TRIALS US À INDIANAPOLIS (2). SPÉCIALITÉS MESSIEURS: TRIPLÉ DE CORDES, DOUBLÉS DE DRESSEL ET DE KALISZ

Éric LAHMY

Dimanche 2 Juillet 2017

Le caractère phénoménal de la natation US tient dans la densité des performances, et ceci dans presque toutes les disciplines. Les USA ne dominent sans doute plus la natation comme dans certaines époques, dans les années 1920-30, puis dans les années 1960-76, quand ils pouvaient tout enlever (mis à part chez les filles, occultées par le monstrueux dopage d’Etat qu’on sait. Mais on a vu à Rio, l’an passé, quand ça veut bien sourire, les dégâts qu’ils parviennent à occasionner dans la concurrence. En 2017, on l’a vu précédemment avec les résultats de leur nage libre masculine aux « trials » d’Indianapolis, qu’ils peuvent enlever les relais et sont placés à peu près partout sauf sur 1500 mètres. Dans les spécialités, ils sont peut-être plus redoutables encore. Certes, de fortes individualités comme PEATY en brasse, SCHOOLING en papillon, tel Chinois en dos, les Japonais en quatre nages, peuvent leur damer le pion. Mais quand on a des chances partout, il est rare qu’on n’en gagne pas ici ou là et les Américains peuvent compter là-dessus. Comme en outre, dans les mondiaux, les relais ont pris une part prépondérante (et excessive) et que leur densité leur assure une certaine supériorité, ils devraient, sur l’ensemble du programme, faire très mal.

50 dos (29 juin) : 1. Justin RESS, 24s41 ; 2. Ryan MURPHY, 24s64; 3. Matt GREVERS, 24s67; 4. John SHEBAT, 24s88; 5. Taylor DALE, 24s93; 6. Luke KALISZAK, 24s97; 7. Michael ANDREW, 25s01 en série, 24s96); 8. Daniel CARR, 25s30. Finale B: Bob GLOVER, 25s20.

*** Ress est le mieux disant de la saison avec ses 24s41, devant Xiu Jiayu, Chine, 24s42, Evgeny Rylov, Russie, 24s52, et Junya Koga, Japon, 24s53…

100 dos (30 juin) : 1. Matt GREVERS, 52s71; 2. Ryan MURPHY, 53s02; 3. Justin RESS, 53s38 (en série, 53s27); 4. Jacob PEBLEY, 53s81 (en série, 53s72); 5. Dave TAYLOR, 54s53 (en série, 54s33); 6. Bob GLOVER, 54s64; 7. Sean LEHANE, 54s73 (en série, 54s21). En série, Daniel CARR, 54s80.

***L’ancien champion du monde, 32 ans depuis le 26 mars, surprend doublement Murphy. Il le devance à mi-course, 25s39 contre 25s58, puis fait mieux que l’empêcher de revenir. Un an après avoir été champion olympique et recordman du monde, Murphy va avoir du mal, pas tant contre Grevers que face aux 51s86 du Chinois Xu Jiayu.

200 dos (28 juin) : 1. Ryan MURPHY, 1’54s30; 2. Jacob PEBLEY, 1’54s78: 3. Robert OWEN, 1’57s17; 4. Sean LEHANE, 1’57s33 (en série, 1’57s07); 5. Austin KATZ, 1’57s60.

***Le champion olympique tente là sa première qualification en dos pour Budapest. Il prend l’ascendant immédiatement, passe avec un bras d’avance sur Pebley (en 26s91 contre 27s29) et ne lâche plus rien, (55s79 contre 56s23, puis 1’25s11 contre 1’25s52). Pour ces deux, c’est la classe au-dessus, qui finissent entre une et deux secondes plus vite que les autres finalistes. Mais Murphy sait peut-être déjà que ces trials ne vont pas être faciles pour lui ! Et aux mondiaux, cela risque d’être chaud, face à Rylov et Xu, 1’53s81 et 1’54s03 cette saison.

50 brasse (29 juin) : 1. Kevin CORDES, 26s88; 2. Andrew WILSON, 27s18; 3. Cody MILLER, 27s24; 4. Connor HOPE, 27s28; 5. Nicolas FINK, 27s31; 6. Michael ANDREW, 27s40; 7. Matthew ANDERSON, 27s78; 8. Ian FINNERTY, 27s83 (en séries, 27s54). En série, Nick ERIKSSON, 27s81.

***Derrière l’invincible Peaty et ses 26s48, tout est possible pour Kevin Cordes, 2e de la saison devant Joao Gomes, 26s83.

100 brasse (30 juin) : 1. Kevin CORDES, 58s74; 2. Cody MILLER, 59s11; 3. Nicolas FINK, 59s40; 4. Andrew WILSON, 59s65; 5. Jacob MONTAGUE, 1’0s39; 6. Will LICON, 1’0s67 (en séries, 1’0s34); 7. Josh PRENOT, 1’0s79 (en séries, 1’0s55); 8. Michael ANDREW, 1’1s19 (en séries, 1’0s76). En séries, Conner McHUGH, 1’0s90; Jonathan TYBUR, 1’0s97; Ian FINNERTY, 1’1s12.

***Cordes passe tout le monde dans le bilan de l’année pour se poster en concurrent de Peaty, mais à bonne distance du Britannique et de ses 57s79.

200 brasse  (28 juin): 1. Kevin CORDES, 2’7s41; 2. Nicolas FINK, 2’8s63; 3. Josh PRENOT, 2’8s72; 4. Andrew WILSON, 2’8s82 (en séries, 2’8s64); 5. Will LICON, 2’9s68 (en séries, 2’9s29) ; 6. Jonathan TIBUR, 2’10s94; 7. Daniel ROY, 2’12s23 (en série, 2’11s92); 8. Jacob MONTAGUE, 2’12s73 (en séries, 2’11s70). Finale B: 1. Conner McHUGUES, 2’12s47; 2. Reece WHITLEY, 2’12s48; 3. Chandler BRAY, 2’12s97; 4. Alex EVDOKIMOV, 2’14s. En séries, Rose PALAZZO, 2’13s78.

***Trois ans après être apparu au firmament des courses universitaires, Kevin Cordes a-t-il achevé sa mutation en nageur de grand bassin ? En faut-il, du temps, pour passer du (statut) de pousseur patenté de murs de départ et de virage à nageur de pleine eau ! Le voici en tous cas qui fait la passe de trois, 50, 100 et 200, dans un des contextes compétitifs les plus durs. CORDES nage plus vite que le champion olympique de Rio, Dmitry BALANDIN. Rappelons cependant que dans la grande cité brésilienne, même s’il n’avait fini que huitième de la finale, c’était en 2’8s34, à moins de 9/10e de seconde du vainqueur kazakh, à l’issue d’une course étouffante et inextricable où l’or de la victoire avait été attribué au dernier qualifié, à l’issue des demi-finales…

Josh PRENOT, qui avait obtenu la médaille d’argent à Rio (en 2’7s53) se retrouve ici 3e des sélections, et donc hors course pour Budapest.

 50 papillon (28 juin): 1. Caeleb DRESSEL, 23s05; 2. Cullen JONES, 23s27 (en séries, 23s26); 3. Tim PHILLIPS, 23s37; 4. Michael ANDREW, 23s42; 5. Ryan HELD, 23s68.

***Avec son temps d’Indianapolis, Dressel se situe 4e de la saison derrière les Brésilien Nicolas Santos, 22s61, et Enrique Martins, 22s98, et le Britannique Benjamin Proud, 22s80.

 100 papillon  (29 juin): 1. Caeleb DRESSEL, 50s87; 2. Tim PHILLIPS, 51s30; 3. Jack CONGER, 51s33; 4. Tom SHIELDS, 51s55; 5. Justin LYNCH, 52s20; 6. Zac HARTING, 52s52. Finale B: 1. Maxime ROONEY, 52s28. En série, Matthew JOSA, 52s33.

