ERIC GASTALDELLO

 5 juillet 2013

On apprend que le nageur et entraîneur Eric Gastaldello, 51 ans, a été victime récemment d’un accident vasculaire cérébral. Hospitalisé dans un état grave,  Eric n’aurait toujours pas repris connaissance, et les médecins restent réservés à son sujet. Champion de France, deux fois sélectionné, il a nagé pour le Racing Club de France, l’USB Longwy et Istres, où il a entraîné avec la passion communicative et l’intensité chaleureuse qui le caractérise. Il s’apprêtait à assister aux mondiaux de Barcelone en compagnie d’un groupe d’amis qui partageaient son enthousiasme pour la natation. Comme nageur il avait participé aux championnats d’Europe 1983 de Rome. Eric fait partie d’une célèbre et épatante famille de nageurs sur trois générations. Sa mère Amélie (née Mirkovitch), championne de brasse, son père, Lucien, gymnaste, maître-nageur et dirigeant, son épouse Véronique (Jardin-Gastaldello) l’une des championnes les plus capées de l’histoire de la natation française, leurs enfants, Béryl, internationale, et Marvin. GalaxieNatation souhaite un prompt rétablissement à Eric et tient à témoigner de sa plus vive affection à ses proches.


Also published on Medium.

2 comments:

  1. BARDOUX Stéphane

    Bonjour Eric, cela fait bien longtemps que nous ne nous sommes vu .. je pense beaucoup à Eric Castadello qui est un ami. Nous avions fondé ensemble le Groupement national des entraineurs en 2001 avant de nous éloigner des bassins.
    Donne nous des nouvelles.
    Je n’entraine plus depuis 2004 date de mon départ du RCF. Avec Olivier Leroy (ancien entraineur de St Germain en Laye) nous avons créé un bureau d’études qui accompagne les collectivités pour programmer et construire des centres aquatiques.
    Déjeunons ensemble ça me ferait plaisir d’avoir de tes nouvelles.
    Bien à toi
    Stéphane Bardoux

    Ps : j’ai passé un we avec Patricia Clug à Key West, il y a un mois. Son histoire est incroyable !

    1. admin *

      Bonjour Stéphane,
      Content d’avoir de tes nouvelles, même dans ces circonstances sinistres. Cette grande famille de la natation touchée comme ça. J’avais cotoyé Eric Gastaldello à Rome. Luyce m’avait invité à suivre les mondiaux 1994 et je me suis retrouvé dans un petit hôtel avec une bande de frapadingues de la natation. Levés tôt, petit déj animé déjà par les notations techniques, puis départ en bus ou tramway à la piscine où ces fous furieux « comptaient les mouvements de bras » de tous les nageurs présents dès les séries, et moi j’arpentais les tribunes et alimentait un gros papier que je voulais rédiger dans la revue fédérale pour remercier Francis. J’étais considéré comme un tapé de natation mais je pense qu’avec Fauquet, Eric, Dumoulin, Deléaval et quelques autres, « I had found my match ». Tu aurais dû être là dans les conversations du soir. Fauquet sortait des critiques acerbes mais très judicieuses, on ne savait pas qu’il allait reprendre la natation française et en faire quelque chose de pas mal! J’ai vraiment beaucoup aimé ce tempérament d’Eric. Au début, quand il me disait « bonjour », je croyais qu’il était fâché contre moi, avec sa voix de stentor, mais très vite, son enthousiasme, sa générosité m’ont complètement séduit. Sa passion pour la natation était brûlante parce que c’est un homme de passion. J’espère qu’il va revenir, au départ, le pronostic était affreux, maintenant il parait que cela varie, mais derrière cela il y a la question des séquelles. Bref ce n’est pas la joie.
      Je vais essayer d’informer par le site, mais les téléphones sont débranchés
      Je suis content de savoir un peu de ce que tu fais, tu fais partie de tous gens avec qui j’avais des contacts, puis que dalle, la vie veut ça… Je suis aussi intéressé par ton copain de Saint-Germain en Laye parce que je cherche à joindre le club qui est tès costaud dans la formation des jeunes nageurs (n°2 cette année dans le Trophée Lucien Zins, du nom du grand bonhomme qui nous a fait nous connaitre!!
      Donne-moi tes coordonnées phoniques ou autres et si tu as le temps on va causer devant un steak, une pizza ou autre, si tu es sur Paris.
      A bientôt, Eric
      PS: Il y a trois ans j’ai rendu visite aux parents de Patricia Clug ex-Craissati, et j’ai écrit et parlé au téléphone à Pat elle-même. Malheureusement sa maman est morte (je l’avais eu un mois auparavant au téléphone) et j’ai envoyé des condoléances à Steve, mais je pense qu’il tait trop dans son deuil. Je suis tellement content qu’elle soit sortie de ce cauchemar. J’ai voulu à l’époque raconter son histoire dans L’Equipe ils n’en ont pas voulu. C’est le nouveau journalisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *