PAUL POWERS A LA POURSUITE DE CAELEB DRESSEL

Dimanche 28 Février 2016

Quand on voit défiler les meetings universitaires, dames ou messieurs, on prend conscience de la « puissance » et de la capacité de renouvellement de la natation US. Les « BIG-10 » qu’a accueilli l’Université de Purdue, une de ces unités géantes () qui ont commencé petites : six enseignants et trente-neuf étudiants en 1874 ! Les Ten sont une institution qui a été lancée depuis Purdue en 1895, deux ans avant que ne soit délivré le premier diplôme de philosophie ne soit décerné, ce qui montre bien quelles sont les priorités de l’Université US…

Cent vint et un ans plus tard, les Big Ten de natation ont vu Dylan Bosch de l’Université de Michigan, réaliser un triplé classique, sur 200 papillon et les deux courses de quatre nages, tandis que Blake Pieroni doublait 100 et 200 yards libre. En valeur pure, la grosse performance a été le fait de Paul Quinn Powers (Michigan), 18s85 sur 50 yards, 12e performance tous temps de Marcelo Chierighini égalée. Powers, lit-on dans la biographie de lui publiée sur le site Swim Swam (site excellent que tout fan de natation devrait fréquenter, on y trouve aussi les rankings mondiaux de Tyr), s’est exprimé relativement tard (pas tellement d’ailleurs, étant né le 17 novembre 1995, il a tout juste 20 ans) parce qu’il jouait plutôt au basket. Cet étudiant en ingénierie mécanique a déjà gagné des médailles aux PanPacifics juniors en 2014 et du bronze sur 50 mètres aux mondiaux universitaires en 2015. Invité pour participer à cette compétition, il s’était étonné que Caeleb Dressel ne lui ait pas été préféré. Il contacta Dressel qui le rassura : il avait été convié, et avait refusé. Aujourd’hui, entraîné par Mike Bottom à Michigan, il a suivi un stage avec Jason Lezak (le ‘’bourreau’’ d’Alain Bernard dans le relais quatre fois 100 mètres français des Jeux de Pékin) qui lui enseigna comment se préparer dans les jours précédant une compétition. Grand, surpuissant (1,93m, 95kg), il a terminé 8e des championnats US sur 50 et ne s’en glorifie que pour une raison : seulement cinq freshmen en cinq ans ont atteint la finale A de la course. Powers n’est certes pas Dressel. Il n’en a pas les formidables qualités de « glisses » subaquatiques, et sa nage est basée sur une « rotating action » assez frénétique. Mais il va quand même fort vite !

Blake Pieroni, de deux jours l’aîné de Powers, et qui a gagné 100 et 200 yards, est un nageur batailleur. L’an passé, il a devancé deux fois Caeleb Dressel dans des courses où ce dernier partait largement favori. Ici, battu dans le relais sur 200 yards par Nielssen, il a pis sa revanche dans l’individuelle. Dylan Bosch est un international sud-africain, médaillé aux Commonwealth Games…

50y : 1. Paul Powers, Michigan, 18s85; 2. Ali Khalafalla, Indiana, 19s27

100 y: 1. Blake Pieroni, Indiana, 42s27.

200 y : 1. Blake Pieroni, Indiana, 1:32s33 ; 2. Anders Lie Nielssen, Michigan, 1:33s03.

500 y : 1. Anders Lie Nielssen, Michigan, 4:12s83.

1650 y: 1. Patrick Ransford, Michigan, 14:36s61.

100 y dos: 1. Matt McHugh, Ohio, 45s07.

200 y dos: 1. Tristan Sanders, 1:41s81.

100 y brasse: 1. Ian Finnerty, Indiana, 51s75.

200 y brasse: 1. Marat Amaltdinov, Purdue, 1:52s67 ; 2. Cody Taylor, Indiana, 1:52s70.

100 y papillon : 1. Matt McHugues, Ohio, 45s46 ; 2. Vinicius Lanza, Indiana, 45s64.

200 y papillon: 1. Dylan Bosch, Michigan, 1:40s86 ; 2. Evan White, Michigan, 1:42.36; 3. Vinicius Lanza, Indiana, 1:42s38.

200 y 4 nages: 1. Dylan Bosch, Michigan, 1:43s02.

400 y 4 nages : 1. Dylan Bosch, Michigan, 3:41s61.

4×50 y : 1. Indiana, 1:16s93. Au départ, meilleur temps, Powers, Michigan, 19s06.

4 x 100 y : 1. Indiana, 2:50s51. Meilleurs temps en départ, Paul Powers, Michigan, 42s82 ; Anze Tafcar, Indiana, 42s83, Matt McHugh, Ohio, 42s92

4×200 y : 1. Michigan, 6:15s04 ; 2. Indiana, 6:16s28. Au start, Nielssen, 1:32s36 devant Blake Pieroni, 1:32s71

4×50 y 4 nages : 1. Michigan, 1:24s12

4×100 y 4 nages: 1. Indiana, 3:5s61. Lancé, Blake Pieroni, Indiana, 41s84

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • HOSSZU PARTOUT OU PRESQUE Samedi 17 Mai 2014 En séries, au meeting de Charlotte, samedi, Katinka Hosszu a poursuivi son show habituel en meetings, prenant le départ d’un maximum de courses. Les leaders des […]
  • WILL LICON, DU NOUVEAU SUR QUATRE NAGES Samedi 28 Mars 2015 La deuxième journée des championnats NCAA (universitaires US), à Iowa City, Iowa, a confirmé la suprématie de l'Université du Texas. Six Texans se sont qualifiés […]
  • USA : AU BIG 10, SHANE RYAN, 44s65 SUR 100 YARDS DOS Eric LAHMY Dimanche 26 Février 2017 L’Université d’Indiana a remporté la rencontre dite du « Big 1G » (jeu de mots, B1G ressemble à BIG) qui s’est tenue au McCorkle Aquatic Pavilion, […]
  • NCAA (5) PETITES MARGES POUR MURPHY ET SCHOOLING Vendredi 25 Mars 2016 Densité exceptionnelle dans les séries, 3e journée des NCAA, où cependant Ryan Murphy, sur 100 yards dos, et Joseph Schooling, sur 100 yards papillon, dominent […]

2 comments:

  1. lodewijk

    « les rankings mondiaux de Tyr » ? Une variante aquatique du tir à la carabine ? Un ranking ne comptabilisant que les athlètes équipés de combinaisons Tyr ?

    1. admin *

      Du tir au pistolet à eau dont les balles sont arrêtées par un gardien de water-polo… Plaisanterie mise à part, il s’agit de rankings sérieux tenus par Tyr ou sponsorisés par Tyr, je ne sais pas comment ça marche, j’imagine en association avec Swim Swam, qui les publie et que je fais connaître parce que maintenant SwimVortex qui était le meilleur site devient le moins bon, ils veulent devenir payants et il faut s’enregistrer pour un oui pour un non ce qui est d’ailleurs tout à fait leur droit. Et les rankings de la FINA sont plutôt compliqués pour un béotien de l’informatique comme moi. De vous à moi, ce ne peut être que des rankings sérieux car leur succès est basé sur leur fiabilité. Ils se grilleraient en écrivant des inepties. Si vous lisez les rankings de SwimVortex, apprenez que ce sont des rankings tenus par ou pour Speedo, etc. Je vous rappelle que les premières listes de bilans tenues dans les années 1970 et après par quatre statisticiens dont Luigi Saini et Nick Thierry paraissaient dans des brochures de Diana (j’en ai encore quelques unes chez moi). Si des vendeurs de maillots de bain rendent ces services, je trouve normal de les en créditer! De vous à moi, ça ne me rapporte rien, j’achète mes maillots de bain, lunettes et tout le toutim.
      D’ailleurs, si vous vous intéressez aux chiffres, il vaut mieux appeler sur Google « Tyr Rankings », vous aboutissez directement dessus, si vous appelez « Swim Swam » vous aurez plus de manipulations à faire pour y parvenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 + trois =