s02. Sur 50 papillon.

Le 100 libre messieurs est revenu au Brésilien Matheus Santana, 48s23.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RESULTATS DU MEETING « COUPE DU MONDE » DE PEKIN

Résultats du meeting de Pékin (2-4 Novembre 2018:

MESSIEURS.- 50 libre : 1. Vladimir MOROZOV, Russie, 20s87.

100 libre : 1. Vladimir MOROZOV, Russie, 45s66 ; 2. Blake PIERONI, USA, 47s.

200 libre : 1. Blake PIERONI, USA, 1’42s65 ; 2. JI Xinjie, Chine, 1’42s87; 3. XU Jiayu, Chine, 1’43s59.

400 libre : 1. JI Xinjie, Chine, 3’40s82 ; 2. Mykhaylo ROMANCHUK, Ukraine, 3’43s32.

1500 libre : 1. Mykhailo ROMANCHUK, Ukraine, 14’29s88; 2. JI Xinjie, 14’35s13; 3. Sergii FROLOV, Ukraine, 14’38s014. QIU Ziao, Chine, 14’54s06.

50 dos : 1. XU Jiayu, Chine, 22s70 ; 2. Michael ANDREW, USA, 23s14; 3. Vladimir MOROZOV, Russie, 23s36

100 dos : 1. Mitchell LARKIN, Australie, 49s97; 2. LI Guangyuan, Chine, 51s60.

200 dos : 1. XU Jiayu, Chine, 1’49s08 ; 2. Mitchell LARKIN, Australie, 1’50s72.

50 brasse : 1. Kiril PRIGODA, Russie, 26s02 ; 2. Michael ANDREW, USA, 26s15 ; 3. Ilya SHYMANOVICH, Biélorussie, 26s22 ; 4. Peter STEVENS, Slovaquie, 26s39 ; 5. YAN Zibei, Chine, 26s40.

100 brasse : 1. Kiril PRIGODA, Russie, 56s61; 2. YAN Zibei, Chine, 57s01; 3. Ilya SHYMANOVICH, Russie, 57s10; 4. Anton CHUPKOV,  Russie, 57s42; 5. Matthew WILSON, Australie, 57s52; 6. Hiromasa FUJIMORI, Japon, 57s74; 7. Michael ANDREW, USA, 57s91.

200 brasse : 1. Kiril PRIGODA, Russie, 2’1s59 (58s62) ; 2. Anton CHUPKOV, Russie, 2’2s10 (59s72); 3. Matthew WILSON, Australie, 2’3s26; 4. Hiromasa FUJIMORI, Japon, 2’3s71; 5. Ilya SHYMANOVICH, Biélorussie, 2’4s95; 6. MAO Feilian, Chine, 2’5s73; 7. Arno KAMMINGA, Pays-bas, 2’6s17.

50 papillon: 1. Vladimir MOROZOV, Russie, 22s27 ; 2. Michael ANDREW, USA, 22s76.

100 papillon : 1. LIU Zuhao, Chine, 50s74.

200 papillon : 1. LI Zhuhao, Chine, 1’51s94 ; 2. Masayuki UMEMOTO, Japon, 1’53s54

200 4 nages : 1. WANG Shun, Chine, 1’52s08 ; 2. Hiromasa FUJIMORI, Japon, 1’53s87; 3. Matthew WILSON, Australie, 1’54s50; 4. Keita SUNAMA, Japon, 1’54s97: 5. MAO Feilian, Chine, 1’55s66.

400 4 nages : 1. David VERRASZTO, Hongrie, 4’4s09; 2. Hiromasa FUJIMORI, Japon, 4’7s36.

DAMES.- 50 libre : 1. Ranomi KROMOWIDJOJO, Pays-Bas, 23s48 ; 2. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 23s54 ; 3. Femke HEEMSKERK, Pays-Bas, 23s91 ; 4. Pernille BLUME, Danemark, 23s99 ; 5. ZHU Menghui, Chine, 24s04.

100 libre : 1. Ranomi KROMOWIDJOJO, Pays-Bas, 51s51 ; 2. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 51s56 ; 3. Femke HEEMSKERK, Pays-Bas, 51s92 ; 4. Pernille BLUME, Danemark, 52s39.

200 libre : 1. 3. Femke HEEMSKERK, Pays-Bas, 1’52s22; 2. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 1’52s35 ; 3. YANG Junxuan, Chine, 1’53s81; 4. LI Bingjie, Chine, 1’53s48; 5. LIU Xiaohan, Chine, 1’55s33; 6. ZHANG Yuhan, Chine, 1’55s72; CHEN Yuxi, Chine, 1’56s29; 7. 8. YANG Caiping, Chine, 1’56s87 (en séries, 1’56s17). En séries, QIU Yuhan, Chine, 1’56s52.

400 libre : 1. LI Bingjie, Chine, 3’59s20 ; 2. Femke HEEMSKERK, Pays-Bas, 4’2s24 ; 3. LUI Yaxin, 4’4s30 ; 4. LIU Xiaohan, Chine, 4’4s99. En séries, Katinka HOSSZU, Hongrie, 4’5s76.

800 libre : 1. YANG Caiping, Chine, 8’29s05.

50 dos : 1. Kira TOUSSAINT,  Pays-Bas, 26s21 ; 2. FU Yuanhui, Chine, 26s33 (en série, 26s27) ; 3. Emily SEEBOHM, 26s39 ; 4. LIU Xiang, Chine, 26s49; 5. Minna ATHERTON, Australie, 26s65.

100 dos : 1. Minna ATHERTON, Australie, 56s49; 2. Katinka HOSSZU, Hongrie, 56s53; 3. Kira TOUSSAINT, Pays-Bas, 56s54; 4. Emily SEEBOHM, Australie, 56s91 ; 5. FU Yanhui, 57s09 ;

200 dos : 1. Minna ATHERTON, Australie, 2’2s02; 2. Emily SEEBOHM, Australie, 2’2s22; 3. Katinka HOSSZU, Hongrie, 2’4s11; 4. LIU Yaxin, Chine, 2’4s60.

50 brasse : 1. Alia ATKINSON, Jamaïque, 29s16; 2. Yulia EFIMOVA, Russie, 29s63.

100 brasse : 1. Yulia EFIMOVA, Russie, 1’3s09; 2. Alia ATKINSON, Jamaïque, 1’3s44.

200 brasse : 1. Yulia EFIMOVA, Russie, 2’16s98; 2. Vitalina SIMONOVA, Russie, 2’19s86; 3. HE Yun, Chine, 2’21s33; 4. YE Shiwen, Chine, 2’21s90.

50 papillon : 1. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 25s03; 2. Ranomi KROMOWIDJOJO, Pays-Bas, 25s04; 3. ZHANG Yufei, Chine, 25s31.

100 papillon: 1. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 55s58 (25s93) ; 2. ZHANG Yufei, Chine, 56s53; 3. WANG Yichun, Chine, 57s13; 4. Alia ATKINSON, Jamaïque, 57s38.

200 papillon : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 2’2s88; 2. ZHANG Yufei, Chine, 2’3s44

100 4 nages : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 57s05; 2. Sarah SJÖSTRÖM, 57s71; 3. Emily SEEBOHM, Australie, 58s63; 4. Alia ATKINSON, Jamaïque, 58s99. En séries, YE Shiwen, 59s42.    

200 4 nages : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 2’5s25; 2. Emily SEEBOHM, Australie, 2’7s86; 3. YE Shiwen, Chine, 2’8s16; 4. ZHOU Min, Chine, 2’8s26.

400 4 nages : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 4’25s68.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MEETING DE PEKIN (3) : SJÖSTRÖM ET HOSSZU GAGNENT ENCORE, MAIS NE TRIOMPHENT PLUS

Eric LAHMY

Dimanche 4 Novembre 2018

Performances variables pour cette dernière soirée du meeting de Pékin, aujourd’hui. Le plus remarquable, c’est qu’aucun « doublé » n’a été enregistré, chaque nageur ou nageuse restant à une victoire. Bien entendu, il ne s’agit ici que d’une journée, il en va différemment pour l’ensemble du meeting.

Difficile de mettre en avant ou en exergue un « événement ». Disons cependant qu’une nouvelle victoire de Ranomi KROMOWIDJOJO, sur 100 mètres, en face de Sarah SJÖSTRÖM et un succès de Minna ATHERTON qui, l’emportant sur 200 dos en face de SEEBOHM et d’HOSSZU, réussit le doublé de dos, me paraissent constituer deux moments forts de cette journée.

Quarante cinq minutes avant de subir la loi de KROMOWIDJOJO, SJÖSTRÖM gagne quand même le 100 mètres papillon – de belle manière. Elle lance sa course à toute allure (passant aux 50 mètres en 25s93, trois centièmes plus vite que dans son record du monde, 54s61 en 2014), ce qui confère à son succès une grande autorité. Puis elle faiblit mais garde l’essentiel de sa confortable avance… Ses 55s58 représentent un bon temps pour une fille qui se dit hors de forme…

On peut penser que cette course disputée dans le style le plus exigeant musculairement, et jouée de façon si généreuse, a pu jouer dans son échec sur 100 libre en face de KROMOWIDJOJO (sans vouloir diminuer les qualités de cette dernière).

Sur 200 brasse, on assiste un duel attendu de Kiril PRIGODA et d’Anton CHUPKOV, que l’Australien WILSON et le Japonais FUJIMORI tentent en vain d’arbitrer à leur avantage… PRIGODA mènera de bout en bout et CHUPKOV restera collé à un mètre environ pendant la seconde moitié de la course. Le record du monde, 2’0s44 par Marco KOCH, est approché d’une seconde!

MESSIEURS.- 200 libre : 1. Blake PIERONI, USA, 1’42s65 ; 2. JI Xinjie, Chine, 1’42s87; 3. XU Jiayu, Chine, 1’43s59.

100 dos : 1. Mitchell LARKIN, Australie, 49s97; 2. LI Guangyuan, Chine, 51s60.

200 brasse : 1. Kiril PRIGODA, Russie, 2’1s59 (58s62) ; 2. Anton CHUPKOV, Russie, 2’2s10 (59s72); 3. Matthew WILSON, Australie, 2’3s26; 4. Hiromasa FUJIMORI, Japon, 2’3s71; 5. Ilya SHYMANOVICH, Biélorussie, 2’4s95; 6. MAO Feilian, Chine, 2’5s73; 7. Arno KAMMINGA, Pays-bas, 2’6s17.

50 papillon: 1. Vladimir MOROZOV, Russie, 22s27 ; 2. Michael ANDREW, USA, 22s76.

400 4 nages : 1. David VERRASZTO, Hongrie, 4’4s09; 2. Hiromasa FUJIMORI, Japon, 4’7s36.

DAMES.- 100 libre : 1. Ranomi KROMOWIDJOJO, Pays-Bas, 51s51 ; 2. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 51s56 ; 3. Femke HEEMSKERK, Pays-Bas, 51s92 ; 4. Pernille BLUME, Danemark, 52s39.

800 libre : 1. YANG Caiping, Chine, 8’29s05.

200 dos : 1. Minna ATHERTON, Australie, 2’2s02; 2. Emily SEEBOHM, Australie, 2’2s22; 3. Katinka HOSSZU, Hongrie, 2’4s11; 4. LIU Yaxin, Chine, 2’4s60.

50 brasse : 1. Alia ATKINSON, Jamaïque, 29s16; 2. Yulia EFIMOVA, Russie, 29s63.

100 papillon: 1. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 55s58 (25s93) ; 2. ZHANG Yufei, Chine, 56s53; 3. WANG Yichun, Chine, 57s13; 4. Alia ATKINSON, Jamaïque, 57s38.

200 4 nages : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 2’5s25; 2. Emily SEEBOHM, Australie, 2’7s86; 3. YE Shiwen, Chine, 2’8s16; 4. ZHOU Min, Chine, 2’8s26.

MEETING DE PEKIN : FEMKE HEEMSKERK, ENFIN!, CONTRE SJÖSTRÖM SUR 200 METRES, NAGE UNE MAIN DERRIERE, ET TERMINE UNE MAIN DEVANT !

Eric LAHMY

Dimanche 4 Novembre 2018

J’avoue avoir un certain plaisir à voir Femke HEEMSKERK l’emporter, sur 200 mètres, à l’issue d’un duel serré face à Sarah SJÖSTRÖM, au meeting « world cup » de Pékin. Bien entendu, je n’ai rien contre la Suédoise, qui est une grande nageuse, une grande professionnelle, et une fille exemplaire. Mais j’éprouvais une certaine déception à voir HEEMSKERK réaliser des contre-performances et essuyer des défaites là où je me plaisais à l’imaginer gagnante.

De ses différents passages en France (notamment pendant une année chez Philippe LUCAS), cette belle personne n’a laissé que de bons souvenirs.

Il y a peut-être un peu trop d’humilité chez elle, et je la soupçonne de ne pas se rendre compte de ce qu’elle représente dans la natation. Championne olympique et double championne du monde de relais, toutes ses médailles aux Jeux ou aux mondiaux, en bassin olympique, ont été acquises en relais. Or parfois, la Néerlandaise paraissait dominer les classements mondiaux, ainsi sur 200 mètres… et disparaissait, aux Jeux ou aux mondiaux, en bas des finales !

Je ne suis pas le seul dans ce cas, mais je crois volontiers que son émotivité en compétition y est pour quelque chose. Femke perdait ses moyens dans la bagarre…

Bien entendu, un succès en meeting, même affublé du label « finale de la Coupe du monde », ne se compare pas à un titre de championne du monde. Mais HEEMSKERK a bien nagé, tenant tête à SJÖSTRÖM et LI Bingjie (laquelle rétrogradait assez tôt), puis devançait au sprint la Suédoise d’un empan. Ayant nagé cent cinquante mètres une main derrière SJÖSTRÖM, elle se retrouvait, sur le mur d’arrivée, une main devant !

Les passages :

Femke HEEMSKERK, 26s43, 55s12, 1’23s83, 1’52s22, soit 26s43, 28s69, 28s71, 28s39 ;

SJÖSTRÖM, 26s26, 55s02, 1’23s81, 1’52s35, soit 26s26, 28s76, 28s79, 28s54.

Mykhailo ROMANCHUK, dont on annonçait la veille qu’il avait signé un contrat de commandite avec SPEEDO, nageait loin du niveau du recordman du monde petit bassin PALTRINIERI (14’8s06), ou même de son propre record personnel (14’14s59) établi en 2017 à Copenhague aux championnats petit bassin du vieux continent (où il avait devancé Paltrinieri). Il a quand même nagé raisonnablement vite, en 14’29s88, pour distancer le « local » JI Xinjie et un autre Ukrainien, Sergii FROLOV, qui fut champion du monde universitaire en 2015. Disons que son temps vaut autour de 15 minutes dans les conditions du grand bassin, en raison de la trentaine de virages supplémentaires (le record personnel Grand Bassin de ROMANCHUK est 14’36s88).

ROMANCHUK est l’un des rares prétendants sérieux aux titres mondiaux, l’année prochaine, autant sur 400, 800 et 1500 mètres, en raison de ses résultats des championnats d’Europe de Glasgow, l’été passé (1er sur 400 et 800, 2e sur 1500 derrière le jeune Allemand Florian WELLBROCK).

Mais la meilleure performance masculine de la journée revenait à Vladimir MOROZOV, qui laissait, sur cent mètres libre, en 45s66, son second, Blake PIERONI, à une longueur.

SJÖSTRÖM, dominée par HEEMSKERK sur 200, se vengeait face à Ranomi KROMOWIDJOJO sur 50 mètres papillon.

Katinka HOSSZU, facile dominatrice du 400 quatre nages, échouait à quatre centièmes d’un doublé, étant devancé de cette minuscule distance par l’Australienne Minna ATHERTON au cent mètres dos où Emily SEEBOHM, une fois n’est pas coutume, se retrouvait à la quatrième place, étant devancée aussi par Kira TOUSSAINT…

Dans l’absolu, c’est Yulia EFIMOVA qui héritait de la plus belle performance de la seconde journée, à l’issue d’un duel serré avec son éternelle rivale de meetings, Alia ATKINSON. Ayant tenu tête à la Jamaïcaine qui tentait de prendre le large, la Russe la dominait par un de ses habituels « retours » pleins d’autorité.

MESSIEURS.- 100 libre : 1. Vladimir MOROZOV, Russie, 45s66 ; 2. Blake PIERONI, USA, 47s. .

1500 libre : 1. Mykhailo ROMANCHUK, Ukraine, 14’29s88; 2. JI Xinjie, 14’35s13; 3. Sergii FROLOV, Ukraine, 14’38s014. QIU Ziao, Chine, 14’54s06.

50 dos : 1. XU Jiayu, Chine, 22s70 ; 2. Michael ANDREW, USA, 23s14; 3. Vladimir MOROZOV, Russie, 23s36

50 brasse : 1. Kiril PRIGODA, Russie, 26s02 ; 2. Michael ANDREW, USA, 26s15 ; 3. Ilya SHYMANOVICH, Biélorussie, 26s22 ; 4. Peter STEVENS, Slovaquie, 26s39 ; 5. YAN Zibei, Chine, 26s40.

200 papillon : 1. LI Zhuhao, Chine, 1’51s94 ; 2. Masayuki UMEMOTO, Japon, 1’53s54

200 4 nages : 1. WANG Shun, Chine, 1’52s08 ; 2. Hiromasa FUJIMORI, Japon, 1’53s87; 3. Matthew WILSON, Australie, 1’54s50; 4. Keita SUNAMA, Japon, 1’54s97: 5. MAO Feilian, Chine, 1’55s66

DAMES.- 200 libre : 1. 3. Femke HEEMSKERK, Pays-Bas, 1’52s22; 2. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 1’52s35 ; 3. YANG Junxuan, Chine, 1’53s81; 4. LI Bingjie, Chine, 1’53s48; 5. LIU Xiaohan, Chine, 1’55s33; 6. ZHANG Yuhan, Chine, 1’55s72; CHEN Yuxi, Chine, 1’56s29; 7. 8. YANG Caiping, Chine, 1’56s87 (en séries, 1’56s17). En séries, QIU Yuhan, Chine, 1’56s52.

100 dos : 1. Minna ATHERTON, Australie, 56s49; 2. Katinka HOSSZU, Hongrie, 56s53; 3. Kira TOUSSAINT, Pays-Bas, 56s54; 4. Emily SEEBOHM, Australie, 56s91 ; 5. FU Yanhui, 57s09 ;

100 brasse : 1. Yulia EFIMOVA, Russie, 1’3s09; 2. Alia ATKINSON, Jamaïque, 1’3s44.

50 papillon : 1. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 25s03; 2. Ranomi KROMOWIDJOJO, Pays-Bas, 25s04; 3. ZHANG Yufei, Chine, 25s31.

400 4 nages : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 4’25s68.

MEETING DE PEKIN (1) : AVEC YULIA EFIMOVA ET KIRIL PRIGODA, LA BRASSE EST RUSSE

Eric LAHMY

Samedi 3 Novembre 2018

Ce n’est pas la Coupe du monde, mais bien la Coupe de natation des pays de l’Est, qui s’organise désormais chaque année sous la coupe de la Fédération internationale, et ce n’est pas le meeting de Pékin, qui s’est tenu ce week-end dans le « Cube d’Eau » de la capitale chinoise, qui nous démentira.

A une poignée de nageurs occidentaux près (une Suédoise, deux Néerlandaises et quelques Australiens) ce qui a nagé vite la première journée du meeting se trouve être de nationalité russe ou chinoise, sans oublier Katinka HOSSZU, qui a réussi un de ses coups favoris, le « doublé gagnant », sur 200 papillon et 100 quatre nages…

Si l’information ne cesse, désormais, de diriger ses phares sur les multi-vainqueurs, à la HOSSZU et à la MOROZOV (lequel a gagné, lui, le 50 libre dans un temps quelconque et sans adversité digne de ce nom et le folklorique 100 mètres quatre nages), c’est que dans cette espèce de décathlon que semble être devenu le programme de natation, la victoire ne compte plus. Il faut gagner plus d’une fois pour se faire remarquer. On pèse les breloques au poids et le vainqueur est celui qui fait pencher le plus la balance !

Bien entendu, il s’agit d’une forme d’injustice. Les deux meilleures performances de cette première journée, ne sont ni le fait d’Hosszu, ni le fait de Morozov, mais bel et bien des vainqueurs de la brasse – russes. Yulia EFIMOVA et Kirill PRIGODA, respectivement sur 200 brasse dames et 100 brasse messieurs, ont été les héros de ces journées. EFIMOVA a archi-dominé la finale du 200 brasse, dans un parcours bien équilibré, tandis que PRIGODA s’est extrait d’une peloton relativement serré, sur 100 brasse, grâce à sa deuxième moitié de course en moins de 30 secondes (seul de la finale)…

Si l’on doutait encore que le demi-fond féminin chinois était devenu une force avec laquelle, Katie LEDECKY mise à part, tout le monde devrait compter, le fait serait confirmé parce que l’absence de la toute nouvelle recordwoman du monde en petit bassin (3’53s97) WANG Jianjiahe a été comblée sur 400 mètres par sa compatriote LI Bingjie. LI était l’an passé le « grand espoir jaune » du 400. Certes, elle nage moins vite, en 3’59s20…

A noter, sur 200 dos messieurs, le facile succès, dans un temps quelconque, du champion asiatique XU Jiayu, sur l’Australien Mitchell LARKIN.

Dans l’ensemble, la tendance des filles à nager mieux et plus près de leurs records que les garçons dans ces meetings a été une nouvelle fois illustrée. Sarah SJÖSTRÖM, qui a du mal, depuis quelques semaines, à maintenir sa condition physique, a été devancée sur 100 quatre nages par HOSSZU et sur 50 libre par Ranomi KROMOWIDJOJO. Elle a reconnu que sa forme n’est pas la meilleure…

MESSIEURS.- 50 libre : 1. Vladimir MOROZOV, Russie, 20s87.

400 libre : 1. JI Xinjie, Chine, 3’40s82 ; 2. Mykhaylo ROMANCHUK, Ukraine, 3’43s32.

200 dos : 1. XU Jiayu, Chine, 1’49s08 ; 2. Mitchell LARKIN, Australie, 1’50s72.

100 brasse : 1. Kiril PRIGODA, Russie, 56s61; 2. YAN Zibei, Chine, 57s01; 3. Ilya SHYMANOVICH, Russie, 57s10; 4. Anton CHUPKOV,  Russie, 57s42; 5. Matthew WILSON, Australie, 57s52; 6. Hiromasa FUJIMORI, Japon, 57s74; 7. Michael ANDREW, USA, 57s91.

100 papillon : 1. LIU Zuhao, Chine, 50s74.

DAMES.- 50 libre : 1. Ranomi KROMOWIDJOJO, Pays-Bas, 23s48 ; 2. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 23s54 ; 3. Femke HEEMSKERK, Pays-Bas, 23s91 ; 4. Pernille BLUME, Danemark, 23s99 ; 5. ZHU Menghui, Chine, 24s04.

400 libre : 1. LI Bingjie, Chine, 3’59s20 ; 2. Femke HEEMSKERK, Pays-Bas, 4’2s24 ; 3. LUI Yaxin, 4’4s30 ; 4. LIU Xiaohan, Chine, 4’4s99. En séries, Katinka HOSSZU, Hongrie, 4’5s76.

50 dos : 1. Kira TOUSSAINT,  Pays-Bas, 26s21 ; 2. FU Yuanhui, Chine, 26s33 (en série, 26s27) ; 3. Emily SEEBOHM, 26s39 ; 4. LIU Xiang, Chine, 26s49; 5. Minna ATHERTON, Australie, 26s65.

200 brasse : 1. Yulia EFIMOVA, Russie, 2’16s98; 2. Vitalina SIMONOVA, Russie, 2’19s86; 3. HE Yun, Chine, 2’21s33; 4. YE Shiwen, Chine, 2’21s90.

200 papillon : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 2’2s88; 2. ZHANG Yufei, Chine, 2’3s44

100 4 nages : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 57s05; 2. Sarah SJÖSTRÖM, 57s71; 3. Emily SEEBOHM, Australie, 58s63; 4. Alia ATKINSON, Jamaïque, 58s99. En séries, YE Shiwen, 59s42.    

PETIT BASSIN AUSTRALIEN (3): MITCHELL LARKIN SOUS LES CINQUANTE AU 100 DOS

Eric LAHMY

Samedi 27 Octobre 2018

Cameron McEvoy est-il en train d’apprendre lentement le métier du pur sprinteur? Possible. En raccourcissant son registre et en l’orientant vers les efforts brefs, il se débrouille plus ou moins.

Il a gagné le titre d’hiver australien du 50 mètres en 21 secondes justes, ce qui ne fera pas cauchemarder un Ben PROUD, un Vladimir MOROZOV, un Caeleb DRESSEL,  et ne fait qu’approcher son record personnel et d’Australie, 20s75, établi à la fin novembre 2015. Le sûr, c’est qu’il a perdu de son panache sur 200 mètres. Qui peut le moins ne peut pas le plus.

A l’autre extrémité du registre, sur 1500 mètres, ce qui a été la course reine de la natation australienne parait désertée. Joshua PARRISH, qui endosse la couronne, réussit 14’43s84, à deux longueurs de « petit bassin » du record d’Australie de Grant HACKETT, établi voici dix-sept ans avec 14’10s10 et dont on se demande s’il sera battu un jour !

Le 1500 mètres est-il devenu trop dur, trop exigeant, pour que les talents s’y incrustent, alors que l’épreuve a perdu de son lustre et que l’accent a été mis sur le sprint, dont des courses paraissent plus « humaines » ?

Dans ce troisième et dernier jour de championnats d’hiver, à Melbourne, Emily SEEBOHM a ajouté à son double succès en dos une victoire sur 200 quatre nages, Mitchell LARKIN a nagé un 100 dos en moins de cinquante secondes, tandis qu’Ariarne TITMUS a ajouté l’or du 200 mètres (déserté par Emma MCKEON) à celui du 400 et à l’argent du 800…

MESSIEURS.- 50 libre : 1. Cameron MCEVOY, 21s; 2. Cameron JONES, 21s35; 3. Grayson BELL, 21s38.

1500 libre : 1. Joshua PARRISH, 14’43s84; 2. Silas HARRIS, 14’55s18.

100 dos : 1. Mitchell LARKIN, 49s98; 2. Tristan HOLLARD, 51s61.

200 brasse : 1. Zacchary STUBBLETY-COOK, 2’4s94.

100 papillon : 1. David MORGAN, 50s55; 2. Matthew TEMPLE, 50s73; 3. Nicholas BROWN, 51s03.

400 4 nages : 1. Thomas FRASER-HOLMES, 4’4s55; 2. David SCHLICHT, 4’5s28; 3. Jared GILLILAND, 4’8s09.

DAMES.- 200 libre : 1. Ariarne TITMUS, 1’53s99 (27s10, 56s17, 1’25s29, 1’53s99, soit 27s10, 29s07, 29s12, 28s70); 2. Kaylee MCKEOWN, 1’55s84; 3. Mikka SHERIDAN, 1’55s91; 4. Madison WILSON, 1’56s05.

200 papillon : 1. Laura TAYLOR, 2’5s98.

200 4 nages : 1. Emily SEEBOHM, 2’6s75; 2. Abbey HARKIN, 2’8s47.

CHAMPIONNATS D’AUSTRALIE (2):  CHALMERS, TITMUS, LARKIN, MCKEON, TALENTS EN MANQUE DE RIVAUX

Eric LAHMY

Samedi 27 octobre 2018

Les championnats d’Australie en petit bassin se déroulent à Melbourne en l’absence de Catherine CAMPBELL, et on pourrait dire en songeant à elle qu’ « un seul être vous manque et tout est dépeuplé. » La demoiselle a une façon d’animer les compétitions que nul n’émule (si j’ose l’allitération)!

Ni Ariarne TITMUS, ni Kyle CHALMERS, ni Mack HORTON, ni Mitchell LARKIN, ni bien entendu Emma MCKEON ne l’approchent sou cet angle et seule peut-être Emily SEEBOHM à son meilleur pourrait lui être comparée…

ARIARNE TITMUS NAGE UN 400 A LA LEDECKY… ENFIN, LES DEUX CENTS PREMIERS METRES…

En l’absence de Lani PALLISTER, qui l’a battue sur 800 mètres la veille, Ariarne TITMUS, lors de la deuxième journée, a disputé son 400 à sa manière, flamberge au vent, la LEDECKY en quelque sorte : départ très rapide et on essaie de tenir. Ce qu’elle n’est pas arrivée à faire ! Ariarne subit une forte perte de vitesse, et son 400 mètres ressemble à un torrent que boit le sable du désert. Son effort se déséquilibre entre deux moitiés de 1’56s74 et 2’2s45, ce que personne n’appellera de l’égalité d’allure.

Le temps final est assez bon, cependant, sous les quatre minutes, mais reste inférieur au vieux record australien de Blair EVANS, 3’58s31 en 2011…

Pas de temps exceptionnel pour Kyle CHALMERS, le vainqueur du 200 mètres nage libre, mais une densité d’ensemble remarquable ; WINNINGTON, 2e, n’est battu que d’un centième. CHALMERS mène dès le départ (si l’on excepte les 25 premiers mètres de MCEVOY) et jusqu’au bout, mais jamais de grand’ chose. MC EVOY, qui s’efforce de devenir un sprinteur, ne tient plus un deux cents mètres…

La natation australienne n’est pas remarquable par sa densité, si l’on excepte le crawl, style qui fut son « invention » (pas tout à fait mais un peu quand même) et dans les styles de spécialités, les grosses pointures sont bien esseulées. C’est ainsi le cas pour Mitchell LARKIN, le double champion du monde 2015 de dos (sur 100 et 200), qui règne sans partage sur le style. En Australie, c’est simple, toute course de dos disputée par Mitch est une course gagnée par Mitch (c’est également vrai en quatre nages). Je ne sais s’il en est content, mais j’imagine qu’il s’ennuie parfois tout seul et que cette situation lui désapprend un peu la compétition.

Sur 200 dos, il est passé à mi-course avec cinq mètres d’avance sur ses suivants, Jordan MERRILEES et Peter MILLS (52s06 contre 54s92 et 54s95). Derrière, loin derrière, quelques jeunes prometteurs, à l’image de Joshua EDWARDS-SMITH, 15 ans…

Les choses sont différentes en dos féminin, où SEEBOHM règne certes, mais doit constamment veiller aux tentatives de coups d’Etat. Sur 100 dos, elle n’a pas si largement dominé en face de Minna ATHERTON, sa jeune équipière de Brisbane Grammar, qui lui en a fait voir de toutes les couleurs et ne fut défaite que de 0s13.

 

MESSIEURS.- 200 libre : 1. Kyle CHALMERS, Australie, 1’43s76 ; 2. Elie WINNINGTON, 1’43s77 ; 3. Alexander GRAHAM, 1’44s10; 4. Cameron MCEVOY, 1’44s40; 5. Daniel SMITH, 1’44s54; 6. Jack GERRARD, 1’44s83; 7. Jac MCLOUGHLIN, 1’44s95

200 dos : 1. Mitchell LARKIN, 1’49s07; 2. Jordan MERRILEES, 1’51s32

100 brasse : 1. Tommy SUCIPTO, 58s35; 2. Zacchary STUBBLETY-COOK, 58s39; 3. Grayson BELL, 58s40.

200 4 nages : 1. Mitchell LARKIN, 1’53s02; 2. Matthew WILSON, 1’53s93; 3. Travis MAHONEY, 1’54s98; 4. David SCHLICHT, 1’55s72

DAMES.- 50 libre : 1. Emma MCKEON, 24s01; 2. Holly BARRATT, 24s15.

400 libre : 1. Ariarne TITMUS, 3’59s19 (57s04, 1’56s74, 2’57s94, soit 57s04, 59s70, 1’0s20, 1’1s25); 2. Carla BUCHANAN, 4’2s70; 3. Madeleine GOUGH, 4’3s62; 4. Mikkayla SHERIDAN, 4’4s77; 5. Kiah MELVERTON, 4’5s10; 6. Kareena LEE, 4’5s22; THOMAS, Nouvelle-Zélande, 4’7s60.

100 dos : 1. Emily SEEBOHM, 56s53; 2. Minna ATHERTON, 56s66; 3. Kaylee MCKEOWN, 57s80; 4. Hayley BAKER, 57s81.

200 brasse : 1. Jenna STRAUCH, 2’21s09; 2. Jessica HANSEN, 2’21s69.

100 papillon : 1. Emma MCKEON, 56s72; 2. Laura TAYLOR, 58s16.

PETIT BAIN AUSTRALIEN : CAMERON MCEVOY DEVANCE KYLE CHALMERS SUR 100 METRES

Eric LAHMY

Vendredi 26 Octobre 2018

Je ne sais pas si beaucoup de nageurs australiens aiment le petit bassin. « Non », répond Mackenzie HORTON, « cela exige des changements dans ma nage. » Autant dire que cela perturbe sa préparation en grand bain, lequel grand bain est assez généralement considéré comme la partie noble du programme annuel de natation. Certes, la FINA a publié sur son site un point de vue contraire de Blake PIERONI, lequel chante les louanges du petit bassin (et de cette Coupe du monde FINA à laquelle il s’est attaché cette saison)… mais  tant que les Jeux olympiques se tiendront en bassin de 50 mètres !

HORTON n’aime donc pas trop les courses sur « vingt-cinq », mais il est content de nager à Melbourne, où ont débuté les championnats d’Australie 2018. Dans un article du Sydney Morning Herald, « Mack The Knife » rappelait qu’il y a exactement dix ans, il avait participé à ces championnats nationaux, dans la même ville,… comme garçon chargé de ramasser les affaires de Grant Hackett pendant que celui-ci nageait !

Dix ans plus tard, ce n’était pas la même chanson, HORTON était dans l’eau. Mais ce premier jour de championnats 2018, « the knife » semblait avoir perdu de son tranchant. Il a terminé sur 400 mètres loin de la bataille pour le titre, jamais dans le coup et 4e dans un temps médiocre pour lui de 3’45s56. Devant lui, la bataille a fait rage entre Eli WINNINGTON, qui mène d’entrée, et Jack MCLOUGHLIN, le vainqueur éventuel, qui le chasse pendant neuf longueurs (à mi-course, 1’48s02 pour MCLOUGHLIN, 1’47s53 pour WINNINGTON), passe, mène à son tour et résiste au sprint de WINNINGTON, lequel, me dit-on, bat là le record du monde junior…

ARIARNE TITMUS TREBUCHE SUR LANI PALLISTER

Si HORTON déclare son désamour avec le « vingt-cinq », Ariarne TIMUS, la nouvelle coqueluche du demi-fond, l’apprécie parce que, dit-elle, « vous pouvez assez bien y sprinter sur toutes les distances. Le petit bassin met en exergue des qualités sur lesquelles je dois travailler, donc je m’y mets un peu plus en danger, et cela m’aide à améliorer mes virages… »

Sur 800, Ariarne a été plus que mise en danger, elle a été battue par une Lani PALLISTER de deux ans sa cadette (16 ans contre 18), après avoir mené assez largement (4’2s63 contre 4’4s43 aux quatre cents). Mais TITMUS n’a pu maintenir le rythme et s’est éteinte lentement. PALLISTER [qui est la fille d’une redoutable nageuse de demi-fond australienne, Janelle ELLFORD, finaliste olympique des 400 et 800 mètres (5e et 6e) aux Jeux de Séoul, en 1988], la rejoignit entre les 750 et les 775 et la cueillit in extremis dans le dernier retour… 

Sur 100 libre, Cameron MC EVOY a devancé son jeune champion olympique de rival, Kyle CHALMERS, en 46s32 contre 46s53. MCEVOY laissait tout le monde à un mètre au premier virage, augmentait son avance jusqu’aux 75 mètres et faiblissait ensuite nettement, manifestement à court de carburant. Si CHALMERS put lui reprendre 41 centièmes dans la dernière longueur, il lui resta ce qu’il faut de force pour toucher en tête…

Sur 200 dos dames, Emily SEEBOHM égalait au centième près l’Emily SEEBOHM de 2017 avec 2’2s72 pour l’emporter une nouvelle fois, devant Minna ATHERTON. Et Emma MCKEON, en l’absence des CAMPBELL, enlevait le 100 libre sans trop se fatiguer, nageant moins vite qu’en séries …

MESSIEURS.- 100 libre : 1. Cameron MCEVOY, 46s32 (10s23, 21s82, 3Ss98) ; 2. Kyle CHALMERS, 46s53 (10s71, 22s49, 34s60); 3. Louis TOWNSEND, 47s11; 4. Jack GERRARD, 47s46.

400 libre : 1. Jack MCLOUGHLIN, 3’39s03 ; 2. Eli WINNINGTON, 3’39s17; 3. Joshua PARRISH, 3’41s08.

200 papillon : 1. Nicholas BROWN, 1’52s29; 2. Bowen GOUGH, 1’53s47

 DAMES.- 100 libre : 1. Emma MCKEON, 52s51 (en séries, 52s16); 2. Holly BARRATT, 53s36; 3. Carla BUCHANAN, 53s39

800 libre : 1. Lani PALLISTER, 8’13s26; 2. Ariarne TITMUS, 8’13s41; Madeleine GOUGH, 8’15s24; 4. Kiah MELVERTON, 8’20s79.

200 dos : 1. Emily SEEBOHM, 2’2s72; 2. Minna ATHERTON, 2’3s26; 3. Sian WHITTAKER, 2’6s21.

100 brasse : 1. Jessica HANSEN, 1’5s14; 2. Leiston PICKETT, 1’5s93

400 4 nages : 1. Abbey MARTIN, 4’32s57.

LES EXTRAORDINAIRES AVENTURES DE KATINKA HOSSZU, FEMME DE PASSION, FEMME DE FER, FEMME D’AFFAIRES (3)

COMMENT KATINKA HOSSZU A-T-ELLE MIS LE GOUVERNEMENT HONGROIS DE SON CÔTE.

Eric LAHMY

Dimanche 21 Octobre 2018

Troisième volet de notre article. Les deux premiers sont parus le 28 Septembre dernier.

Une révolte des nageurs menée et remportée par Katinka Hosszu, contre l’inamovible président de la fédération hongroise, Tamas Gyarfas (23 ans de règne), a montré au début de l’année olympique l’influence que pouvait avoir la nageuse dans son pays.

Entre-temps, Hosszu s’était également attaquée à l’entraîneur national de natation, Laszlo Kiss, coach de Krisztina Egerszegi  et d’une tripotée de grands nageurs hongrois. Coïncidence troublante, les journaux ressortirent au même moment une affaire de viol collectif, vieille de plus d’un demi-siècle, l’agression d’une nageuse à laquelle Kiss, adolescent, aurait participé, et à la suite de laquelle il aurait fait vingt mois de prison. Cet épisode remontait à 1961. La Fédération eut beau clamer sa solidarité avec le vieil entraîneur, celui-ci fut forcé à la démission.

Comment Katinka Hosszu a-t-elle réussi à inverser le rapport de force avec ses dirigeants ? Très simplement, la nageuse est parvenue à faire du gouvernement hongrois son principal allié.

Et plus qu’un allié, un commanditaire. Avec son époux, né américain, Shane Tusup, et peut-être sous son inspiration, on l’a accusée dans son pays d’avoir «  mené cette affaire avec un esprit mercantile très US. »

Quand elle ne s’entraîne pas et ne règle pas ses comptes avec ceux qui lui barrent la route, Hosszu monte ses affaires. Dans un environnement sportif dominé par de larges corporations, le couple Hosszu-Tusup a réussi à imposer sur le marché hongrois sa propre marque de produits de sports en court-circuitant les Arena, Diana, Speedo, Tyr et tutti quanti. Pour ce faire, appuyée sur ses résultats olympiques, il lui a fallu s’assurer des bonnes grâces du gouvernement Orban. Quand Katinka ne pourra plus nager aussi bien qu’aujourd’hui, elle sera alors sortie d’affaire.

En 2014, Katinka et Shane ont monté leur corporation, Iron Aquatics, une académie de natation. Forte de 30 employés, l’entreprise a vite dégagé des bénéfices.

Parmi les projets du couple, en effet, il y a l’enseignement de la natation. Pour cela, où se poser ? Il lui fallait une piscine.  Malgré ses richesses dans ce domaine, Budapest ne dispose pas d’assez de piscines olympiques pour des athlètes qui passent le plus clair de leur temps plongés dans l’eau. Juste avant la fin des championnats du monde de Budapest, en août 2017, il apparut qu’Iron Aquatics louerait l’espace flambant neuf de la piscine Duna Arena.

KATINKA HOSSZU DEVRAIT BIENTÔT DISPOSER  DE SA PISCINE

Un site de nouvelles Internet hongrois, 24.hu, avait tenté de savoir combien le couple Hosszu-Tusup payait pour un tel privilège. « Nous avons visité les bureaux, des sous-sols aux terrasses, mais le gouvernement refusa mordicus de nous révéler quel était l’arrangement. Mais on apprit qu’il était entendu qu’Hosszu utiliserait ces installations avant même l’ouverture de l’édifice. Dans le site de Katinka, on put apprendre qu’outre les nageurs de haut niveau, Iron Aquatics enseignerait les enfants, chose assez peu conventionnelle vu que Duna Arena devait être a priori interdit à toute entreprise commerciale. »

Mais nul besoin de parler d’illégalité à ce sujet. L’arrangement pris avec Duna Arena n’est que temporaire, puisque l’Iron Lady, annonçait-on, se faisait construire son propre complexe nautique à Csillebérc, sur 46 hectares qui furent utilisés au temps des régimes de Rákosi et de Kadar de lieu de camp des pionniers! Le gouvernement l’aurait acheté en 2016 pour « une somme exorbitante d’argent ».

L’information selon laquelle Katinka Hosszu pouvait disposer de Csillebérc risquant de déplaire à l’opinion, Tunde Szabo, la vice-championne olympique du 100 mètres dos de 1992 devenue sous-secrétaire en charge des sports du ministère des ressources humaines, fit savoir pendant les championnats du monde de Budapest qu’Hosszu en ferait l’un des quatre centres que le gouvernement avait décidé de construire afin de produire des champions. Mais, ajoutait-elle, l’académie resterait la propriété de l’état hongrois et les champions, qui sont des modèles de rôle, y auraient l’opportunité de transmettre leur savoir aux jeunes. 

Autant dire que Katinka Hosszu entre parfaitement dans ce moule!

Ces explications n’ont pas empêché l’opinion de traduire ainsi les faits : Katinka Hosszu avait convaincu le gouvernement de construire un centre sportif luxueux pour Iron Aquatics. Le Premier ministre, le tout puissant Viktor Mihaly Orban, a fait dépenser des sommes très importantes pour des stades de football, et il s’intéressait par le biais d’Hosszu à la natation, mais aussi au kayak et à la gymnastique (Budapest) ainsi qu’au pentathlon (Székesfehérvár). Le même Orban n’a jamais caché que son « sportif préféré » n’était autre que Katinka Hosszu.

SHANE TUSUP POUR LES HONGROIS ETAIT UN AMERICAIN

Entre-temps Katinka et son époux ont commence à s’en prendre l’un à l’autre et leurs batailles domestiques ont été observées avec satisfaction par tous ceux en Hongrie qu’exaspérait par le personnage haut en couleurs de Shane Tusup.

Il semble que ceux-ci soient fort nombreux. Les Hongrois sont d’un nationalisme exacerbé et cela s’est un peu vu à travers leurs positions vis-à-vis des questions d’immigration en Europe. Leur haine de l’étranger est un sentiment violemment marqué.

J’ai lu un entretien, publié dans une revue hongroise, sur une célébrité ukrainienne, née en Russie et vivant en Hongrie depuis un quart de siècle. Tout le début de l’interview était une suite de remarques du journaliste sur l’accent « étranger » de la célébrité en question, et de reproches sur le fait qu’il ne semblait pas prendre à cœur de parler avec un « bon accent hongrois », etc.

Shane Tusup, pour les Hongrois, reste un américain, et il semble bien que le terme est employé pour ce qui le regarde de façon péjorative. Il y a aussi que le personnage se fait beaucoup remarquer. Plusieurs medias occidentaux se sont exprimés à son égard, et Rebecca Adlington, la double championne olympique de Pékin, a fait connaître son faible goût pour les simagrées et hurlements que produisait l’époux quand sa femme de nageuse se produisait en compétitions ! Elle n’est pas la seule. Ce garçon n’est guère très présentable, entre ses tatouages, ses cris et démonstrations diverses sur les bords des bassins.

MISSION : GAGNER POUR PROUVER QUELLE PEUT LE FAIRE SANS SON ANCIEN MARI

Magyar Idők, une revue conservatrice, au lendemain des championnats du monde de Windsor, où Katinka avait enlevé sept médailles d’or, avait publié un article inattendu, en ce que l’auteur avait cherché à minimiser la performance de la nageuse, et reprenait toute la grande histoire de la prééminence hongroise en natation depuis qu’Alfred Hajos avait gagné le premier sprint de l’histoire olympique  (1).

Il est vrai que la petite Hongrie est assez remarquable sous cet angle. Mais d’aucuns affirment en Hongrie que le rappel de ce glorieux passé était destiné à représenter Katinka Hosszu non pas sous les traits d’une héroïne unique en son genre – ce qu’elle est quand même à certains égards – mais comme une continuatrice de la tradition nationale, et donc comme un maillon de la chaîne…

La détestation assez générale en Hongrie de Shane Tusup fit que lors de la cérémonie officielle de fin d’année de la Fédération hongroise de natation, on prit un malin plaisir à « oublier » d’évoquer l’ « entraîneur de l’année » qui lui avait été attribué. On n’avait pas pu éviter de le distinguer en raison des triomphes de son épouse, mais on s’était plu à occulter son nom lors de la cérémonie elle-même.

Si le personnage avait fait la une du Forbes hongrois, une revue d’affaires, à travers les entreprises de son épouse, en général, la presse ne l’épargnait pas.

Ce qu’on lui reproche ? Pn l’a dit. Tusup est un extraverti qui perd vite son sang-froid et prend souvent les gens de haut. Il essaie de se faire remarquer, ce qu’il a réussi pour son malheur…Il a accumulé pas mal de rancœurs en expliquant de façon assez maladroite tout le mal qu’il pensait de la scène hongroise, entraîneurs et dirigeants, en termes de natation.

Sa volonté, par ses insolentes critiques, était sans doute de valoriser son propre travail avec Katinka, mais son comportement à blessé les uns, irrité les autres, et mis pas mal de monde contre lui.

Une revue à sensations de Budapest, Origo, à publié deux longs articles d’attaques du personnage, et Nemzeti Sport, a exprimé ses inquiétudes au sujet de la marque Hosszu-Tusup. L’auteur de l’article expliquait que le gouvernement allait investir des milliards de forints (1€=322Forints) dans son académie de nage ce qui fait que l’empire Iron n’est pas en danger, mais, ajoutait-on, qu’adviendra-t-il de Katinka, s’inquiétait l’auteur ? Il n’est pas indifférent d’ajouter que ce journal de sports est le favori du Premier ministre, M. Orban. Pas mal de monde a cru voir là un message directement envoyé par le gouvernement, enjoignant Hosszu de prendre ses distances avec cet encombrant partenaire!

Katinka a-t-elle alors compris que son époux devenait gênant, voire qu’il compromettait ses ambitions, et a-t-elle décidé de s’en séparer ?

Or la présence de l’entraîneur de la « meilleure nageuse du monde » ou au moins d’Europe était l’un des éléments que mettait en avant l’école de natation de Katinka Hosszu pour attirer une clientèle. Le départ de Tusup change la donne.

Hosszu doit donc gagner à nouveau de belles courses pour deux raisons : la première est de montrer que ce n’était pas tant grâce à Tusup qu’elle nageait vite, et donc d’aider à discréditer les succès de son ex-époux. La deuxième pourrait être de lancer un nouvel entraîneur, lequel pourrait reprendre la part technique du projet. Et pour l’instant, ce nouvel entraîneur est Arpad Petrov.

 

(1). L’ironie est que le nom d’Hajos ouvre le palmares de la natation olympique hongroise. Or Hajos que l’on utilise contre Tusup était certes hongrois, mais juif. Son vrai nom était Guttmann et il avait adopté le nom d’Hajos pour éviter les remarques désobligeantes sur sa « nationalité », en Hongrie meme. Opposer Hajos à Tusup sous cet angle est assez farce.