***Grosse performance de Caeleb Dressel, qui le met en position de favori à Budapest, avec ce bémol que Schooling n’a pas poussé son cri et peut nager en sous-marin jusqu’aux mondiaux. Mais cet hiver, Dressel s’est bien joué de Schooling. Entre les 50 et 100 papillon, les 50 et 100 crawl, les relais quatre fois 100 et quatre fois 100 quatre nages et une possible participation au relais quatre fois 200 mètres, en série, grâce à sa 6e place dans le 200 individuel, DRESSEL, le « pur » sprinteur le plus résistant du monde risque de ne pas avoir le temps de s’ennuyer à Budapest dans un mois !

 200 papillon (27 juin) : 1. Jack CONGER, 1’54s47; 2. Pace CLARK, 1’54s58; 3. Chase KALISZ, 1’54s79; 4. Gunnar BENTZ, 1’55s51; 5. Justin WRIGHT, 1’56s11; 6. Zach HARTING, 1’56s65. Finale B: 1. Brendan MEYER, 1’57s54; 2. Sam POMAJEVICH, 1’57s62. En série, Mick LITHERLAND, 1’57s04; Milos SMACHLO, 1’57s64.       

***Jack CONGER part très vite, Pace CLARK assez tranquillement, et les voilà qui rejouent l’éternelle histoire du lièvre et de la tortue ; la morale de l’histoire vraie n’existe pas, car un coup c’est l’un, un coup c’est l’autre qui gagne ; là encore, les deux hommes se retrouvent tout près à l’arrivée. Les voilà 3e et 4e mondiaux de la saison derrière deux Japonais, Masato Sakai, 1’53s71, et Daya Seto, 1’54s28.

 200 4 nages (1 er juillet): 1. Chase KALISZ, 1’56s51; 2. Abrahm DEVINE, 1’56s79; 3. Josh PRENOT, 1’57s14; 4. Gunnard BENTZ, 1’58s31; 5. Jay LITHERLAND, 1’58s46; 6. Will LICON, 1’58s90 (en séries, 1’58s54); 7. Michael WEISS, 1’59s62. Finale B: 1. John SHEBAT, 1’59s70.

***Josh PRENOT, après un fort parcours de brasse, perd pied en crawl, en face d’un Abrahm DEVINE redoutable, et auquel seul KALISZ, imbattable cette saison, résiste. Derrière deux Asiatique, Kosuke HAGINO, 1’56s01, et WANG Shun, 1’56s16, nul n’a fait mieux que les Américains cette saison.

 400 4 nages (29 juin): 1. Chase KALISZ, 4’6s99; 2. Jay LITHERLAND, 4’9s31; 3. Gunnar BENTZ, 4’11s66; 4.Jonathan ROBERTS, 4’15s50.

***KALISZ est plus que jamais le patron de la course cette année. Il domine de bout en bout, 56s08 en papillon, 1’59s31 (1’3s23) en dos, 3’7s97 (1’8s66) en brasse) et 59s02 pour finir. LITHERLAND finit lui remarquablement, 57s13 en libre.

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • GARDERONT-ELLES LEUR TITRE OLYMPIQUE (2) KATIE LEDECKY BIEN SÛR! RANOMI KROMOWIDJOJO  QUI  SAIT ?  ALLISON  SCHMITT,  OUH  LA  LA! Eric LAHMY Mercredi 30 Décembre 2015 MALGRÉ TOUS LES DISCOURS DE CEUX QUI PRÉTENDENT QUE L’OR […]
  • KAZAN (14) SARAH SJÖSTRÖM PAPILLONNE AUTOUR DES RECORDS LA REINE DE SUÈDE RÉÉCRIT L’HISTOIRE DU 100 MÈTRES ‘’DAUPHIN’’ Éric LAHMY Lundi 3 août 2015 Dès le début de ces championnats du monde de Kazan, on a vu deux nageuses à part. Les […]
  • LA JEUNESSE DE BUENOS AIRES 4 juillet 2013 La capitale de la République Argentine, Buenos Aires, organisera les Jeux olympiques de la Jeunesse en 2018. Ainsi en a décidé aujourd’hui le Comité International […]
  • Emilien Barascud 1er décembre 2013 Parmi les six victimes du crash, la semaine passée, d'un petit avion d'affaires dans un champ, à Mouffy, dans le département de l'Yonne au sud d'Auxerre, figure […]

Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 × = quarante huit