CHAMPIONNATS D’AUSTRALIE (2):  CHALMERS, TITMUS, LARKIN, MCKEON, TALENTS EN MANQUE DE RIVAUX

Eric LAHMY

Samedi 27 octobre 2018

Les championnats d’Australie en petit bassin se déroulent à Melbourne en l’absence de Catherine CAMPBELL, et on pourrait dire en songeant à elle qu’ « un seul être vous manque et tout est dépeuplé. » La demoiselle a une façon d’animer les compétitions que nul n’émule (si j’ose l’allitération)!

Ni Ariarne TITMUS, ni Kyle CHALMERS, ni Mack HORTON, ni Mitchell LARKIN, ni bien entendu Emma MCKEON ne l’approchent sou cet angle et seule peut-être Emily SEEBOHM à son meilleur pourrait lui être comparée…

ARIARNE TITMUS NAGE UN 400 A LA LEDECKY… ENFIN, LES DEUX CENTS PREMIERS METRES…

En l’absence de Lani PALLISTER, qui l’a battue sur 800 mètres la veille, Ariarne TITMUS, lors de la deuxième journée, a disputé son 400 à sa manière, flamberge au vent, la LEDECKY en quelque sorte : départ très rapide et on essaie de tenir. Ce qu’elle n’est pas arrivée à faire ! Ariarne subit une forte perte de vitesse, et son 400 mètres ressemble à un torrent que boit le sable du désert. Son effort se déséquilibre entre deux moitiés de 1’56s74 et 2’2s45, ce que personne n’appellera de l’égalité d’allure.

Le temps final est assez bon, cependant, sous les quatre minutes, mais reste inférieur au vieux record australien de Blair EVANS, 3’58s31 en 2011…

Pas de temps exceptionnel pour Kyle CHALMERS, le vainqueur du 200 mètres nage libre, mais une densité d’ensemble remarquable ; WINNINGTON, 2e, n’est battu que d’un centième. CHALMERS mène dès le départ (si l’on excepte les 25 premiers mètres de MCEVOY) et jusqu’au bout, mais jamais de grand’ chose. MC EVOY, qui s’efforce de devenir un sprinteur, ne tient plus un deux cents mètres…

La natation australienne n’est pas remarquable par sa densité, si l’on excepte le crawl, style qui fut son « invention » (pas tout à fait mais un peu quand même) et dans les styles de spécialités, les grosses pointures sont bien esseulées. C’est ainsi le cas pour Mitchell LARKIN, le double champion du monde 2015 de dos (sur 100 et 200), qui règne sans partage sur le style. En Australie, c’est simple, toute course de dos disputée par Mitch est une course gagnée par Mitch (c’est également vrai en quatre nages). Je ne sais s’il en est content, mais j’imagine qu’il s’ennuie parfois tout seul et que cette situation lui désapprend un peu la compétition.

Sur 200 dos, il est passé à mi-course avec cinq mètres d’avance sur ses suivants, Jordan MERRILEES et Peter MILLS (52s06 contre 54s92 et 54s95). Derrière, loin derrière, quelques jeunes prometteurs, à l’image de Joshua EDWARDS-SMITH, 15 ans…

Les choses sont différentes en dos féminin, où SEEBOHM règne certes, mais doit constamment veiller aux tentatives de coups d’Etat. Sur 100 dos, elle n’a pas si largement dominé en face de Minna ATHERTON, sa jeune équipière de Brisbane Grammar, qui lui en a fait voir de toutes les couleurs et ne fut défaite que de 0s13.

 

MESSIEURS.- 200 libre : 1. Kyle CHALMERS, Australie, 1’43s76 ; 2. Elie WINNINGTON, 1’43s77 ; 3. Alexander GRAHAM, 1’44s10; 4. Cameron MCEVOY, 1’44s40; 5. Daniel SMITH, 1’44s54; 6. Jack GERRARD, 1’44s83; 7. Jac MCLOUGHLIN, 1’44s95

200 dos : 1. Mitchell LARKIN, 1’49s07; 2. Jordan MERRILEES, 1’51s32

100 brasse : 1. Tommy SUCIPTO, 58s35; 2. Zacchary STUBBLETY-COOK, 58s39; 3. Grayson BELL, 58s40.

200 4 nages : 1. Mitchell LARKIN, 1’53s02; 2. Matthew WILSON, 1’53s93; 3. Travis MAHONEY, 1’54s98; 4. David SCHLICHT, 1’55s72

DAMES.- 50 libre : 1. Emma MCKEON, 24s01; 2. Holly BARRATT, 24s15.

400 libre : 1. Ariarne TITMUS, 3’59s19 (57s04, 1’56s74, 2’57s94, soit 57s04, 59s70, 1’0s20, 1’1s25); 2. Carla BUCHANAN, 4’2s70; 3. Madeleine GOUGH, 4’3s62; 4. Mikkayla SHERIDAN, 4’4s77; 5. Kiah MELVERTON, 4’5s10; 6. Kareena LEE, 4’5s22; THOMAS, Nouvelle-Zélande, 4’7s60.

100 dos : 1. Emily SEEBOHM, 56s53; 2. Minna ATHERTON, 56s66; 3. Kaylee MCKEOWN, 57s80; 4. Hayley BAKER, 57s81.

200 brasse : 1. Jenna STRAUCH, 2’21s09; 2. Jessica HANSEN, 2’21s69.

100 papillon : 1. Emma MCKEON, 56s72; 2. Laura TAYLOR, 58s16.


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *