LE RENDEZ-VOUS DE VERONE

5 juillet 2013

 

Depuis lundi 25 juin, Philippe Lucas se trouve à Vérone, dans le cadre de l’accord de collaboration conclu par l’entraîneur de Narbonne avec la Federazione Italiana Nuoto. Philippe entraîne Federica Pellegrini et Filippo Magnini en vue des championnats du monde de Barcelone, du 28 juillet au 4 août. La préparation des deux étoiles de la natation transalpine se déroule près du Centre fédéral Alberto Castagnetti, du nom du technicien italien qui dirigeait jusqu’à l’époque de sa mort la carrière de Pellegrini. Philippe Lucas est assisté dans sa tâche par le préparateur athlétique Matteo Giunta, qui est, dans la vie, un cousin de Magnini.

Il est prévu que Philippe Lucas demeure à Vérone jusqu’au départ des équipes italiennes pour les mondiaux, le 19 juillet, soulignent nos confrères italiens. Le séjour à Vérone de ce petit quatuor ne devait être interrompu que par une participation à deux rendez-vous en compétitions (tests chronométriques en situation qui ont eu lieu à Milan le 2 juillet et à Turin le lendemain). Lucas a tout de suite imposé ses rythmes et ses sessions intenses d’entraînement.

Federica Pellegrini espérait que le Français s’installe en Italie. Mais il a toujours découragé ses tentatives, refusant ce que Pellegrini a appelé une « importante offre économique » de la Direction italienne : un contrat de trois ans pour un poste à Vérone. « Narbonne est mpour moi un choix de vie », aurait dit l’entraîneur. L’Italienne a donc décidé de se déplacer à Narbonne l’année prochaine…

[A la mort de Castagnetti, le 12 octobre 2009, Pellegrini, chagrinée et décontenancée par cette disparition d’un homme qu’elle respecte comme un second père, a du mal à trouver un technicien en qui elle peut avoir confiance en Italie. Elle limoge Stefano Morini, le technicien qui l’a prise en charge, parce qu’il « ne sait pas gérer la pression ». La pire des choses pour un entraîneur parce qu’il communique sa peur à son athlète ! Elle prend alors contact avec Philippe Lucas, en raison, bien sûr, du travail qu’il avait réalisé avec Laure Manaudou, et parce qu’elle sait qu’il gère, lui, la pression ! Elle envisage même de s’installer à Paris, où Lucas anime alors la section d’élite du Lagardère Paris Racing. Mais Lucas rompt le « contrat », et Pellegrini doit rentrer en Italie, en raison du veto d’une autre championne olympique du coach, la Roumaine Camelia Potec, qui, en outre, fait alors partie de sa vie. Potec se montre assez peu enthousiasme à l’idée de partager le bassin avec l’Italienne, double recordwoman du monde et championne olympique à Pékin. Pellegrini a bien compris, mais elle fait savoir qu’elle reste intéressée par une collaboration avec Lucas. Celui-ci doit avoir saisi le message car quand Potec, atteinte par la limite d’âge ou par la limite de son enthousiasme, range ses maillots, Lucas fait savoir qu’il est à nouveau disponible. Cet hiver, donc, Pellegrini et son ami d’alors, Magnini, ont reçu leurs programmes d’entraînement signés Lucas par écrit. Séparés au plan affectif, il sont quand même réunis dans l’eau…]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *