PETIT BAIN ITALIEN : SIMONA QUADARELLA ET MARGHERITA PANZIERA EN VERVE

Éric LAHMY

Vendredi 30 Novembre 2018

Ce n’est pas une Simona QUADARELLA de record ; celui d’Italie, détenu par Alessia FILIPPI, 8’4s53 en 2009, qui fut record du monde jusqu’en 2012, quand Camille MUFFAT, en 8’1s06, lui fit un sort, n’a pas tremblé.

QUADARELLA, qui a nagé en 8’13s41 pour enlever à Riccione le titre d’hiver 2018, ne le menaça à aucun moment, passant en 4’5s99 et effectuant une course de métronome. Ajoutons cependant, que sans polyuréthane, le record « tissu » de FILIPPI est de 8’12s84, pas bien loin de la valeur de QUADARELLA. Loin derrière la « fuoriclasse » triple championne d’Europe de Glasgow (400, 800 et 1500), la bataille fut ardente pour les places d’honneur.

Le dos féminin est en verve. La veille, Silvia SCALIA avait revu le record du 50 dos. Aujourd’hui, une autre Romaine, son équipière des Canottieri Aniene Margherita PANZIERA, a corrigé celui du 200 dos, et gratté près d’une seconde, en 2’1s56 contre 2’2s43. A deux secondes du record mondial et européen d’HOSSZU (Hongrie, 1’59s23), PANZIERA, qui est championne d’Europe de la distance (2’6s18 – conditions olympiques, à Glasgow 2018) a manifestement essayé quelque chose, car elle est partie très vite, 28s92 et 59s35, puis a faibli légèrement. Ses fractions de 50 mètres ont été avalées en 28s92, 30s43, 31s06 et 31s15.

Elle avait nagé ses 2’2s43 à Copenhague, en championnats d’Europe, et avait été devance par HOSSZU, 2’1s59, et Daryna ZEVINA, 2’2s27. La voici devant le temps d’HOSSZU aux Pays-Bas. Un signe ?

Si on trouve que Margherita PANZIERA est passée un peu vite, que dire du 200 brasse ou Nicolo’ MARTINENGHI, le double champion du monde et septuple champion d’Europe juniors, revenu en forme après être tombé malade. Nicolo’ a-t-il voulu rattraper le temps perdu en une course ? Il est passé en 27s49 et 59s67, puisle toujours recordman du monde junior du 100 a eu du mal à trouver la sortie. Son temps final, 2’7s.

Le 100 libre a été remporté par Lorenzo ZAZZERI devant Alessandro MIRESSI. Les temps ? Moyens. Depuis quelques mois, Santo CONDORELLI, qui nageait pour le Canada, s’est rappelé que son père est italien et a décidé qu’il préférait la parmigiana à la poutine et le chianti au sirop d’érable, et il nagera donc pour la botte. L’ancien élève de l’école Bolles, qui avait fini en 2016 4e de la finale olympique, a fait ici aussi 4e, mais ce n’est pas la même chose…

MESSIEURS.- 100 libre : 1. Lorenzo ZAZZERI, 47s06 ; 2. Alessandro MIRESSI, 47s25 ; 3. Ivano VENDRAME, 47s61 ; 4. Santo Yuko CONDORELLI, 47s91

100 dos : 1. Lorenzo MORA, 50s79 ; 2. Thomas CECCON, 50s80; 3. Matteo MILLI, 51s10.

200 brasse : 1. Nicolo’ MARTINENGHI, 2’7s.

200 papillon : 1. Federico BURDISSO, 17 ans, 1’54s33 ; 2. Giacomo CARINI, 1’54s55 ; 3. Matteo PELIZZARI, 1’54s56

100 4 nages : 1. Marco ORSI, 51s57 (record Italien ; ancien 51s76 par lui-même le 17-12-2018) ; 2. Simone GENI, 52s60 ; 3. Fabio SCOZZOLI, 52s86 ; 4. Lorenzo GLESSI, 53s34 ; 5. Alberto RAZZETTI, 53s41.       

DAMES.- 50 libre : 1. Erika FERRAIOLI, 24s28.

800 libre : 1. Simona QUADARELLA, 8’13s41 ; 2. Giulia GABBRIELLESCHI, 8’23s43 ; 3. Martina Rita CARAMIGNOLI, 8’24s28; 4. Linda CAPONI, 8’25s57; 5. Giulia SALIN, 16 ans, 8’28s92.

200 dos : 1. Margherita PANZIERA, 2’1s56 (record d’Italie; ancien par elle-même, 2’2s43 le 15.12.2017) ; 2. Giulia D’INNOCENZO, 2’6s08.

200 4 nages : 1. Anna PIROVANI, 2’8s97.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *